Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réouverture partielle du Museon Arlaten

medium_logo_musee.gif Le Museon Arlaten, (Musée départemental d'ethnographie), 29 rue de la République 13200 Arles (04 90 93 58 11), qui depuis plus d'un siècle s'affirme comme passeur de mémoire d'une culture régionale toujours en mouvement et auquel reste indéfectiblement attaché le nom de l'Auteur de Mirèio ou de Calendal, Frédéric Mistral, Prix Nobel 1904 de littérature (provençale/occitane), en cours de rénovation réouvre ses portes et présente une version "condensée" de ses riches collections témoin de la vie traditionnelle provençale http://www.museonarlaten.fr
Signalons que le Museon se joint à la célébration de "l'année de l'Arménie" avec une exposition exceptionnelle: "Trames d'Arménie: Tapis et Broderies sur les chemins de l'exil (1900-1940).
Bonne visite virtuelle, et surtout bonne visite de ce musée (prix de l'entrée: 1 €) qui occupe une place particulière dans l'histoire de la Provence, des mouvements culturels provençaux (Félibrige), mais aussi occitans (Institut d'études occitanes)...
et puis, Arles est une si belle ville, au bord du Rhône, sous le ciel bleu et ensoleillé de la Camargue !

medium_cavalier_galle.jpg

Et si, à bicyclette, il y a un peu de vent qui décoiffe, c'est le souffle du grand Mistral qui inspire la Provence et libère le ciel de ses poussières incongrues. Vive le vent, vive le vent, vive le vent Mistral...
medium_velo_c2.jpg

Commentaires

  • J'étais jeudi dernier au Museon Arlaten. 1 Euro c'est pas cher mais ils pourraient dire à l'accueil (et au téléphone donc!) que la plupart des salles sont fermées. J'ai vu les gardiennes en costumes et les vitrines avec les captivants objets de magie populaire. Et puis je suis resté sur ma faim. Pas de catalogue général : frustration supplémentaire. Il faut acheter 3 ou 4 catalogues d'expos différentes pour réunir les reproductions des principaux objets. On nous promet du neuf. Pourvu que ça ne se passe pas comme au Musée basque de Bayonne: 12 ans d'attente pour que l'essentiel reste dans les réserves. Une poignée d' objets (certes choisis) concédés au public, surtout dans le but de mettre en valeur la scénographie et l'architecture intérieure.

  • Je suis d'accord avec Animula. Les scénographes et architectes d'intérieur ont pris le pouvoir dans les musées, et cela fait déjà un certain temps. A la réouverture du musée de Quimper naguère, je l'avais constaté. Peu d'objets, beaucoup de meubles, vitres, socles, paravents pour montrer ce peu.
    Il y a des castes professionnelles parasites qui s'incrustent ainsi. J'aime bien le jazz par exemple, pourquoi pas avec le Palais Idéal du facteur Cheval en fond? Oui, oui... Mais alors, ce dernier ne passe-t-il pas au second plan à tous les sens du terme dans un tel dispositif? Les groupes de jazz (1) invités par Christophe Bonin à Hauterives ne se servent-ils pas du facteur comme d'un faire-valoir, exactement comme ces architectes d'intérieur des musées d'art populaire..?
    (1) Voir la présentation qui en est faite dans l'actuelle exposition "Avec le facteur Cheval" qui vient de commencer au Musée de la Poste à Paris.

