Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Des contes et du cinéma

    Comme suite au premier commentaire de la note "le cunte des troés petites poulétes", je vous propose cette brève filmographie" que j'avais dressée pour mon ouvrage "Le conte populaire" (Armand Colin, 2006).

    Dès les débuts du cinéma, Georges Méliès, le premier, avec « la grâce naïve et la libre fantaisie d’un primitif » eut à cœur de créer de 1896 à 1913 les premières fictions, notamment en mettant en scène la féérie des contes. Ainsi, il tournera une première version de Cendrillon, en 1899 et en 1900 il réalisera Le Petit chaperon rouge. En 1905, il éclairera de ses feux Le Palais des Mille et Une nuits, puis Barbe bleue, en 1906. Il donnera encore cette même-là année : La Fée Carabosse ou le poignard fatal. En 1908, il portera à l’écran La Fée Libellule ou le lac enchanté, et en 1911, Les Hallucinations du Baron de Münchausen, célèbre recueil de contes de mensonges. Il tournera enfin une seconde version de Cendrillon ou la pantoufle merveilleuse en 1912.

    On imagine bien, à l’examen de la centaine de titres de films, comptant de quelques mètres de pellicule à quelques centaines, la jubilation du découvreur de cette nouvelle technique pour laquelle il devait inventer tous les rôles et toutes les fonctions : acteur, costumier, maquilleur, reporter, scénariste, truquiste quasiment magicien. Il ouvrira ainsi la voie à de nombreux créateurs tels que Jean Cocteau (La Belle et la Bête, 1946), ou encore Jacques Demy (Peau d’Âne, 1970), Pier Paolo Pasolini (Le Décaméron, Les Contes de Canterbury, Les Mille et Une nuits).

    Retenons que pour les seules Mille et Une nuits, il a été recensé près de trois cents films plus ou moins inspirés par ce thème, et rappelons aussi que l’entreprise cinématographique industrielle de Walt Disney se taillera une renommée inégalée, avec la réalisation des contes les plus célèbres : Blanche Neige et les sept nains ; Cendrillon...), avec pour corollaire la captation d’une part importante du marché du cinéma et plus généralement de l’audiovisuel.

    Les quelques titres que nous rapportons ci-après ne sont en rien représentatifs de la production mondiale, mais permettent d’ illustrer la diversité des productions :

    - « Angano ... angano, nouvelles de Madagascar » (1989), film Beta SP (63 mn.) de Marie-Clémence et Cesar Paes, Laterit-Productions.
    - Histoires d’Autrefois racontées par Anne-Marie Gauthier en « patois » du Civraisien (s.d., ca 1999), vidéo, Les Amis du Pays Civraisien.
    - Keïta ! l’héritage du griot (1995), film 35 mm couleur (94 mn.) de Dani Kouyaté, Les Producteurs de la Lanterne – Sahélis productions (v.o. bambara et français).
    - Kirikou et la sorcière (1999), dessin-animé couleurs, de Michel Ocelot, produit par Didier Brunner puis édité en DVD par France Télévivions, en 2004.
    - Le Magicien d’Oz (1939), film en noir et blanc et couleur (1h.41) de Victor Fleming (d’après l’ouvrage de Franck Baum, The Wizard of Oz), Metro-Goldwyn-Mayer, (trad. fr., Warner Bros).
    - Peau d’âne (1970), film couleurs (89 mn.), de Jacques Demy, produit par Parc Films, Marianne Productions.
    - etc.

    Michel Valière

  • Coriandre? Qu'es aquo ? Ah?... los que fan encara un disc de musica de balètis...

    da52cc1129c4cd4e844fe2cadd93d40c.jpg
    C'est 14€ et c'est en cliquant:
    http://www.coriandre.info
    1ad38a3b037df7b8f591e69eb18a6b8f.jpg

  • "Les Médiathèques à l'heure du conte", un ouvrage de Cécile Benoist, aux Presses universitaires de Bordeaux

    Il sent encore l'odeur d'encre et voici déjà sur nos tables l'ouvrage de Cécile Benoist (passionnée des livres et de la littérature orale), réalisé à partir de sa récente thèse : Les Médiathèques à l'heure du conte: Enquête ethnographique et regard socio-anthropologique. Il est accompagné d'une préface de Marie Dinclaux, directrice de la Colletion:Lecteurs,bibliothèques, usages nouveaux. C'est dire si les professionnels des bibliothèques et des médiathèques, mais aussi les conteurs trouveront là de quoi replacer leurs pratiques dans un contexte à la fois historique et anthropologique.
    J'oubliais: Editeur: les Presses Universitaires de Bordeaux; l'ISBN: 978-2-86781-449-5
    et l'ISSN: 1275-0522.
    Le prix: 20€
    Votre libraire classique habituel pourra vous le procurer.

