Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De sacrés chails pour de futures pommes : savoir-faire de jardinier... admirable!

Dans les bouijes de Belvert, les arbres, fruitiers ou non font ce qu'ils peuvent entre les merles trop gras, les gallinacées de Franck, et l'oeil des passants....
Mais, en face de là, monsieur A. un amical voisin, donne une leçon de droiture pour un pommier. Admirable... nous en sommes bouche bée, de peu nous direz-vous. Oui mais, à l'approche de Noêl ces présents déjà suspendus aux branches pour en faire un arbre sage nous interpellent. N'est-ce pas un peu "insolite" dans cette bien calme et policée cité pavillonaire HLM où s'étalent sans souci nos buissons rétifs à tout peignage, à toute coupe, sortis tout drois des rêveries d'un autre âge...
Merci cher monsieur A.. merci !

medium_arbre-1.jpg


Et ce plan plus rapproché permet d'ajuster le regard, éventuellement d'analyser les modes d'attache, pourquoi pas la provenance des chails ainsi mis en valeur, là où d'habitude on les cache sous le béton ou le goudron.

medium_arbre-2.jpg


Il est parfois bon de jeter un coup d'oeil par-dessus les haies...

Au fait ces pommes ne sont pas encore bonnes à croquer. Mais ça, vous le saviez, mais parfois, il vaut mieux le dire pour ceussses qui n'ont jamais vu de pommes que dans les gondoles, et les pommiers dans leur bible premier âge.( La notice du dernier lave-linge croisé, précisait qu'on ne devait pas s'en servir pour la toilette des chiens, des chats et du hamster, d'où notre prévenance/prévoyance compréhensible).
Bonne visite, amis de passage!
P.S: Merci Marion-Catherine-Isabeau de Boisgrollier pour ces photos ; merci Sév. de Tournefort pour ces conversions Jpg, encore inaccessibles au pilote.

Parmi les familiers du Jardin, l'un deux, sans doute grand lecteur de tous les Tristes tropiques, mais pas trop fatigué comme Certain qui dit trop qu'il ne l'est pas (mais qui dit avoir commencé à hiverner dans sa rénovation, a réussi, je dis bien réussi, à réveiller ma boîte à malice, et par un miracle virtuel (toujours possible ente Halloween et Nadalet) à glisser un message que je vous livre " À Peu Près":

"Chers Belverts (ça, ça y était pas, mais pour les jeunes esprits, c'est mieux comme ça: Chers Belverts"...

De l'ethnologie par sa fenêtre maintenant ? Plus besoin de "haïr les voyages
et les explorateurs" quand l'ingéniosité de votre voisin fournit les sujets
d'étude. J'ai aimé cette note qui nous parle de vous et l'une de mes copines
voulait même faire un commentaire à ce "De sacrés chails..." mais, hélas,
impossible, vous les avez fermés?
Réponse: "non, je ne sais ni les ouvrir, ni les fermer, tantôt ils le sont, tantôt non... je parie, à ce qu'on m'a dit, que c'est une faute de pilotage...En théorie, je dis bien en théorie, ils sont Toutverts...ça c'est pour le slogan : Belvert, c'est Toutvert !)

Alors, là, le familier reprend :

"Je m'abstenais jusqu'à présent de zyeuter
l'immeuble d'en face, dont les locataires détestent les rideaux, tant je
croyais qu'il n'y avait rien à glaner dans les alentours mais je vais me
mettre à mitrailler les toits avec mon petit numérique maintenant. Il pleut,
il fait nuit et puis il fait jour et il pleut encore. Cela n'arrange pas les
chaussures et le moral aussi en prend un coup, comme dirait Chaissac. Un
sursaut d'allégresse cependant en votre faveur, chers Belvertois, parmi les
derniers qui me restent."

R: Allons, c'est pas parce qu'il fait plovinette, bouillard, pluèja, ramada, ramée et j'en passe des moyens de se laver les cheveux sur tous les territoires, qu'il vous faut être triste ! Tiens, j'ai une nouvelle fraîche pour vous donner du peps qui nous vient de Ségolénie par le truchement de la PQR, ce matin : 13500 pantoufles charentaises ont été offertes (pour soutenir une entreprise en difficulté) aux Lycéens pour se mouvoir le soir de la tisanerie au dortoir... Formidable, non ?
Allez, cher familier, ne soyez pas mau-rose, votre tour viendra aussi, vous direz vos chagrinous, vos projettous, vous y participerez, à la grande braderie doléante, dans votre quartier si chou...

En tout cas, merci de votre audacieuse avancée et veillons ensemble sur l'ouverture et la fermeture des entrées ou des sorties de notes...
Une prière à Janus ne sera pas inutile, je le crois; et vos conseils en plus. Merci d'avance.

Commentaires

  • Bon sang, mais qu'est-ce que c'est que cette installation? On se croirait à la FIAC, ma parole. Manque plus qu'une petite vidéo d'accompagnement ou alors une ombre portée par projecteur sur le mur blanc de la maison derrière l'arbre. Vous avez le chic pour les artifications rustiques. J'adore aussi la ficelle bleue, elle me rappelle celle des Berbères du Sud marocain qui vous enveloppent, mieux que des petits Christo, un tapis vert dans un plastique noir. Le paquet est si beau qu'on n'ose pas l'ouvrir. En voyant votre image, j'ai d'abord cru que c'étaient mes soeurs les pommes que vous aviez enveloppées pour l'hiver comme vos petons poitevins dans des charentaises. En potassant un peu sur Google cependant, j'ai fini par trouver, dans les lexiques patoisants, que "chails" = "cailloux". Reste à savoir pourquoi vous infligez ces tortures japonisantes à vos pommiers. Vous êtes pire que des éleveurs de bonsaï, on dirait.
    Bises de Reinette

  • Vous voyez chère Reinette, la magie janussienne a opéré, et vous avez pu ainsi intégrer dans notre jardin (à votre corps défendant) du Christo, là où il n'ya avait que cristaux de soude (j'allais écrire dessous de table ! encore une installation zarbi !), mais aussi de la Fiac, acronyme qui, prononcé dans le "rustique du pays", ne peut que renvoyer à Fiacre, le saint patron des jardiniers...et nous voilà de retour aux pommiers, et aux illusions de pommes, légèrement chaillouteuses (là, facile à faire le rapprochement chail/caillou!)
    En tout cas, voilà une Reinette qui ne nous restera pas en travers de la gorge...(après l'Amateur des jardins, voici l'amateur des contes qui pointe son tarin!). Merci, de votre mot, merci de vos références; ça émoustille, au réveil-matin.

Les commentaires sont fermés.