  • Ah! vous voici donc de retour, mademoiselle Ani... Vous avez vu si elles en jettent un jus les Arlésiennes en costumes ? Vous auriez dû en essayer un, je suis sûr que vous seriez ravissante avec ! Mais imaginez, l'été, lorsqu'il fait 48 au soleil et tout de même 35 dans les couloirs du Musée.... elles suent, comme on dit en Ibérie: "la gota gorda !"
    Je transmettrai à la sérénissime Dame-du-Musée cette remarque doléante. Mais je me réjouis que le fonds sur la Magie du docteur M...i je crois (j'ai oublié son nom, mais je le retrouverai) vous ait captivée. Le contraire m'eût étonné de vous, mademoiselle-l'esthète-de-la-chose-populaire-réfléchie...
    Et vous, cher poète qui ne m'avez pas signalé votre dernier (?) texte dans le journal du Musée de Bègles (qu'il faudra bien que j'aille visiter, une fois qu'il n'aura plus pour moi la marque de celui qui voulait embarquer pour son parc des statues du JdG !) que dois-je en penser. J'ai lu quelque part que vous aviez égratigné l'un de mes potes, JLLx. Est-ce un honneur que vous lui faites ? est-ce que vous le souhaiteriez parfait comme vous-même? Est-ce que vous continuez à lui régler un compte que vous n'auriez pas encore terminé depuis votre CM2 où vous vous chamailliez lorsque la férule d'un mètre (oui, 1 m., rangez votre crayon rouge, c'est pas une fôooote d'ortho) s'était un peu éloignée des gros platanes de la cour de récré où vous usiez vos fonds de culottes ?
    Je crois que vous devriez lire le book d'un de mon pote Roger Moukalou (et son co-auteur Jean-Marie Gautier): De la guerre des boutons à Harry Potter (Wavre, Mardaga, 2007), et ensuite venez rencontrer tout ce petit monde au mois de juin, à la Médiathèque François Mitterand, où je vais tenter comme modérateur, arbitrer les débats... On parle de la venue possible de J.K Rowling qui donna vie à Harry... Attention l'émeute (les meutes...)

  • Egratigner un de vos potes comme vous dites? Allons, c'est tout simplement le droit de ferrailler avec d'estimés écrivains que l'on respecte mais avec qui on n'est pas d'accord sur tout. Est-ce que tout le monde est si beau et si gentil dans le petit monde si radieux de Belvert que l'on ne peut plus y concevoir l'ombre d'une critique envers un confrère, voire à certaines autres heures un complice?
    Lisez l'article sur Unica Zürn dans Création Franche n°27 signé de moi et vous vous ferez une opinion plus précise.

    Sinon, de quelle médiathèque François Mitterrand parlez-vous, la bibliothèque des bords de Seine à Paris, ou bien quelque part ailleurs dans votre Poitou? Le livre dont vous parlez traite-t-il de la littérature jeunesse à ce que l'on croit comprendre ? Pouvez-vous être un peu moins sybillin ?
    Cordialement.

  • Charitable à vous, cher pilote de n'avoir pas fait remarquer que je m'étais vautrée sur l'accord des participes. Je suis donc restéE sur ma faim mais il ne faudrait pas en faire un fromage. Si je ronchonne c'est que je suis exigeante. J'ai cru comprendre qu'Arlaten veut rester fidèle à l'esprit de Mistral le bien-chapeauté. J'espère qu'Arlaten 2 saura muséographier son histoire. Il serait dommage par exemple que les cartels rédigés à la main par l'auteur de "Mireille" disparaissent. Un bon coup de clim, c'est vrai, fera pas de mal aux Arlésiennes dont la conversation rapproche le visiteur de la "louange des cyprès" chère à Léo Lelée. Qu'elles ne soient pas remplacées par des audio-guides et que nul filtre institutionnel ne s'interpose entre le public et les collections, voilà ce qui est souhaitable. Toutes les collections? Oui, toutes. Par le truchement d'expos cycliques au besoin. Que tout change donc mais pour rester le même parce que, comme le dit un jeune visiteur sur le livre d'or: "c'était gégnial le Museon Arlatean".

  • Mais si cher Bruno, ferraillez avec ce cher JLL, avec vos amis, les nôtres aussi...
    La méd. est celle de Poitiers, évidemment ! pas celle de Niort, de Saintes de Paris... qui originalité oblige ont pris la même ombre tutélaire. Oui,oui, c'est de la littérature de djeunes de deux époques qui sont mises en regard par deux psys...
    Je ne peux pas tout mettre en ligne, cher Bruno, Mademoiselle Ani vous l'avait fait savoir un jour. vous pouvez aussi me passer u mel, un coup de bigo...
    A bientôt donc, cher BM sorti de son méga silence. Au fait, vous savez comment on dit en "patois " des Zanglais "Printemps"? Vous devriez le savoir, vous que le printemps fait etc...
    Cordialement.