    8a15005626be00baf28350774ab334ee.jpg
    9ff52ff3c1faeeb79e73abfc56528a3c.jpg

  • VIBRANT, une revue brésilienne d'anthropologie en ligne

    Virtual Brazilian Anthropology; Revista semestral publicada pela Associação Brasileira de Antropologia
    ISSN 1809-4341 ; E-mail da Vibrant: peterfry@uol.com.br ou carmensilviarial@gmail.com.

    b4476178ef03ba93fbd40305d0a9c971.jpg

    » Vibrant. Volume 4. Número 1.
    Janeiro a Junho de 2007
    » Vibrant. Volume 3. Número 2.
    Julho a Dezembro de 2006
    » Vibrant. Volume 3. Número 1.
    Janeiro a Junho de 2006
    » Vibrant. Volume 2. Número 1/2.
    Janeiro a Dezembro de 2005
    » Vibrant. Volume 1. Número 1/2.
    Janeiro a Dezembro de 2004
    La revue accepte des aricles dans les langues ibériques et en français... Visitez-la si vous avez un peu de temps :http://www.vibrant.org.br/index.html

  • A Angoulême, les murs peints prennent la parole...

    20b0bd83d79c9d61af36a760c5067d10.jpg
    8c81c0e6575a5e4d5fd3cfa23334028b.jpg
    A la Maison des Auteurs, à Angoulême, création sur support papier d'Aude Samama: thème "La Ville de Lisbonne".
    Contact: VIA PATRIMOINE/ Hôtel de Ville, Angoulême.

  • Las Rapatonadas à Aurillac ? Même l'homme au bob y sera... laissez-les vous conter !

    Tot fai ventre ! disait mon grand-père qui savait se contenter de peu par la nécessité de la vie...Tot fai ventre... pour qui sait se régaler des parloes nourricières venues de divers territoires du monde se conjuguer aux paroles d'ici... Prigondas son las paraulas del monde ! Des paroles profondes vont s'échanger ici, à Aurillac, dans le Cantal bien aimé de notre ami L.S, alias l'Homme au bob, poète et artiste de son état d'origine auvergnate... Allez dans le Cantal, à Aurillac, écouter des contes, des contes, et toujours des contes... Renseignements : ieocantal@wanadoo.fr Tél: 04 71 48 93 87

    cc4308c0a821bb01b5c8038dd1740c77.jpg

  • La Passion musicale

    Un nouvel ouvrage (parution le 31 octobre 2007) d' Antoine HENNION : "La Passion musicale"

    1f6a866413fc77e124dd8f5abc01aa1e.jpg


    Ce livre vise à faire une sociologie de la passion musicale qui en respecte les médiations propres. La musique les accumule : instruments, langages, partitions, interprètes, scènes, médias… Du mouvement de réinterprétation de la musique baroque à l'ethnographie d'une classe de solfège, de la grande scène rock au concert classique, en restituant la diversité des intermédiaires, humains ou matériels, par lesquels passe la relation entre des musiques et des publics, Antoine Hennion tente aussi, dans l'autre sens, une théorie de la médiation formulée depuis la leçon que donne la musique. Antoine HENNION est professeur au Centre de sociologie de l'innovation de l'Ecole nationale supérieure des Mines de Paris. Il est notamment l'auteur de
    Les Professionnels du disque, Comment la musique vient aux enfants , La Grandeur de Bach (avec Joël-Marie Fauquet), Figures de l’amateur (avec Sophie Maisonneuve), et l'éditeur avec Patrick Mignon de Rock : de l'histoire au mythe.
    Editions Métailié, 5 rue de Savoie 75006 Paris http://www.editions-metailie.com

  • Vous avez dit Grenelle ?

