Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Homme des bois ? Socio-anthropologie d'un groupe professionnel

    Homme des bois ? Socio-anthropologie d'un groupe professionnel, Par Florent SCHEPENS,Paris, Ed. du CTHS
    Collection : LE REGARD DE L'ETHNOLOGUE.

    Les préjugés liés aux forestiers sont tenaces.
    Ainsi, puisque selon la culture occidentale on ne peut longtemps séjourner en forêt sans y perdre son humanité, les forestiers sont toujours soupçonnés de sauvagerie. Le bûcheron, figure emblématique de ce milieu, reste l'idiot moyen qu'a pas fini ses études, le gros ours du fond des bois " selon les termes de l'un d'entre eux. En plus de cette image sociale peu valorisante, l'activité des entrepreneurs de travaux forestiers (ETF) - des bûcherons, débardeurs et sylviculteurs indépendants - est aussi exceptionnellement dangereuse : un ETF sur cinq est victime d'un accident chaque année.
    Dès lors, choisir une telle profession n'est pas anodin. Comment devient-on entrepreneur de travaux forestiers ? Qu'est-ce qui motive ceux qui le deviennent et leur fait accepter ces difficiles conditions d'activité ? Comment trouvent-ils et surtout conservent-ils un successeur, eux qui interdisent à leurs enfants de s'inscrire à leur suite ? Ces questions trouvent ici une réponse à travers une approche socio-anthropologique de ce groupe professionnel.
    Au-delà du cas particulier des activités forestières, les analyses développées dans cet ouvrage apportent, entre autre, un éclairage sur l'apprentissage, la gestion des risques professionnels, la transmission d'entreprise et l'organisation du marché du travail.
    Chez votre libraire habituel...

  • Une étude sur les "Papiers de famille" par Sylvie Mouysset

    Sylvie Mouysset, "Papiers de famille : Introduction à l’étude des livres de raison (France, XVe-XIXe siècle)". Préface de François-Joseph Ruggiu.
    Sur un cahier de mauvais papier, le père de famille note les menus et hauts faits de l’existence des siens, de la naissance de ses enfants au revenu de ses récoltes, de la guerre qui gronde au passage d’une comète. Avec le livre de raison, nous pénétrons dans le vaste monde des écritures ordinaires, définies par les anthropologues comme l’ensemble des recours à l’écrit qu’imposent à la fois notre vie privée et notre existence sociale.

    Les écrits du for privé font aujourd’hui l’objet de recherches nouvelles. Cette étude fait le point sur l’historiographie européenne en ce domaine, en même temps qu’elle dessine un certain nombre de pistes à suivre sans tarder, comme la question de l’auteur, la voix ténue des femmes, l’objet livre ou encore l’écriture du temps. Grâce au dépouillement de quelques quatre cents livres de raison, elle offre la première synthèse française sur le sujet.

    Presses Universitaires de Rennes, coll. "Histoire", 2007, 347 pages, 22 euros.
    ISBN / 978-2-7535-0554-5

    Un ouvrage qui devrait intéresser autant ethnographes et ethnologues que les généalogistes et les historiens des familles et de la parenté.

  • Mettez-vous à l'heure ! Un site commun pour le catalan et l'occitan... à découvrir, puis à fouiller, et surtout à utiliser (méthode gracieuse audio-visuelle)... mais, semble-t-il controversée.

    « Rien ne justifierait aujourd'hui que l'on ignore la diversité de nos langues de France, leurs beautés, leurs histoires, leurs spécificités, ni les superbes textes qu'elles ont produits et qu'elles produisent.
    On n'est pas pleinement cultivé quand, vivant sur un territoire, on ignore tout ou presque des réalités linguistiques de ce territoire, parce que justement la langue est source de culture. » Christian Nique, Recteur de l'académie de Montpellier, Chancelier des Universités... Découvrez la suite en suivant ce lien, et essayez-vous à l'apprentissage de l'occitan : lecture et prononciation avec la méthode audio-visuelle (gratuite et téléchargeable que vous trouverez en feuilletant les pages de ce site: http://www.crdp-montpellier.fr/languesregionales/
    et pour accéder directement à la méthode ; http://www.crdp-montpellier.fr/occitan/direenoc.htm
    Bon viatje en Occitania linguistica...

