Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cette nuit j'ai fait un rêve...je venais d'entendre une ....

....diatribe sur un débat qui devait avoir lieu, qui ne devrait pas avoir lieu, qui pourtant aura lieu...
Puis, j'ai zapppppppppppé. Pile ! La Zappppppppppatèra (en patois d'Ibérie, ça veut dire: la Savetière...; il y a même une pièce espagnole du poète Federico Garcia Lorca qui est titrée : la Savetière prodigieuse !) Tiens, je vous en rappelle un moment: "...complice de la savetière, un enfant calme les orages qu'elle déchaîne et subit.
Fatigué des caprices de sa femme, le savetier s'enfuit... Les illusions candides de la jolie héroïne résisteront-elles à l'épreuve... etc.

medium_savetiere.jpg

Alors, d'association d'idée en association d'idée, surtout après avoir zappé à la fin de l'envolée épique au terme de la péroraison du discours à Lyon, du 27 au soir... une image m'a "pété" dans la tête bien lasse de notre tournée studieuse angevine :
medium_delacroix-liberty.jpg

Commentaires

  • Sur une barricade, un drapeau brandi, ça peut avoir de la gueule mais plié dans l'armoire avec son mouchoir par-dessus en prévision du grand soir qui tombe, c'est le radeau de la méduse de la liberté, avec ou sans soutif. On ne défend pas celle-ci avec des moyens de vieille culotte de peau.
    "Le jour du 14 juillet, je reste dans mon lit douillet". Le 6 mai aussi parce que "la musique qui marche au pas cela ne me regarde pas".

    Salut et fraternité

  • La musique qui marche au pas, on n'en entend pas non plus dans les buissons de Belvert... parfois un 8 mai quelques notes égrenées d'un appel aux morts arrivent à travers les feuillages jusqu'ici...
    Nous ne sommes pas, comme votre héros éponyme, des géants, mais simplement de petits "faiseurs pousser" de pélargonium, de pissenlits, de feuilles d'acanthe et de pommiers d'amour... des chansons aussi que la co-pilote distille a cappella, avec sa voix si attachante, troublante.
    Le 6 mai ? Ah oui, c'est juste deux jours avant le 8 mai, l'anniversaire du quartier, de notre rue. Juste deux jours avant le rappel d'une certaine Libération...
    Tout cela n'est pas bien, clair, se mélange, se mixte...
    Moi pourtant j'aime bien ce tableau de Delacroix, vous non Godzilla ?

  • Je m'en voudrais de m'insinuer dans votre intéressante tentative de dialogue avec le dénommé Godzilla, mais j'ai envie de répondre à sa place pour le Delacroix, à moi, ça me rappelle trop un billet de banque avant toute référence d'esthète (même si ce dernier est républicain).
    Quant à mon nom et mon rôle que personne ne paraît comprendre véritablement sur ce blog et d'autres apparentés, bien sûr que celui qui se cache derrière l'a choisi en toute connaissance de cause. C'est de cette épithète qui se veut le plus souvent définitive que l'on prétend moucher les râleurs et les résistants. Vous êtes bien acide, vous êtes bien aigri... Bla-bla-bla. Et si dans le vinaigre et l'acide résidait une part de vérité? In acetum veritas... En quelque sorte...
    (Jamais-)A.C.

  • Vous êtes dans l'erreur cher Cariâtre ! vous voyez je squeeze le prénom pour vous sortir de l'acide où vous baignez. Vous savez très bien que les gens de Belvert et notre chère amie mademoiselle Ani aussi, avons très bien compris votre stratégie de "celui-qui-ne-veut-pas-faire-son-propre-blog-pour-ne-pas-se-faire-critiquer". Tiens, j'en parlais justement au tél. tout à l'heure avec mon pote B.M. qui n'a pas encore son blog, lui aussi, mais ça va "viendre" comme il dit... sympa le B.M. artiste (j'en ai une preuve !), poète (je l'ai lu dans le texte !) etc. Mais vous pôooovre Cariâtre, écrivez, dessinez, etc... désacidifiez-vous, comme on le dit des vieux livres !
    De toutes façons, vous êtes le bienvenu sur Belvert, cher Cariâtre, puisque moi, je me charge de l'huile, ainsi avec votre vinaigre, on peut se faire une vinaigrette pour les pissenlits du jardin et les 'poros' de campagne qui s'y développent. Mademoiselle Ani, apportera son grain de sel... Et je ne vous parle pas de la cosconilha qui nous est si chère ici.

Les commentaires sont fermés.