    Il est temps de prendre son temps !

    93058e2f40ddae1f8c6e116c2d508c83.jpg
    ©M.V. ; entre Saint-Secondin et La Ferrière (date non encore parvenue à la rédaction).
    Parfois nous nous demandons avec madame la Copilote si les visiteurs de passage ont tous pris réellement conscience que le Jardin de Belvert n'était ni à Salers, ni dans le 18° de Paris, ni dans le 16°, ni, ni, ni au Capitole de Toulouse pas plus qu'à celui de Rome...
    Il est, au contraire, à deux pas et demi de ces demoiselles qui défilent précautionneusement devant une machine qui n'a rien à voir avec un 4x4 bobo (lequel va bientôt devoir payer son écot-carbone, qu'on se le dise !)...disons que nous avons entendu ces demoiselles, revenant de casser leur "graine-à-elles" en parler au moment où nous les avons croisées, et il nous a paru bon de prévenir les ceusses tentés encore par les trucs inutiles pour traîner seulement un ou deux marmots à Sainte-Machinmachine, et mercredi à l'anniversaire de...

  • Lieux et sociétés « ethnologisés », à l'Université Victor Segalen de Bordeaux II, Bordeaux

    Un colloque est en préparation sur le thème : Lieux et sociétés « ethnologisés » à l'Université Victor Segalen de Bordeaux II, Bordeaux:

    Lieux et sociétés « ethnologisés »

    Organisé par Anne Doquet, anthropologue à l'IRD et au CEAf (EHESS) et Bernard Traimond, directeur du département d'ethnologie de l'Université de Bordeaux II, le colloque se déroulera dans les locaux de l'université de Bordeaux II les 05 et 06 février 2008.

    Le peu de place concédé en France à l’anthropologie réflexive, conjugué au manque de réflexion sur les incidences possibles du travail anthropologique dans les sociétés qui sont ses objets, amène à interroger les impacts de la discipline, question que la littérature anthropologique ignore souvent, ou se contente d’effleurer.

    Terrains de prédilection des anthropologues, certains lieux ou certains « échantillons de sociétés » ont été étudiés par les chercheurs de façon acharnée. Un lieu ethnologisé peut ainsi se définir par la focalisation d’enquêtes et la succession de chercheurs et d’équipes sur un même terrain, qui vit, et finalement évolue, avec et à travers la discipline. Dans ces lieux, souvent considérées dans l’imagerie occidentale comme des nids d’authenticité, se posent des problèmes tant méthodologiques qu’éthiques, qui s’ils sont inhérents à toute enquête, se voient ici grossis à la loupe.

    Les relations que l’anthropologue y entretient avec ses interlocuteurs constituent un des premiers axes de réflexion. Qui est le statut de l’informateur dans un lieu ethnologisé ? Quelles en sont les incidences dans ses rapports, tant symboliques qu’effectifs, avec l’ethnologue ? Comment le chercheur reçoit-il des données stratégiques et à quelle forme d’analyse peut-il les soumettre ? L’éclairage des conditions d’enquêtes et de leurs évolutions dans les lieux ethnologisés permet d’enrichir la réflexion sur conditions contemporaines de recueil et de production de données anthropologiques.

    Si la présence physique des chercheurs constitue l’un des cadres d’observation des effets des « situations ethnologiques », celles-ci sont également à l’œuvre dans la circulation d’ « images culturelles » incitées par la production anthropologique. Leur circulation implique manipulations et recyclages, puis une certaine stabilisation dans différents points d’ancrage, notamment au niveau des politiques gouvernementales. Les usages locaux de ces images sont ainsi repérables dans les politiques territoriales, patrimoniales ou touristiques des sociétés étudiées. L’impact anthropologique se discerne par conséquent dans les remaniements successifs de ces images.

    Images culturelles et concepts anthropologiques peuvent ainsi se décliner à l’infini, du fait de leur caractère abstrait qui permet tous les bricolages. A l’inverse, la forme figée des écrits anthropologiques n’autorise pas les mêmes remaniements et ceux-ci peuvent constituer des bases stables au service de différents usages. Quel est le devenir in situ des écrits anthropologiques ?