    fd9292ab48d4bafb42a17afcc0c5e7de.jpg

  • De nouveaux Pays d'Art et d'Histoire: Limoges, en Limousin, et le Pays Mellois (Deux-Sèvres)

    Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, sur proposition du Conseil national des Villes et Pays d'art et d'histoire, présidé par Michel Clément, directeur de l'architecture et du patrimoine, réuni le 10 janvier 2008, a attribué le label Ville ou Pays d'art et d'histoire à 7 nouveaux "pays". Belvert en a retenu deux d'entre eux qui le jouxtent (ou presque !) :
    D'abord :
    * LIMOGES (Haute-Vienne) : La ville a convaincu les membres du Conseil national de sa volonté d'utiliser le label pour favoriser d'une part la sensibilisation de tous les publics et d'autre part un développement économique et urbanistique qui prend en compte l'ensemble du patrimoine historique et immatériel, relatif en particulier aux arts du feu (émaux, porcelaine, vitrail).

    bf36bfe175b5f5d9571cfaef310dc8f4.jpg
    (L'émail de Limoges est encore largement méconnu du grand public. En une synthèse claire et abondamment illustrée, cet ouvrage retrace l'histoire de cet art précieux, exercé par les artistes de Limoges, du Moyen Âge à nos jours, avec une étonnante capacité de renouvellement. Proposé pour la première fois dans une lecture continue, ce panorama est jalonné de chefs-d'oeuvre mondialement connus et de découvertes issues des plus récentes recherches. De l'orfèvrerie religieuse médiévale à la vaisselle décorative de la Renaissance, les émaux de Haute Époque contribuèrent avec éclat au rayonnement de Limoges dans toute l'Europe. Si au XIXe siècle l'émail français se distingue d'abord par une pratique essentiellement parisienne, la capitale limousine réinscrit très rapidement son nom, avec l'Art nouveau et l'Art déco, dans la grande histoire des arts décoratifs. De nouvelles générations d'artistes parviennent alors à renouer avec les savoir-faire, un temps oubliés, et perpétuent leur art avec inventivité. Un descriptif des techniques de l'émail et un signalement systématique des noms de ses principaux praticiens aideront également amateurs et spécialistes à saisir toute la variété et la singularité de L'art de l'émail à Limoges. Bibliographie, nombreuses illustrations en couleurs. Edition bilingue français-anglais. Résumé de l'ouvrage de Véronique NOTIN,JEAN, 2005).

    Le recrutement d'un animateur de l'architecture et du patrimoine permettra d'organiser la coordination entre les différents acteurs culturels de cette capitale régionale.

    Puis,
    * PAYS MELLOIS (Deux-Sèvres) : Le Syndicat mixte pour l'aménagement du Pays Mellois a fait valoir la qualité de son projet de développement de territoire : le Pays d'art et d'histoire y trouvera naturellement sa place. Fort de son patrimoine roman et de son histoire mutualiste, le Pays Mellois s'attachera à définir un projet de scientifique et culturel qui facilitera la mise en oeuvre du centre d'interprétation de l'architecture et
    du patrimoine.
    b3d757f7c66e154b6d3edde73f81cc92.jpg
    © Les Mines argentifères de Melle. Tous droits réservés.
    ("L'exploitation s'est déroulée entre 602 et 995. Le minerai est de la galène argentifère.
    7d1f8e6502596fb7ec7b87ee9c4b571d.jpg
    Melle, logo des mines. © Tous droits réservés.
    La numismatique montre un monnayage mellois en argent entre 768 et 1189. Une des particularités des mines de Melle est d'avoir été ouverte au feu en faisant exploser la roche avec des bûches dressées contre les parois. La mine prend alors des formes très arrondies qui sont typiques. Après l'abattage, le minerai est sorti pour être concassé, lavé et calibré.
    Le minerai subit plusieurs fontes jusqu'à l'obtention de l'argent : une première fusion donne du plomb argentifère, puis la coupellation sépare le plomb de l'argent qui sera coulé en lingot et envoyé à l'atelier monétaire. Charles le Chauve, en 864, limite à dix le nombre d'ateliers battant monnaie dans tout l'empire dont Melle. Les monnaies frappées à Melle sont le denier et l'obole". D'après Madame Claire König, enseignante d'Histoire naturelle). Sur les mines, cf. aussi : http://www2.brgm.fr/Fichiers/Revue_01/mine%20europe.pdf.

