Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur deux communautés reliGieuses sans prêtres

Notre ami et collègue Guy Janssen, "anthropologist" a participé à un colloque à Tokyo le 25 Mars 2005, et sa communication a été publiée sous le titre: Catholics without Priest: the "Petite Église" in France and the "Hidden Christians" in Japan, dans " The Japan mission journal ; Oriens Institute for Religious Research", été 2005; pp. 120-126.
Tout cela est loin de nos préoccupations, me direz-vous, mais les Poitevins des Bocages connaissent bien les quelques milliers de dissidents, du côté de Courlay, de Bressuire, de Cirières, dont les aïeux ont rejeté le Concordat signé entre Napoléon et le Pape Pie VII en 1801. D'autres vivent en Bourgogne, dans le Lyonnais, ou dans le Brabant (Belgique)... L'auteur a déjà d'ailleurs publié plusieurs articles sur le sujet et même un petit ouvrage aux éditions Geste... Il a fait le rapprochement avec les 2000 "Kakure Kirishitan", installés près de Nagasaki et les îles environnantes, complètement isolés pendant près de 250 années, depuis 1644 date de la prohibition du christianisme au Japon ? Un même constat : des difficultés pour transmettre leur "identité", le nombre de ressortissants sans cesse diminuant, phénomène paradoxal, puisqu'en même temps, l'intérêt des chercheurs et du public va croissant... Guy Janssen renvoie à la lecture d'un ouvrage de Danièle Hervieu-Léger, qui a analysé ce phénomène dans "La religion en miettes..."
Ah, j'oubliais, l'artcle de Guy Janssen est rédigé dans la langue de Byron... et de Styron.

P.S: Du même Guy Jansen, cf."Autorités et dissidencel la Petite Église catholique anti-concordataire" dans 'Sectes' et 'hérésies', de l'Antiquité à nos jours, T.XII-2002 de "Problèmes d'Histoire des religions", Éditions de l'Université de Breuxelles, pp. 133-147.

Commentaires

  • J'ouvre votre blog. Il est plein de surprises. A la lecture de votre titre, je croyais tomber sur une confrèrie consacrée au noble art de la reliure (je touche un peu moi-même à la chose) et puis, non, voici qu'il est question de cette petite église, sujet bien intéressant tout de même. Donc merci. Marius Michel.

  • Certes, lorsque vous lirez cette "réponse", un coup de brosse aura sans doute rectifié cela. Mais au fond, une religion n'aurait-elle pas parmi ses fonctions de "relier" les Hommes entre eux? Alors, ce titre, pas si mal au fond ? Merci de votre visite Monsieur Marius Michel... j'espère que vous n'en resterez pas à la "faute" typographique" pittoresque et que vous aurez pu glaner quelques éléments dans notre vert jardin.
    À la revoyure...

  • Les religions relient...? Peut-être si l'on s'en tient à l'étymologie lorsqu'elle se fait langue de bois. L'Histoire nous fournit maints exemples de cette vocation à "relier" les hommes... dans le même tombeau. Qu'on en juge: Saint-Barthélémy, guerre d'Irak, Yougoslavie...
    A.Cariâtre (qui a parfois tant de raisons d'être A.Cariâtre).

  • Merci cher monsieur Alfred, je vous reconnais bien. Ce n'est pas la première fois que vous débarquez ainsi dans notre thébaïde belvertine... Je ne vais pas dire que vous avez tort, puisque vous n'avez pas tort ! Je n'ai parlé qu'étymologie et langue de (croix de) bois ! La liste que vous avancez pourrait-être allongée; une autre pourrait aussi être mise en face pour rééquilibrer un peu. La religion... ce sont aussi des œuvres d'art, de la musique sacrée, des cantiques millénaires, des chants et des voix sublimes (vous pourriez me dire pour couvrir les voix, les cris, les appels, les suppliques des condamnées au bûcher...
    Monsieur Alfred, nous n'allons pas perdre de temps à ce petit jeu mille fois ressassé (certes mais toujours bon à rappeler par devoir de mémoire etc...)
    Voyez plutôt le site Gabriel (pas le Jardin de...) ou celui des Églises du monde. Ici à Belvert, seuls nous intéressent le frissonement de la planète, le clapotis des eaux, le sifflement des merles (que votre petite voisine et amie de toujours, j'ai parlé de mademoiselle Ani) trouve décidément toujours trop gras.
    À propos de mademoiselle Ani, qui a pris ses quartiers d'hiver et s'est emmitouflée dans ses charentaises bleues, si vous avez l'occasion d'échanger un peu avec elle (et je l'espère moins cavalièrement que ne l'a fait quasi en ma présence cet incorrigible Monsieur Infat.), demandez-lui pourquoi de la faune belvertine elle n'a retenu que la poule de Franck, alors que dudit Franck il y a aussi un compagnon à la poule: un jhau, (de GALLUS !) comme je l'entends dire par ici.
    Bref, Cette brève réponse était destinée à occuper votre temps, cher Alfred, pour vous faire oublier l'une ou l'autre des raisons (que j'espère non-valables!) d'être Cariâtre.
    Bye, bye, cher Alfred. Vous êtes toujours le bien- venu, lorsque vous n'avez plus de raison d'être Cariâtre. La vie est si courte... Vous allez faire croître votre taux de bilirubine et de transaminases ! Où comptez-vous aller de ce pas ? Cool, le gars. Cool, Alfred ! Cool.

Les commentaires sont fermés.