Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Homme des bois ? Socio-anthropologie d'un groupe professionnel

Homme des bois ? Socio-anthropologie d'un groupe professionnel, Par Florent SCHEPENS,Paris, Ed. du CTHS
Collection : LE REGARD DE L'ETHNOLOGUE.

Les préjugés liés aux forestiers sont tenaces.
Ainsi, puisque selon la culture occidentale on ne peut longtemps séjourner en forêt sans y perdre son humanité, les forestiers sont toujours soupçonnés de sauvagerie. Le bûcheron, figure emblématique de ce milieu, reste l'idiot moyen qu'a pas fini ses études, le gros ours du fond des bois " selon les termes de l'un d'entre eux. En plus de cette image sociale peu valorisante, l'activité des entrepreneurs de travaux forestiers (ETF) - des bûcherons, débardeurs et sylviculteurs indépendants - est aussi exceptionnellement dangereuse : un ETF sur cinq est victime d'un accident chaque année.
Dès lors, choisir une telle profession n'est pas anodin. Comment devient-on entrepreneur de travaux forestiers ? Qu'est-ce qui motive ceux qui le deviennent et leur fait accepter ces difficiles conditions d'activité ? Comment trouvent-ils et surtout conservent-ils un successeur, eux qui interdisent à leurs enfants de s'inscrire à leur suite ? Ces questions trouvent ici une réponse à travers une approche socio-anthropologique de ce groupe professionnel.
Au-delà du cas particulier des activités forestières, les analyses développées dans cet ouvrage apportent, entre autre, un éclairage sur l'apprentissage, la gestion des risques professionnels, la transmission d'entreprise et l'organisation du marché du travail.
Chez votre libraire habituel...

Commentaires

  • Quand j'étais petit, je voulais être inspecteur des eaux et forêts comme Jean de La Fontaine.
    Même exploités, même rationalisés, les bois conservent de leurs mystères. Aujourd'hui encore, je sais des rites discrets qui s'y déroulent.
    Les amadryades n'ont pas fini de jouer les sirènes.
    A rêver sur votre note, je prends conscience combien, chez Chomo près Fontainebleau, chez Richard Greaves en Beauce canadienne, derrière Pierre Rapaud en Limousin, je me suis plu à arpenter cette Papouasie où l'on caresse la Pouasie.
    "La grâce que je vous souhaite" (pour citer Léon-Paul Fargue), c'est de toujours vous dire: Et s'il n'était d'ethnologie que mâtinée de poésie?

    J2L

  • Merci de votre visite "autobiographique"...
    Ethnologie mâtinée de poésie... ? Voilà qui va faire rêvasser dans le landerneau de la planète anthropo...
    J'espère que de jeunes collègues vous répondront... L'écriture ethnographiques est incessamment en débats larges / déballages...
    Comment mettre en mots des réalités humaines et sociales si complexes ???
    Il faut revenir aux fondamentaux étymologiques de "poésie".
    Je souhaite en rester là ce soir !
    M.V.

Les commentaires sont fermés.