    Dans le cadre du label Villes et Pays d'art et d'histoire, la collectivité, avec le soutien de l'Etat, recrute un personnel qualifié, organise des actions de sensibilisation et crée des ateliers pédagogiques. Un centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine est mis en place.
    Equipement de proximité, celui-ci présente l'évolution de la ville ou du pays et accueille débats et conférences sur l'actualité de l'architecture, de l'urbanisme, du patrimoine et du paysage.
    Avec ces nouveaux lauréats, Christine Albanel entend poursuivre la politique de partenariat menée avec les collectivités territoriales autour de la valorisation du patrimoine et la sensibilisation à l'architecture.
    Le réseau compte désormais 131 Villes et Pays d'art et d'histoire dont 95 Villes d'art et d'histoire et 36 Pays d'art et d'histoire.
    En savoir plus sur ce réseau : http://www.vpah.culture.fr/
    Enfin,
    * Belvert attend avec impatience la labellisation du Pays Confolentais, porté par la Communauté de communes du Confolentais, présidée par monsieur Guy Traumat...

  • Ca n'intéresse pas que les Occitans ! C'est une porte ouvertes sur la langue, et la culture occitane, sur l'actualité ...

    Même si votre gradient d'occitanité vous paraît maigrichon, voire inexistant, ne soyez pas pusillanime, cliquez sur ce lien et regardez s'il n'y a pas de votre côté un "baleti", une conférence, un film susceptible de faire vibrer en vous l'Auvergnat (vlan ! pour Le Sciapode...) ou la petite âme en errance de l'Auvergnate qui sommeille encore en vous... Actuoc 10 février 2008.doc
    Ah... l'Occitanie et son radieux soleil en toute saison ... Adissiatz, m'en vau al lièit qu'anèm devenir tardiers...

    421defdb416a141bb733b6a23b087744.jpg
    © 2006, Les Cabanes, lever du soleil ; cl. Séverin Valière.
    Excusez, là vous vous égarez... Il n'y a pas que du soleil, ni de la neige d'ailleurs...
    Mais il y a la langue d'Or ! la Lenga d'aur...

  • Un nouvel ouvrage de Marc Abélès chez Payot-Rivages: Anthropologie de la globalisation

    La globalisation, ce n'est pas la mondialisation. La mondialisation, ce sont des flux, des mouvements. Elle existe au moins depuis la fin du XIXe siècle, où les échanges se sont intensifiés et l'économie s'est internationalisée. La globalisation, elle, est un phénomène récent et à l'origine d'une mutation radicale, certes économique et financière, mais aussi et surtout humaine : l'intégration et l'interconnexion sont devenues telles que chacun, aujourd'hui, doit vivre quotidiennement au niveau local, avec des attaches territoriales et une identité culturelle, tout en ayant le sentiment d'appartenir à la globalité du monde.

    Cette tension entre le local et le global caractérise la globalisation. Pour la comprendre dans toutes ses dimensions et ses implications (culturelles, économiques, politiques), l'approche anthropologique se révèle essentielle. Ce livre est le premier en France à donner les outils pour penser notre modernité et se repérer dans les multiples débats d'idées et théories qui, depuis une trentaine d'années, concernent les enjeux de la globalisation.