    Si ces différentes questions apparaissent de façon éparse dans la littérature anthropologique française, elles n’ont pas fait l’objet d’une étude approfondie et n’ont jamais été appréciées par une approche comparative. L’objectif de ces journées serait de confronter ces situations dans des aires géographiques et des thématiques de recherche variées, en vue d’en dégager les caractéristiques communes.
    Renseignements : annedoquet@yahoo.fr
    Date limite d'envoi d'un projet: : 1er décembre (envoyer 1/2 page de proposition de communication)

  • Aux A.D. des Bouches du Rhône, un médecin et ethnologue s'expose u 12 octobre 2007 au 6 janvier 2008

    Tunisie, 1906-1958 - Le regard d'Ernest Gobert : Médecin, ethnologue

    Du 12 octobre 2007 au 6 janvier 2008,Archives Départementales des Bouches-du-Rhône,
    Allée de Philadelphie 13100 Aix en Provence

    Exposition consacrée au médecin et à l'ethnologue, au travers notamment de son regard photographique sur des faits de culture aussi variés que les activités artisanales, les gestes techniques, les récurrences des motifs décoratifs, les pratiques religieuses populaires, les pratiques alimentaires, l'habitat et les parfums.

    d49d0f9f0ac18d8c7fbd91cd844a1280.jpg

    Ernest-Gustave Gobert (1879-1973), jeune médecin provincial, fait en 1906 le choix de la Tunisie. Installé dans le sud du pays, il y mène une active carrière de médecin de santé publique. Cependant, au-delà de la pratique médicale, ses centres d'intérêt s'étendent rapidement à deux domaines de recherche qui le passionnent : la préhistoire et l'ethnographie. Poursuivant ces activités après sa retraite en 1935, et jusqu'à son départ de Tunisie en 1958, il accumule notes d'observations, carnets de fouilles, enquêtes et surtout, photographies, objets de toutes sortes, et nombreuses publications.Aujourd'hui, il est encore reconnu comme l'un des précurseurs d'une ethnologie de la Tunisie qui, par bien des aspects, préfigure une tradition scientifique moderne et contemporaine.
    Contacts :
    Pierre Soleilhavoup
    Tél. : 33 4 42 52 81 84 /
    E-mail : pierre.soleilhavoup@cg13.fr
    Informations :http://www.museum-aix-en-provence.org/aix-en-provence-Gobert.htm
    Catalogue Coutumes et Décors de Tunisie
    Sous le regard d'Ernest Gustave Gobert (1906-1958)
    Il y a dix ans, le Musée d'Aix-en-Provence entreprit de classer et d'inventorier les 750 000 objets rassemblés dans ses collections ; parmi ces richesses, de nombreuses pellicules, plaques de verre, livres, lettres et carnets légués par Ernest Gustave Gobert en 1973 furent rassemblés, dévoilant la valeur ignorée d'un volumineux fond iconographique. Aujourd'hui classées et soigneusement conservées, ces archives dévoilent leurs secrets. Aujourd'hui, plus de trente ans après sa mort, la Ville d'Aix-en-Provence a voulu lui rendre hommage en publiant une partie des photographies inédites qui constituent sa collection, accompagnées d'extraits de ses textes qui présentent quelques aspects de la vie quotidienne d'un pays qu'il connaissait bien pour y avoir résidé cinquante-deux ans.
    25acf321fae126c31e6eb030fca9930f.jpg

    Format: 25x25cm
    Nombre de pages: 107 pages
    Année de parution: 2007
    ISBN: 9973-19-714-6

  • Connaissez-vous GIGACIRCUS et les réalisations de ce collectif?

    a9303aefc937a3e740c2ce1d4e3e132f.jpg
    ©Tous droits réservés.
    Non ? dommage. Ces auteurs multimedia œuvrent au départ de la Charente, d'Angoulême comme de Villefagnan et ne manquent pas de surprendre.
    afda190cb88f37f5b06536d5029720c2.jpg
    Le Pilote de Belvert ne peut que vous orienter favorablement dans leur direction.
    afc30e07f30d72bf75bc0d9e8e3d7b44.jpg

    Un peu complexe, certes, mais, prenez votre temps, suivez-les pas à pas des plaines charentaises à celles d'Oiron en Thouarsais, et très vite les grands espaces de La Mongolie s'ouvriront à vous.
    d77d705e543daa85e776f19afae2b515.jpg

