Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un nouvel ouvrage sur les Tsiganes

    Passionné de dialectologie poitevine et saintongeaise, et auteur de plusieurs titres chez Geste-éditions, Éric Nowak vient de publier, aux éditions du Croit Vif www.croitvif.com un ouvrage de 254 p. (20 euros TTC) consacré aux Manouches qui vivent en Charentes et nord Gironde : Tsiganes saintongeais. C'est, selon l'auteur :" Un livre témoignage dédié aux élèves tsiganes saintongeais pour qu'ils puissent espérer encore longtemps pratiquer leur culture et cheminer dans leur pays, fusse contre vents et marées!"
    On doit le trouver chez votre libraire classique.

  • Un article de Pierre Rézeau dans LANGAGES n° 161, mars 2006

    Le n° cité est consacré à "L'interjection: jeux et enjeux". Pierre Rézeau (CNRS) y a consacré un court article (p. 91 à 100) intitulé: "L'interjection accompagnée d'un geste. Plaidoyer pour une description lexicographique". L'auteur invite, à travers l'examen des plum !plum!, pouf ! trou ! et autre chut ! à les prendre en considération par les auteurs de dictionnaires... comme partie intégrante du patrimoine oral.
    Allez, un peu de curiosité ne fait pas de mal ; et s'intéresser aux éléments des comptines poitevines ou alsaciennes est une activité tout aussi importante et passionnante qu'étudier la scansion en dactyles et spondées virgiliens.
    Chez Belvert on est bien contents de retrouver parmi les exemples, quelques uns des éléments de la cassette vidéo de Marion Loudiyi: Le plus beau des jouets...
    Courez vers vos bibliothèques ou chez vos libraires consulter ce numéro sur les jeux et enjeux de l'interjection. Merci Pierre Rézeau de cet éclairage...

  • Sarah, une âme errante

    Animula, nous avait habitué à ses errances. Nous nous y sommes fait, vous et moi, bloggueurs /blagueurs animuliens ou non. mais ce soir, surprise, oh! une Sarah, errante professionnelle, refait surface, entre deux caravanes ou deux caravasérails, c'est selon que l'on est relativiste ou non... souvenez-vous: "à quelle heure Poitiers passe-t-elle au train ?" un vieux souvenir...
    Et donc Sarah qui revient d'Afrique nous annonce une virée au Liban. Bon voyage Sarah, parcourez le monde tant qu'il est temps.
    Merci Sarah de vous être un peu posée dans le jardin de Belvert, vous nous avez apporté un peu de vent du large, l'odeur des sables, les coloris sahéliens, la passion des lointains.

    Au pas lent des taureaux, les voilà revenus... trouvait-on dans une poésie de mon enfance au pays des vendanges de septembre (Victor Laprade, Les Vendanges, 1860)

  • Celui que les z'Animuliens auront laissé échapper

    medium_troll.3.jpgAh... mais je le reconnais. C'était en août 1976, au bord d'une route de Norvège dans la zone polaire, au cours de l'été 1976: C'était un vilain troll (c'est nous qui avons décidé de cette identité !). Cette photo (Cl. M.V.) était sur le poste de pilotage de Belvert et elle a bien échappé à la vigilance animulienne... Pourtant, le sujet n'entrerait-il pas dans les préoccupations de l'animulalité ????? Oui, mais les trolls sont farceurs: en photo ça va encore mais pour les faire rentrer dans la bêbête de Belvert... il y a encore à apprendre pour les tenants du site qui auront encore besoin d'une leçon d'insertion de photos (Merci Séverin de ton coup de main. Comme tu le vois, ça marche !).

    (pour plus détails, cliquez sur la vignette) 

  • Animula en Poitou, c'est pas triste !

    Là, je suis baba... le mieux est d'aller sur vagula ou animula, chacun son idée, vague ou animée, pour le compte-rendu que j'aurais bien aimé vous faire. Mais là, je suis snobé jusqu'à l'os. Donc, tous sur Animula des 8 et 11.05.06. Allez jusqu'au commentaire, et là, qui sait, peut-être vous dirai-je un jour, mi-conte, mi-confession, l'histoire d'un petit bout de papier que l'on me dit obsolète... mais que l'on m'envie parfois. Entre nous, YAPADKWA !

  • Honneur au Club Marpen de Tusson et à Jackie Flaud en particulier

    Une émission de FR3 diffusée SVP en prime time (ça c'est du "patois" officiel télévisuel) sur le thème des Patrimoines sans frontières a donné une place intéressante au Club Marpen, à ses activités d'échanges internationaux, et dans le cas présent avec l'Algérie. Jackie Flaud est allé à Oran retrouver d'anciens stagiares œuvrant pour la réhabilitation d'un ancien hôpital et d'un hammam... il s'attache également à faire les montages financiers incontournables pour aider l'équipe de bénévoles oranais...
    Bravo Jackie; félicitations à toute l'équipe de Marpen, jeunes et encadrement...
    Pour ce qui ignorent encore le Club MARPEN, il n'est qu'à se rendre au village historique de TUSSON en Charente (c'est pas trop loin de Cognac, pour ceux qui voudraient se donner une bonne excuse), visiter les trésors de "patrimoine modeste", et le bel habitat de pierres que, depuis des lustres, cette équipe engagée culturellement et socialement remonte avec un talent inégalé...
    Ne quittez pas la Charente sans passer par ce haut-lieu du patrimoine vivant qu'est Tusson. Et n'hésitez pas à demander à qui vous adresserez spontanément la parole:" Jackie est là?" que vous pouvez aussi formuler:"Vous n'avez pas vu Jackie?" De toutes façons, depuis "toujours", "Il" est là.
    Merci Jackie pour l'œuvre déjà accomplie.