    4b13b3c7d1cfec19d3f761e65593eb98.gif

    Marc Abélès, "Anthropologie de la globalisation", Paris, Editions Payot-Rivages, 2008 (21 €,50)
    ISBN-10: 2228902640
    ISBN-13: 978-2228902649
    Sommaire :
    Avant-propos
    De l'économie à l'anthropologie : la globalisation en perspective
    L'anthropologie face à la globalisation
    La globalisation et le politique
    Violence dans la globalisation
    Migrations, citoyenneté, société civile
    Conclusion
    Notes
    Bibliographie

  • La Croisade albigeoise avec Michel Roquebert : : Jeudi 21 janvier 2008 – 16 h – 17 h 30 - Salle A 105 Université Paul Valéry à MONTPELLIER

    De la croisade albigeoise à l’inquisition

    La Croisade albigeoise (1209-1229), guerre sainte vite pervertie en pure et simple guerre de conquête, se heurta à une résistance au sein de laquelle il n’est pas aisé de distinguer les mobiles politiques des mobiles religieux. De plus, comme toute invasion étrangère, elle suscita des soumissions spontanées, en provoqua d’autres par la force, fut l’occasion de règlements de comptes locaux, eut ses « collaborateurs », ses transfuges et ses traîtres. Autant de cas de figure assez facilement prévisibles, d’où semble émerger cependant une image originale : celle du "faidit", le résistant dépossédé, pourchassé, qui parfois, de guerre lasse, se soumet et finit par récupérer ses biens, mais qui aussi, parfois, lutte en irréductible insoumis jusqu’à voir sa vie s’achever dans la misère, la déshérence et l’oubli (sur lo "faidit" : suivez ce lien : http://209.85.135.104/search?q=cache:HAVL3lXZEr0J:www.chez.com/thegranim/ac_lafon.htm+uc+faidit&hl=fr&ct=clnk&cd=1&client=safari ).

    Avec l’Inquisition, mise en place en 1233, les modalités de la résistance changent. La nouvelle institution répressive correspond à l’émergence historique d’un modèle de société de persécution fondée sur un système policier et judicaire totalement indépendant des pouvoirs locaux – civils ou ecclésiastiques – chargé du contrôle étroit des consciences et jouissant pratiquement d’une totale impunité.
    Va lui répondre, et très vite, un modèle de société de résistance – à mobiles essentiellement religieux cette fois - qui s’organise à la fois en réseaux croisés - celui des militants de base et celui des sympathisants qui les cachent et les ravitaillent –, en un découpage géographique propre à faciliter l’action militante et son contrôle, enfin en une direction hiérarchisée dont il est aisé de montrer que son quartier général était installé à Montségur. Ce qui explique évidemment le siège de 1243-1244.
    Deux « modèles » donc, qui se répondent, et dont on peut se demander s’ils n’ont pas peu ou prou initié, jusque dans ses modalités d’action, le couple répression / résistance que secrétèrent par la suite toutes les guerres idéologiques.

    Séminaire REDOC (Recherches en domaine occitan) / ETOILL– ouvert au public
    Jeudi 21 janvier 2008 – 16 h – 17 h 30 - Salle A 105 Université Paul Valéry à MONTPELLIER
    L’équipe REDOC invite Michel Roquebert, historien, spécialiste de la Croisade albigeoise

    Une page d'histoire lourde de sens et de conséquences pour le monde occitan, fondatrice de la dichotomie Nord/Sud de la France contemporaine... et comme l'écrit Robert Lafont (cf. Lien supra) : " ...la catastrophe de l’Occitanie historique a ... ouvert le " roman d’Occitanie " à la rêverie européenne. Cela devait aller jusqu’au
    romantisme."

  • La conteuse Hélène Bardot... des Corbières vous invite...

    Bonjour ! Pour info, voici nos prochaines dates de représentation :

    dc4264ceb7f1692b60a83052548fc9d9.jpg
    © Tous droits réservés.

    - Mercredi 13 Février, 14h30 à Siran, médiathèque Léon Cordes :
    "Café conte 1907"

    - Jeudi 20 Mars, 18h, Cesseras, salle des fêtes :
    "Même pas peur!... ou l'enjambée des Corbières"

    - Samedi 29 Mars, Agel, 21h, salle des fêtes :
    "Même pas peur!... ou l'enjambée des Corbières"

    Pour ces différentes représentations : réservations conseillées : Centre Culturel Le Minervois 04 68 91 31 50

    Nous jouerons également le "Café conte 1907" le Vendredi 22 Février à Puichéric, salle de l'enclos à 20h30.

