Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En Poitou, de belles chèvres, de beaux fromages, mais...

« Où est passée la chèvre à Basile ? D’une chanson populaire à une batterie de questions bien actuelles » (en collab. : Aurélie Melin, Catherine Robert et M.V.), Aguiaine, n° 257, nov.-déc. 2006, pp. 3-25. Dans ce petit article, les auteurs s'interrogent sur l'actualité caprine en Poitou-Charentes, où le Chabichou est roi !, portée sur ses fonds baptismaux par une députée des Deux-Sèvres, aujourd'hui première citoyenne... de ladite région (et on n'a pas fini d'en parler dans les chaumines, au pied des cheminées).
Si le fromage est plutôt bien bon, les éleveurs performants, les bêtes magnifiques, les élevages nickel (de plusieurs centaines de têtes...) mais la plupart à "zéro-pâturage", le faire-savoir, lui, laisse plutôt à désirer.
Au fait, faire savoir quoi ? Les qualités organoleptiques des produits ? L'aspect industriel ? l'aspect propre sur soi ? la qualité irréprochable des granulés 100% végétaux (oui, mes lesquels) ? Où sont passés les animaux ? Invisibles, mais soignés aux petits oignons ? "éparés" dans les prés ?...
Nous aurions tellement envie de savoir les bêtes heureuses sur leur pattes arrière à déguster le fin du fin des végétaux... vision virgilienne, misonéiste objurguera-t-on.
À Belvert, nous voudrrrrrrrrions croire encore que le bonheur (des caprins) est dans le pré ! (Oui, ça allitèrrrrrre un peu trop en rrrr; c'est pour soulignerr que les animaux, eux aussi, ont besoin d'airrrrrrrr frrrrrrrrrrais.)

Les commentaires sont fermés.