  • Il est un air, pour qui je donnerais, Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber. Un air très vieux, languissant et funèbre,

    Au dire d'Animuliens distingués et avertis, Gérard de Nerval serait un peu de la famille. Aussi Belvert, reconnaissant, lui ouvre-t-il ses colonnes... en hommage, avec pour intitulé ces vers qui enchantèrent ses premiers pas de cueilleur-chasseur de mélodies populaires dans les brandes et les bouiges de l'Ouest poitevin, comme à travers ruelles et ruettes aux accents troubadouresques...

  • Une fusée de Lafacadio Hearn

    « La force la plus élevée est évidemment la force qui jaillit du désintéressement. » (Lafcadio Hearn)

  • Jacques Moreau, Du temps des hobereaux...

    Les Hobereaux ont régné sur la vie rurale en Haut-Poitou, de la fin de la dernière guerre, aux années soixante... époque où ils onté été submergés et emportés par la vague de l'évolution économique en marche vers la mondialisation des échanges.
    Cet ouvrage à caractère autobiographique, mais pas uniquement, relate le naufrage de l'un d'entre eux qui, ramant à contre-courant dans l'espoir d'atteindre les rives d'Utopie, sombra corps et biens.

    Jacques Moreau, Du temps des hobereaux à la dernière moisson, Poitiers, Les Éditions du Pont-Neu, 1997. ISBN 2-910351-13-0

  • AGUIAINE: Une revue d'ethnologie et de folklore du Centre-Ouest

    Pour ceux que ravit la culture régionale d'entre Loire et Gironde (Haut et Bas Poitou, Charente, Aunis, Saintonge, Vendée, Blayais, Confins du Limousin et du Berry...) il est possible de consulter dans toute bonne bibliothèque, la revue AGUIAINE. On peut aussi se rendre directement à La Maison de Jeannette, rue de la Garousserie à Saint-Jean-d'Angély, où un accueil chaleureux vous sera réservé... et vous pouvez également vous y abonner, ce qui fera de vous un "Sefcoïste" militant, défenseur de votre langue régionale très polynomique, puisque pour les uns, elle sera dénommée Poitevin-Saintongeais, pour d'autres Saintongeais, pour d'autres Charentais, ou encore, comme partout (ou presque) en France: patois, suivi d'une marque micro-régionale (ex: Patois maraîchin) ou d'un adjectif relevant du nom d'une ancienne province (Patois saintongeais, Patois vendéen...) Chacun choisit sa dénomination selon son cœur, ses engagements... Mais cela n'enlève en rien les très nombreux traits communs à ces divers parlers du Centre-Ouest... qui permettent de reconnaître cet ensemble comme une langue commune (certes avec ses nuances et variantes, lexicales, morpho-syntaxiques, phonologiques, sémantiques...) relevant des parlers d'oïl.
    Pour s'abonner, rendez-vous directement sur le site de la SEFCO, à la page utile, d'où vous pourrez naviguer !
    www.sefco-subiet.eu/rubrique.php3?id_rubrique=8

  • Retour du Congrès du CTHS à Grenoble

    Nous vous avions délaissés chers amis pour une grosse semaine, dont une partie consacrée au Congrès "Tradition et innovation" du CTHS à Grenoble. Il m'a semblé être moins fréquenté que celui de l'année dernière à La Rochelle. Ah ! La Rochelle! Les Francofolies, les musées, la voile, le Grand Pavois... tant de suggestions qui animent les esprits. Grenoble dans son écrin de montagne, malgré ses parcs et ses espaces verts incite peut-être moins à la rêverie. Pourtant un banquet au Musée d'art, à deux pas des œuvres de Klee, Braque, Chaissac, Monnet, etc...ne manquait pas de saveur, et un concert vocal contemporain, dans la Chapelle Sainte-Marie d'En Haut, dans l'enceinte du Musée régional des ATP, le Musée Dauphinois, ne laissa pas de marbre ceux qui en avaient fait le choix. Merci à tous, organisateurs, musiciens, intervenants...
    Chers amis de Belvert - Belvertissimes - ou encore chers Animuliens qui fréqentez souvent Belvert (au dire du rapport de statistiques détaillées, s'il vous plaît), notez qu'en 2007 ledit Congrès des "sociétés savantes" se tiendra "en" ARLES, et il est à parier que d'image, de photo, d'iconographie, il sera très certainement question. Nous en reparlerons le moment venu, soyez-en assurés.
    Pour l'instant, nous vivons dans l'attente de la visite d'une "petite âme errante" bicéphale, et bi-sexuée (il m'est avis) sur les terres des Brandes du Haut-Poitou le 8 mai, s'il vous plaît, pour visiter l'un de ces artistes populaires, trop méconnu encore, mais dont nous vous entretiendrons bientôt. De toute façon il a son atelier - je ne crains pas de me répéter!- derrière la Halle et Mairie de ce chef-lieu de canton qui dit-on tire son nom d'un quidam, quidam est ici bien placé, répondant au "nomen" de Gentiacum...
    Entre art brut, art populaire s'il en est, un et la parole vive des conteurs et autres chanteurs rencontrés des decennies durant, une passerelle se doit d'être jetée... Nous y réfléchissons... En attendant fouillez dans les "bouiges" de Belvert comme les dénomme ma sympathique voisine, octogénaire depuis quelques années déjà, en souvenir de sa Corrèze natale. Les Bouiges de Belvert ! Tout un programme, s'agissant de ce qui nous tient lieu de jardin familial dans un espace dit pavillonnaire. Fouillez, lisez, écoutez... puis, échangeons.
    Merci de votre patiente lecture de retrouvailles après un aussi long silence virtuel.