    Bon voyage... au passage ne loupez pas Oiron, c'est un "château de la Loire" des bords du Thouet, mais ça, ne le criez pas trop fort, dites : "Loire". Magnifique !
    Rendez-vous donc : http://www.gigacircus.net
    GIGACIRCUS Collectif d'AUTEURS Multimedia - La Maison des Auteurs - 16 000 ANGOULEME F
    Contact : Sylvie Marchand - 33 6 79 69 03 03 ;
    mel: temps.reel@gigacircus.net
    Ah, oui, encore un mot : Merci Sylvie Marchand pour votre œuvre artistique si dynamique, vous qui commençates si bien par de l'ethnologie du côté de l'Acadie cousine... nous ne l'avons pas oublié, et vous non plus à en juger par vos centres d'intérêt et vos observations des espaces et des milieux que vous arpentez.
    bdfbfdef8a52d083e849836b7bf6f5e5.jpg
    ©Tous droits réservés pour les photos de cette page.

  • Une journée d'étude consacrée aux "instituteurs et le folkore", A Carcassonne, le 27 novembre 2007, avec le GARAE.

    Le Pilote de Belvert a été "mobilisé" pour venir y évoquer Francine Poitevin qui naguère traita du folklore du poitou, mais aussi d'ethnomuséographie et de lttérature régionaliste...

    0837b9ff5af455245f59414ae1bed120.jpg


    Programme:
    L’instituteur laïque : un producteur d’archives ethnographiques - Florence Galli-Dupis
    Les monographies des instituteurs et l’ethnologue - Daniel Fabre et Florence Galli-Dupis
    Maître d’école et petites patries - Philippe Martel
    Antonin Perbosc et l’expérience pédagogique de Comberouger - Hervé Terral
    Francine Poitevin : sur le chemin du musée d’ethnographie - Michel Valière
    Urbain Gibert dans la République des érudits - Daniel Fabre
    Des chemins du Causse à la grande draille d’Aubrac, Adrienne Durand-Tullou ethnographe - Pierre Laurence.

    Ce sujet peut paraître paradoxal à première vue, car l’école est généralement présentée comme une machine à produire de l’identité nationale, qui érigerait l’unité de la Nation sur les décombres des diversités ou particularismes locaux.
    Il est vrai que, suite à la promulgation des lois scolaires de Jules Ferry instaurant une école primaire laïque, gratuite et obligatoire, le processus d’unification du pays se poursuit en s’appuyant sur le principe fondamental d’une école unique pour tous, c’est-à-dire, pour le dire rapidement, un même formation des maîtres, un programme d’enseignement commun à l’ensemble du territoire et une seule langue utilisée, le français ; mais cette unicité scolaire requiert quelques nuances. D’une part, l’instituteur est un fonctionnaire dont le recrutement se fait au niveau départemental et non national. C’est un enfant du cru, formé à l’école normale du chef-lieu, puis nommé à l’intérieur de son département d’origine. Le maître d’école ne quitte donc pas les frontière de sa "petite patrie".
    c6a29977dc2bf0f7f569069100058bac.jpg
    ©INRDP (2004);Ministère de l'éducation nationale.
    D’autre part, la volonté de l’instruction publique n’est pas d’étouffer la petite patrie sous la grande, mais au contraire d’enseigner la couleur locale du petit pays pour mieux "apprendre la France".
    Petite et grande patrie ne sont donc pas antithétiques mais complémentaires, comme le prouve cette circulaire du 25 février 1911 adressée aux recteurs d’académie par Maurice Faure, le ministre de l’Instruction publique de l’époque, pour encourager les instituteurs à enseigner l’histoire et la géographie locales :
    "C’est un fait malheureusement trop certain que la plupart des élèves et un trop grand nombre des Français ignorent presque entièrement tout ce qui a trait à la géographie et à la l’histoire de la commune, du département où ils sont nés et de l’ancienne province dont ce département faisait partie avant la Révolution. Il y aurait cependant le plus sérieux avantage à ce que tous connussent bien la physionomie particulière de la terre natale, ses ressources, les coutumes et les moeurs de ses habitants, leurs traditions, contes, proverbes, légendes, le rôle qu’elle a joué dans le passé, les citoyens éminents qu’elle a enfantés (...)On est d’autant plus attaché à son pays qu’on a de nombreuses raisons de l’aimer, de s’y sentir en quelque sorte solidaire des générations disparues, et l’amour du sol natal, comme je le disais à la Chambre des Députés, est le plus solide fondement de l’amour de la patrie."
    Ainsi, passeur entre deux cultures -républicaine et locale, ou savante et populaire-, le maître d’école peut dissimuler, sous l’apparence du "hussard noir" bien connu, l’âme d’un ethnographe passionné. C’est la raison pour laquelle nous consacrons cette deuxième édition d’Arrêt sur Archives, à l’étude des relations entre l’école et le folklore depuis la Troisième République.