    Au plaisir de vous en conter et de vous rencontrer à l'une de ces occasions !
    Hélène Bardot, conteuse.
    Et si on se faisait une petite virée dans les Corbières... et le Minervois. Ah le Minervois...
    c46b7014ffaad5ed1b380b58e04b04b3.jpg
    © Tous droits réservés.
    f1572157f1b714e23a88187965c4e8b8.jpg
    © Tous droits réservés.

  • Une conférence de Claudine VASSAS à Toulouse, le samedi 16 février 2008, à la Maison des Associations, 81, rue Saint-Roch...

    L'association pour l'Autobiographie (APA) propose :

    "A DIRE ET A MANGER"

    Conférence de Claudine VASSAS, Samedi 16 février, à 15 h.
    Toulouse - Maison des Associations, 81 rue Saint-Roch
    (métro Ligne B. Saint-Agne SNCF)
    (salle au rez-de-chaussée, dans le hall d’entrée, à gauche)

    Invitée par l’Association pour l’Autobiographie (APA), Claudine Vassas, ethnologue, chercheur au CNRS (LISST - Centre d'Anthropologie Sociale), spécialiste des pratiques quotidiennes, s’interroge : « Comment articuler la question de la part de l’autobiographie avec un univers de croyances, de représentations, de propositions, d'obligations associées à une culture donnée ? » Quand une femme dit : « J’aime telle saveur, je cuisine ce plat de telle façon », quelle est la part des savoirs collectifs, des tabous, des croyances dans ses habitudes, ses goûts ?
    Claudine Vassas illustrera son propos d’exemples puisés dans la culture juive et maghrébine, avec la Bible en arrière-plan.
    Magistral ouvrage de l’auteur : "La bête singulière : Chrétiens et Juifs autour du cochon" (Gallimard, collection NRF).

    43c408d99a4db1e1bf907bf3630ff91b.jpg


    (... et aussi pour ceux que l'alimention carnée intrigue, suivez ce lien : ArBlondeau.pdf

    ... ou recherchez et découvrez parmi les Travaux de l'Institut d'Etudes méridionales, ceux du professeur Toulousain Jean-Louis Fossat et de ses anciens co-équipiers de l'Equipe de recherche sur les circuits des viandes, E.R.A 352 CNRS...).
    ca0560ee28691c9147dff21bafabb353.jpg


    84dad473d34c826c27a830e9ca04397a.jpg
    e1a39eecb527586b0326f3af526553fc.jpg

  • Découvrez et suivez la progression d'ASDIWAL, REVUE GENEVOISE D'ANTHROPOLOGIE ET D'HISTOIRE DES RELIGIONS

    La revue ASDIWAL a été créée en juin 2006 par l'association ASDIWAL, forte d'une soixantaine d'étudiants en Histoire des religions à Genève, en Suisse romande... elle affiche dès sa création un dynamisme scientifique et culturel qu'il y a lieu de souligner.
    Elle vient de publier son second numéro dont on peut appréhender le contenu en suivant ce lien où vous découvrirez sur deux pages: un bulletin d'abonnement, puis avec l'ascenseur , le sommaire :
    ASDIWAL 2.pdf
    Asdiwal est le héros étonnant d'une geste dont Claude Lévi-Strauss fit en 1958 (texte repris dans Anthropologie Structurale Deux) le modèle de son analyse structurale des mythes amérindiens. Bien que l'analyse structurale telle qu'elle suscita l'engouement dans les années soixante semble s'être aujourd'hui quelque peu éloignée de la scène, c‚est bel et bien un hommage que le titre de cette revue souhaite rendre à celui qui sut inspirer un souffle nouveau à l'anthropologie et à l'histoire des religions.

    La revue entend d'ailleurs se revendiquer d'une approche anthropologique et historique du champ religieux. Une approche respectueuse des contextes historiques et culturels et sensible aux écarts comme aux ressemblances. Bref, une démarche comparatiste, évitant toute « phénoménologie du sacré ».