  • Non, pour votre printemps en patois anglais, je patauge et je donne ma langue au chat, le même chat que j'ai vu se prélassant dans une fenêtre de votre blog il y a peu. Il vous ressemblait, à vous qui avez de si fortes accointances avec le chat du Cheshire qui disparaît derrière son sourire.

    Cordialement.

  • SPRING ! ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Jaillissement; jaillir...
    Ah...les chats ! (celui-ci, en fait est une chatte!)
    Bien à vous, cher Bruno !

  • Vous devriez être plus explicatif parce que des fois on voit bien que vous fonctionner en petit circuit fermé alors que tout le monde ne comprend pas vos sous entendus surtout quand vous mettez des lettres à la place des noms des gens que vous voulez dire
    Steph

  • N'empêche, Steph, que Belvert c'est le centre du monde, presque tous les auteurs dont parle Animula y habitent, Bruno Fuligni, Michel Valière, etc...

  • A.Cariâtre est donc de retour...je croyais qu'il était guéri ? Il a dû avaler son chapeau de travers. Faudra que j'en parle avec mes potes : j.-L.L; C.E; P.H.; C.R.; ORCI; B.M., lui surtout, il est de si bon conseil, et comme nous ici, il n'aime pas beaucoup cet A.Cariâtre.
    Cher monsieur A.C. vous allez m'obliger à faire de la peine à Stéph., alias Stéphane Lemonnier, qui sera désormais, sur Belvert, S.L., si il y consent et si il revient parmi nous ...
    Stéphane, je pense que nous ne nous sommes jamais rencontrés. Dans le cas contraire, donnez-nous un indice.
    Par exemple le Cariâtre qui fait des siennes aujourd'hui, A.C., e le connais, mais si je lui dis publiquement qu'il a avalé son chapeau de travers, ça ne le fâchera pas beaucoup, mais si je lui dis :" eh toi, là qui que t'as fait de ton vieux bob cradingue, tu l'as fébou ?" Il sera pas content du tout, mais pas du tout, et il va répondre pas gentil le monsieur ! Mais ça, tant B.M. que les pilotes, on y est habitués à subir les griefs d'A.C...
    Mais il y a pire, parfois, c'est le/la quidam qui griffe "Sarko" sur les blogs. Alors là, c'est pas possible, y pas pire ! D'ailleurs beaucoup l'ont bien remarqué, et comme nous, il n'en veulent pas sur leurs blogs, et ils scandent: tout sauf Sarko ! TSS, en abrégé. C'est dur la vie de blog.
    En tout cas, merci Stéphane de votre bonne visite stimulante. Et si vous fouillez le blog, il y a un contact...
    Bye, bye... je trouve que ça sent le muguet du Poitou. J'aurais pu aussi écrire, ça sent le mulet du Poitou... ou la chèvre du Poitou, ou le chabichou du Poitou... ou mâme la chabichette, c'est pas des odeurs de Neuilly tout ça, évidemment.
    Tiens, une chanson pour finir. Vous connaissez "La femme du vidangeur"? vieux souvenir de jeunesse.

  • Merci, mr Cuir, de votre aimable visite et des traces de votre passage... Serait-ce vous le célèbre créateur des ronds éponymes, et des non moins célèbres durs éponymes ?

  • Mais cher seigneur de Belvert, votre cuir n'est qu'un vulgaire petit parasite qui vient s'incruster en flagornant sur votre blog pour le seul profit d'une minime publicité. C'est un robot publicitaire en résumé.

  • Alors, robotiquement vôtre !
    Heureusement que des internautes du Bon Secours, grâce leur soit rendue ! veillent sur les pas de Belvert pas toujours assurés en matière virale informaticale.
    Merci O.Secours...

Les commentaires sont fermés.