  • Des hommes du bois et de la forêt... mais surtout pas des hommes sauvages !

    ... Il ne faut pas trop croire les contes et balivernes sur ces hommes qui vivent en travaillant - durement - dans les bois. Découvrez-les à partir de l'ouvrage de Florent SCHEPENS paru au CTHS (25€ + port) ou chez votre libraire préféré.

    89c98ff28a53fc017d2a274edaceec71.jpg

  • Un Breton trop vite oublié, Emile Souvestre...

    A paraître dès les premiers jours de Novembre l'ouvrage publié par le CRBC de Brest:

    EMILE SOUVESTRE, écrivain breton porté par l'utopie sociale, Actes du colloque de Morlaix (3-4 février 2006), sous la direction de Bärbel Plötner-Le Lay et Nelly Blanchard.

    Émile Souvestre, homme aux activités variées (écrivain, moraliste, journaliste, professeur à l’Ecole d’administration, etc.) et à la pensée complexe (utopisme social, socialisme, christianisme, attachement à la Bretagne, etc.) est né à Morlaix en 1806 et mort à Montmorency en 1854. Il obtint les prix Montyon et Lambert qui le rendirent célèbre à l’étranger, mais les histoires littéraires de France n’ont pas perpétué son souvenir au-delà de la IIIe république. C’est ce paradoxe que les articles de cet ouvrage contribuent à saisir en offrant des regards variés sur l’homme et l’œuvre et en proposant trois séries d’articles qui redonnent le contexte historique de l’époque, se penchent sur diverses facettes de son œuvre – de l’utopie sociale aux littératures populaires – et tentent d’en mesurer le rayonnement dans d’autres domaines artistiques et au-delà de la France.

    Contexte historique:

    Michel DENIS – Républicanisme en Bretagne à l’époque d’Émile Souvestre
    Bärbel PLÖTNER-LE LAY – Émile Souvestre, un artiste saint-simonien au service de la poésie, du théâtre et du roman populaire
    Roger DUPUY – Émile Souvestre et l’histoire de la Révolution en Bretagne dans Mémoires d’un sans-culotte bas-breton (1840-1841)

    Utopie sociale et littératures populaires:

    Marie-Laure AURENCHE – Émile Souvestre et Édouard Charton. Histoire d’une amitié : du saint-simonisme à la collaboration littéraire
    Olivier BARA – Émile Souvestre, praticien et réformateur du théâtre, ou la morale en action
    Fañch POSTIC – Le rôle d’Émile Souvestre dans le développement du mouvement d’intérêt pour les traditions orales au XIXe siècle
    Joëlle EDON-LE GOFF – La pédagogie de l’écriture dans Les Derniers Bretons
    Jean André LE GALL – Émile Souvestre ou les avatars d’un Breton des Lettres

    Le rayonnement des œuvres de Souvestre:

    Philippe LE STUM – Souvestre illustré, Souvestre inspirateur d’images
    Max Ulrich BALSIGER – Émile Souvestre à l’origine d’un livret d’opéra : Stiffelio de Verdi
    Jean-Yves LE DISEZ – Souvestre tel qu’il sera… en anglais, ou la prolifération métatextuelle de l’œuvre dans le monde anglophone
    Nelly BLANCHARD – Le succès d’Émile Souvestre dans le monde germanophone
    Bibliographie sélective

    BON DE COMMANDE

    Prix de vente : 18 € (franco de port) – 16x24 – 288 p., ill. − ISBN 978-2-901737-76-6
    Je commande ……. exemplaire(s) de l’ouvrage

    Émile Souvestre
    écrivain breton porté par l’utopie sociale

    M…………………………………..………………….………………
    Adresse……………………………….…………………………………………………….……………………………………………………………………………….…..………………………………………………………...
    Courriel………………………………………………..………..……..