    Asdiwal est un héros qui voyage, qui passe d'un monde à l‚autre, sans jamais pouvoir dépasser ce qui fait de lui un Homme. Aujourd'hui, les cloisons qui séparent les différentes sciences humaines tendent elles aussi à s'effacer. Aussi cette revue se donne-t-elle pour ambition, comme son héros éponyme, de faire voyager le lecteur d'un monde à l'autre. Son projet est de proposer un journal éclectique où seront réunis des spécialistes de domaines très différents tout en donnant la parole aussi bien à des chercheurs confirmés qu'à ceux qui débutent.

    Asdiwal, revue genevoise d'anthropologie et d'histoire des religions est ainsi ouverte à toute proposition, sans considération de statut et sans limite quant aux champs d'études abordés, tout en privilégiant un « regard éloigné » et une perspective critique, ainsi qu'un esprit de liberté et d'humour ! Elle publie articles et essais, comptes-rendus d'ouvrages récents, voire d'œuvres cinématographiques ou de bandes-dessinées, résumés de thèses, de recherches en cours, de mémoires de fin d'études, annonces de colloques ou de conférences, etc. Toutes les contributions sont les bienvenues et seront attentivement prises en considération.

    N‚hésitez pas à prendre contact en écrivant à l'adresse électronique suivante : asdiwal.revue@gmail.com

  • Vous n'avez pas en vain exercé vos méninges... amis visiteurs de notre muséum virtuel

    Voici donc la vue partielle d'un objet artisanal...

    1ae50fe7f258af98cb74f1dd1186971d.jpg
    © Michel Valière, le 23 oct. 1982... (en Poitou, mais aussi ailleurs !) qui n'est pas, loin s''en faut, dans son état de neuf... Vos suggestions seront les bienvenues. Dans quelques jours, nous remettrons à la Une cette photo, accompagnée de deux autres plus explicatives...
    Il sert à fabriquer des objets familiers, quotidiens, mais quasi inusables (un ou deux par vie familiale). Nous en avons assez dit.
    Le Pilote, avec ses encouragements...

    ...et maintenant ses remerciements aux visiteurs qui ont tenté de trouver à quoi pouvait bien être rattaché cet élément de bois si perforé de traces de clous de tapissier.

    Réponse : ce morceau de bois appartient au cadre que voici :
    db14a4ff4d360a67709ed7f4bba93c75.jpg
    © Michel Valière, le 23 oct. 1982...

    Mais à quoi sert ce cadre ? Eh bien on fixe dessus une toile avec des clous de tapissier donc
    8a270e095547174734b2f0a3cc0a70b0.jpg
    © Michel Valière, le 23 oct. 1982...

    puis on ajoute des toisons de laine, et là commence un savant travail de montage d'une pleine journée pour fabriquer... un couvre-pied, avec son décor géométrique... comme chez vos grands-mères, ou même peut-être sur votre propre lit.

    Pour ceux qui peuvent consulter l'ouvrage Encyclopédie régionale: Haut-Poitou, Christine Bonneton édit., 1983, eh bien, à la page 85, vous pourriez voir la pose de la laine.
    Et si vous avez de la patience, en comptant le nombre de clous sur une largeur d'environ un centimètre, vous pourrez savoir combien l'artisane couturière a fabriqué de couvre-pieds...
    Vous ne vous souvenez pas de celui qui demandait à son captif de compter les poils de sa mule au risque d'un châtiment ?... la suite il faudrait la conter de vive voix, mais c'est une autre histoire...

  • Belvert, un jardin enchanté... avec Michèle, la chanteuse de complaintes.

    c4b80d67cb9ea1fa6eb1734de723f250.jpg
    © Cl. François Portet ; tous droits réservés, Paris, 2001. Cliquez sur le carré vert... sans oublier d'allumer vos enceintes. La voix de Michèle vous accueille avec une chanson recueillie à Saint-Maurice-la-Clouère (Vienne), en 1967, par Michel, une seconde en provenance de Blanzay, en Pays civraisien, et une troisième de Saint-Romain-en-Charroux (Vienne). Toutes trois sont extraites du disque compact-cd, contenant 37 chansons populaires (interprétées a capella!) recueillies par nous en Poitou : "LE MIROIR AUX CHANSONS" de Michèle Gardré- Valière, D-ARPE01, 2004 (Disque aujourd'hui "collector": nous contacter ou commander auprès de l'ARPE: 10, rue Zamenoff, 87200 Saint-Junien - 20€ franco de port)