    Ce bon de commande, accompagné d’un chèque à l’ordre de M. l’Agent comptable de l’Université de Bretagne Occidentale, est à retourner au :
    Centre de Recherche Bretonne et Celtique – Faculté des Lettres Victor-Segalen
    CS 93837 – 29238 BREST Cedex 3 –  02.98.01.63.31 – Fax 02.98.01.63.93 – crbc@univ-brest.fr

  • Des chants de forgerons et de leurs marteaux...

    L'ethnologue Noëlle Gérôme (CNRS), qui a consacré la majorité de ses travaux à l'histoire ouvrière et surtout aux productions symboliques des ouvriers de l'industrie, vient de nous faire connaître le cd : "Les Chansons de forgerons", produit par le séminaire R.P.I.O., la DRAC de l'Île de France, la RATP et le Comité d'établissement de la SNECMA-Gennevilliers. Les réalisateurs du disque sont: Emmanuel Wade, Isabelle Durand, Olivier Lacoste et Noëlle Gérôme qui en a effectué la recherche documentaire at la présentation.

    7c50cfdff8d82b7b71d43857cea5ccb1.jpg
    8ab3a70e149b7391c096956b3ba85bb6.jpg
    d27a3ce1fd4529a842c22e7004c383a0.jpg

  • Un ouvrage du CTHS sur le Temps... à Besançon!

    ...vient de paraître, en prenant tout son temps:

    abbcf744b1ad861051f8409451527f3b.jpg

    Chez votre libraire habituel, ou directement à Paris, au CTHS, 1 rue DESCARTES, 75231 Paris cedex 05.

  • Une réflexion philosophique sur la danse et son esthétique...

    Alain Foix, avec son nouvel ouvrage propose une réflexion philosophique sur la danse et son esthétique en tant que lieu privilégié de questionnement du sujet dans sa relation au monde, au corps, au langage, à l'espace et au temps. Il devrait intéresser de jeunes lecteurs autant que les adultes curieux de découvrir une philosophie du corps en mouvement.

    31aab34845a56fbdbf884027fb47b9d5.jpg

    En effet, chacun croit savoir ce qu'est la danse, mais il suffit de se demander ce qu'elle est vraiment pour que cette évidence se transforme en mystère. La danse est un mode d'expression auquel bien des sociétés prêtent des vertus magiques, une manière de se mouvoir dans l'espace qui donne au spectateur l'envie de participer, la création d'un sujet libre et maître de ses mouvements, et aussi un art... Qu'est-ce que le corps en mouvement ? Quel lien unit le danseur et le spectateur ? Quelle part l'esprit prend-il à la danse ? Cette pratique si riche de sens nous aide à explorer la relation de l'homme avec le monde, l'autre, le corps, le langage, l'espace et le temps.
    Voici donc un petit livre plutôt original... 10,00 €
    Reliure : Broché
    Page : 64 p; Format : 20 x 13 cm; ISBN : 978-2-07-060321-3; EAN13 : 9782070603213

  • Du Vin et des Contes des Corbières (Aude), avec Hélène BARDOT, conteuse

    Hélène nous a communiqué ses dates... ceux qui aiment le "beau parler" et le bon vin ! iront la retrouver lors des prochaines dates du Café Conte:

    97c6893f75f9029dbe0492c9822b7298.jpg

    Jeudi 11 Octobre à Camplong d'Aude à 21h30 (Salle Paul Taudou)
    Vendredi 19 Octobre à Canet d'Aude à 19h (Cave coopérative)
    Samedi 20 Octobre à Conilhac-Corbières à 19h (Salle Michel Olive : Cave à Jazz)
    Jeudi 25 Octobre à Fabrezan à 19h (Foyer municipal : face au grand café)
    Vendredi 26 Octobre à Montlaur à 20h30 (Salle pas encore déterminée)
    Mardi 20 Novembre au LEGTA de Carcassonne à 14h (dans l'établissement)
    Samedi 24 Novembre : Sigean : 21h, salle des pénitents
    15 Décembre : Douzens : 21h, foyer théâtre.
    a219a3bf2ff787496d4d051b30735590.jpg
    (Nous nous ferons crever la peau, mais nous sauverons le VIN NATUREL)
    Au plaisir de vous y croiser et de vous en conter...
    Salutations
    Hélène Bardot Tel : 04 68 27 50 32
    64d68045eb83118f611825d2b0043d2d.jpg
    © Droits réservés.

  • Ouvrage recommandé aux praticiens de l'occitan dans ses variantes régionales.

    La section drômoise de l’Institut d’Estudis Occitans et les Éditions littéraires et linguistiques de l’université de Grenoble (ELLUG) ont le plaisir d’annoncer la parution prochaine du DICTIONNAIRE des DIALECTES DAUPHINOIS, anciens et modernes par l'abbé Louis MOUTIER :
    Édition, introduction, bibliographie et notes de Jean-Claude RIXTE ; saisie informatique et cartographie de Jean-Alexandre CLUZE ; (Essai de transcription en graphie classique en annexe).
    Préface de Jean-Claude BOUVIER, Professeur émérite de langue et culture d’oc de l’Université de Provence.
    Éditeurs : IEO-Drôme et ELLUG, 2007
    Cet ouvrage est actuellement en souscription jusqu’au 15 décembre 2007 au prix de 28 euros. (Le prix public sera de 35 euros).
    L’ouvrage contient :
    - Carte linguistique du Dauphiné d’après Louis Moutier (verso de la 1ère de couverture et recto du 1er feuillet, en couleur) ;
    Préface et Introduction (28 pages), dont :
    - Tableau des signes et abréviations conventionnels
    - Tableau des signes phonétiques utilisés
    - Tableau des localisations données par Louis Moutier
    Le Dictionnaire de Louis Moutier (702 pages)
    Annexe contenant la transcription en graphie classique (2 pages d’introduction dont tableau des graphèmes + 142 pages)
    Bibliographie (15 pages), dont :
    I. Sources utilisées par Louis Moutier
    II. Ouvrages et articles utilisés pour l’édition du dictionnaire de Louis Moutier (sources secondaires).
    Format : 17 x 24 cm. 902 pages.
    Carte intérieure en quadrichromie.
    Couverture quadrichromie recto/verso ; reliure carton.
    ISBN : 2-9513518-6-0

  • De la Musique du Col de Tende, à la frontière italienne...

    Une publication de l'ADEM O6... à partir de l'enquête de Bernard Lortat-Jacob, ethnomusicologue (Musée de l'Homme, Pais), en 1967-1968 devrait retenir l'attention des ethnologues autant que des musicologues.
    Evidemment le sujet ethnomusicologique est très localisé, mais c'est aussi un moment de l'histoire de l'ethnologie de la France qui y est raconté (1967-1968, les Atp et la "révolution"...) 8ad7e9094c18e9badcc54396368e4e66.jpg "Musique du col de Tende. Les archives de Bernard Lortat-Jacob 1967-1968" est le nouveau livre-disque édité par l'ADEM 06 (Délégation départementale à la musique et à la danse des Alpes-Maritimes). Cet ouvrage publie pour la première fois des enregistrements resté à ce jour inédits et illustrant la tradition vocale très particulière et polyphonique de cet endroit de la vallée de la Roya, territoire singulier car transfrontalier et à la croisée des langues et dialectes. Cette publication a été réalisée par Cyril Isnart et Jean-François Trubert, respectivement docteurs en ethnologie et en musicologie. Le disque est accompagné d’un livre de 108 pages constitué d’un entretien avec Bernard Lortat-Jacob, puis d’une présentation de ce corpus de chants, et de leur transcription avec analyse musicologique. Cette dernière partie, véritable chansonnier, est illustrée de nombreuses transcriptions musicales accompagnées des paroles des chants. Ce livre-disque a été réalisé grâce au partenariat du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, ex-Musée des Arts et Traditions Populaires), de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université de Nice-Sophia-Antipolis. Il a bénéficié du soutien financier du Conseil Général des Alpes-Maritimes.
    A commander à l'Adem06 : adem06@adem06.com (04 93 72 47 60). 15€ + port.