  • Quelques sculptures de Michel Clisson parmi celles exposées à l'Hôtel de Région à Potiers, jusqu'au 18 février 2008

    Nous avions rencontré Michel Clisson lors d'une exposition au Château de Chiré-en-Montreuil (Vienne). Ce sculpteur, autodidacte, est devenu "fan" de filons rocheux aux limites sud du Massif armoricain... à découvrir à l'occasion de cette nouvelle exposition à la Région Poitou-Charentes. Amateur des pierres des confins de l'Armorique, Michel Clisson sélectionne ses blocs rocheux au fond des carrières d'extraction, puis les polit à la main avec une patience inouïe...

    e3a9a3a3586571c83cc4bf096125d01b.jpg
    29521cdc0fa005152ebed50b90793d14.jpg
    e2e144290d049f6b8fa6041463aa06e2.jpg
    58af84369e6f1036a61111472e014171.jpg
    99c7bf6a38b26fbeb48af8ac24dd601a.jpg
    474d169e38edd1ff5bace4a0a7f663f1.jpg

  • Conférence sur l'argile qui soigne... et qu'on déguste; à La Cité de l'Argile, le vendredi 15 février à 20h. 30, par Danièle Alexandre-Bidon, Chercheur à l'Ecole des Hautes Etudes : Centre de recherches historiques

    343820def1fb9d952027d27ba8ed3a85.jpg

    Danièle ALEXANDRE BIDON, ingénieur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, travaille sur la vie domestique entre XIIIe et XVIe siècle.
    Elle a notamment publié "Les enfants au Moyen Âge (Ve-XVe siècle)", avec Didier Lett, et "La mort au Moyen Âge (XIIIe-XVIe siècle)" (Paris, Hachette, 1997 et 1998).
    Spécialiste des ustensiles domestiques archéologiques et s'intéressant à l'iconographie de la cuisine et du repas, elle a également participé à l'Histoire de l'alimentation, sous la direction de Jean-Louis Flandrin et Massimo Montanari, Paris, Fayard, 1996.

    Pour se préparer à cette conférence, on peut en saisir un avant-goût en cliquant ici: TEXTE (internet).doc .

  • Dessillons nos yeux sur les jardins non dessinés...

    C'est la fête des jardins !

    33acb1d2a974b3bce980efde62bb8e49.jpg

    © M.V. Mai 2007
    A Belvert, on ne fait pas le jardin, c'est le jardin qui nous fait, avec ses merles, ses mésanges, ses roucoulements de ramiers, ses tourterelles, ses coudriers, son hêtre rouge, ses ifs de poche, ses pythosporums, ses lauriers, ses buis et fusains, ses seringas et millepertuis, ses roses de curé, ses aubépines, ses raisins, ses cognassiers de Catalogne, ses érables, son bouleau de l'ami Raymond, ses saulines et son lilas, ses bâtons de Jacob : 04899fa912251a35d8b2d0849836b04e.jpg
    © M.V. 1.6.2007.
    Et si le cœur vous en dit, pour, rester dans l'ambiance "nature et poésie", et si vous êtes vraimennt accro des plantes et des jardins alors visitez l'encyclopédique: http://Gardenbreizh.org/ , un site qui présente les plantes exotiques capables de s'acclimater dans tous les types de jardins, que les hivers soient chauds, doux ou franchement frais et qui présente les plantes exotiques capables de s'acclimater dans tous les types de jardins, que les hivers soient chauds, doux ou franchement frais. Un site, enfin, qui présente les plantes exotiques capables de s'acclimater dans tous les types de jardins, que les hivers soient chauds, doux ou franchement frais.
    df4ac35cfeb4012a2e5ceeaa44cc452d.jpg
    (Ravenala madagascariensis, alias l'arbre du voyageur, cf. Gardenbreizh.)

  • Comment collecter et préserver le patrimoine cinématographique en Poitou-Charentes

    Participez aux efforts et activités de l'association Trafic image à Angoulême qui recherche et numérise les films inédits, amateurs, documentaires institutionnels ou de fiction... un patrimoine pour déjà demain :

    dbb4ece739438cb52143313e0c310a6d.jpg ANGOULÊME... la ville des images !

    Contacts: 05 45 65 39 06 ;
    electrogramme : trafic.image@wanadoo.fr

  • Rabaska l'organe de la Société québécoise d'ethnologie

    Publiée par la Société québécoise d'ethnologie (SQE) http://www.sqe.qc.ca/adhesion/index.htm la revue Rabaska s'intéresse au domaine des traditions françaises en Amérique du Nord et est ouverte à l'examen de ses divers régionalismes et aux chercheurs des multiples spécialités qui les étudient.e14fc7ec94a23398cd230dabc56754db.gif
    Le « Rabaska » est le grand canot d'écorce algonquien, ou canot de maître, qui permit la pénétration de l'Amérique par les explorateurs français et canadiens aux XVIIe et XVIIIe siècles puis par les voyageurs jusqu'à la fin du XIXe siècle. Il évoque l'implantation de la civilisation française partout en Amérique du Nord, son adaptation au continent nouveau et son développement au contact des cultures autochtones et des immigrants qui s'agrégèrent à elle dans les siècles suivants.

    Rabaska vient occuper un créneau curieusement resté libre dans l’ensemble des préoccupations universitaires : le simple fait de sa parution le désigne ainsi comme seule revue ethnologique entièrement et exclusivement dévolue à l’étude du patrimoine des Français d’Amérique. Rabaska publie dans chacun de ses numéros six rubriques :Articles ;Terrains ; Portrait ; Place publique (Points de vue, Table ronde) ; Comptes rendus et Annuel (Mémoires et thèses, Musées et expositions, Rapports des institutions, Prix, honneurs et distinctions).

    Pour soumettre une proposition de collaboration ou un texte, on peut écrire à jeansimard@globetrotter.net

  • LA BULGARIE ET L'EUROPE : Incertitudes et espoirs

    Notre collègue Michel Rautenberg est heureux de faire connaître aux visiteurs de Belvert son dernier ouvrage (en collaboration):
    LA BULGARIE ET L'EUROPE
    Incertitudes et espoirs
    Cahiers Lillois d'économie et de sociologie n° 9876 (aux éd. L'Harmattan)
    Coordonné par Bernard Dupont et Michel Rautenberg
    ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE ECONOMIE EUROPE Bulgarie
    Depuis quelques années, la Bulgarie s'est progressivement réorganisée autour d'institutions publiques en voie de rénovation et d'une économie qui donne des signes d'encouragement depuis la grave crise de l'hiver 1996-97. Les restaurants sont pleins et les boutiques d'habillement se multiplient dans les centres-villes rénovés. Pourtant les Bulgares restent souvent pessimistes. Cet ouvrage apporte éclairages et analyses sur l'histoire et la situation économique et sociale de ce pays.
    ISBN : 978-2-296-04256-8 • novembre 2007 • 200 pages
    Prix éditeur : 17,5 € / 115 FF

    Souhaitons plein succès à cet ouvrage sur un pays encore mal connu de nos concitoyens.

  • Vestiges d'une ancienne noria, du côté de Marmorières...

    Le dimanche un peu gris se prête bien à fouiller les couches photographiques sédimentaires accumulées depuis plus d'un demi-siècle... Regard arrêté sur ce bras de noria entre Fleury d'Aude et Vinassan (Aude), du côté de Marmorières, dans le massif de La Clape aux vins prestigieux. Il y manque un âne ou un mulet, les yeux bandés à tourner pour faire monter l'eau le long de la chaîne à godets... pour remplir les bassins d'eau et irriguer les parcelles de jardin.. et surtout les gémissements et grincements de la chaîne sur la poulie, inoubliables, surtout si on y rajoute les odeurs d'herbe fraîche et de menthe, la nostalgie en sus.

    3dacb4dda2e687d8b6b0118a561092fa.jpg
    © Michel Valière, ca 1973.