Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des nouvelles aoûtiennes du jardin de Gabriel : Bonjour Saintonge !

 

Où le hasard, quelquefois, fait bien les choses... Les routes d'été nous amènent vers des lieux parfois familiers que l'ont croit connus et qui pourtant, au tournant vous offrent une belle surprise. J'en veux pour exemple ce nez à nez avec, placardée dans une vitrine, une grande affiche à couleur dominante verte, grande et belle image que je viens de retrouver cet après-midi même punaisée sur le mur ad hoc dans le SAS de la médiathèque de Saint-Junien (Haute-Vienne), où une main généreuse est venue l'apporter. 

affiche St-Hilaire.jpg

Rien apparemment ne m'avait accroché l'œil et pourtant... après analyse et renseignements aux meilleures sources (Merci Séverine, merci Corinne !) l'affiche consacrée au patrimoine de Saint-Hilaire-Villefranche (Charente-Maritime) créée par l'Office de Tourisme de Saint-Jean-d'Angély et Saint-Hilaire-Villefranche (avec les élèves du collège Raymond Bouyer et ceux de l'école élémentaire du village et le Service éducati du Centre de Culture européenne) jette une lumière, entre autres, sur deux des statues du Jardin de Gabriel, objet de toute mon attention et de celles de nombre d'admirateurs de cet ensemble statuaire à Nantillé (17). Et d'abord sur l'un des bustes de Goulebenéze, le "barde saintongeais", véritable emblème de tous les passionnés de Saintonge... et de saintongeais.

Statue2.jpg

 

Mais aussi, sur celle d'un enfant sous le masque du corbeau de la fable de La Fontaine (situé à droite de l'affiche).

statue:enfant.jpg

On appréciera le souci d'inscrire les productions de Gabriel Albert aux côtés d'éléments du patrimoine historique, ce qui me paraît légitime et de bonne augure pour qu'enfin la population et en premier lieu les élus prennent en considération les œuvres de ce sculpteur-modeleur, puis élaborent un projet de sauvegarde de son jardin poétique.

Merci encore à l'O.T de Saint-Jean-d'Angély et de Saint-Hilaire--Villefranche et à ses dynamiques animatrices et administrateurs.

P.S/ Nous recevons, ce jour de l'Office:

"Pour précision, nous tenions à signaler que le porteur de ce projet a été Nicole Vitré, responsable du service éducatif au Centre de Culture Européenne à St Jean d'Angély. Cette affiche s'inscrit dans le cadre d'une collection d'affiches sur le patrimoine du Pays des Vals de Saintonge. Celle de St Hilaire-de-Villefranche a été réalisé avec la participation des élèves de l'école primaire de St Hilaire-de-Villefranche ainsi que ceux du collège Raymond Bouyer.

Merci à votre blog pour l'attention que vous portez à cette affiche !

Ecrit par : Office de Tourisme St-Jean-d'Angély & St Hilaire-de-Villefranche | lundi, 25 août 2008"

... notre attention porte aussi sur le pays dans son ensemble et sur le Jardin de Gabriel en premier chef.

enfant.JPG

Commentaires

  • Pourriez-vous me préciser d'où vous tirez la légende que vous apposez sur la statue d'Albert, un "enfant (certes) sous un masque du corbeau de la fable de La Fontaine"? Cela est-il attesté par des confidences de Gabriel Albert, ou est-ce une interprétation de votre part? Merci d'éclairer une fois de plus nos lanternes!

  • Monsieur l'Observateur bizarre du Jardin...
    Je vous devine caché derrière un pot de fleurs à z'yeuter. Enfin.
    Une question: "croyez-vous qu'il faille absolument que les choses ait été dites pour qu'elles soient" ? Vous le suggérez, l'interprétation, si elle est suffisamment étayée, vaut bien une confidence parfois arrachée par un jeu de questions fermées etc... J'en connais (et vous ?) des qui dictent dans leurs questions les réponses, et parfois les tribunaux ont fort à faire ensuite.
    Simplement, la statue la plus proche (dont le buste a été détruit par la tempête de 1999) et dont il ne reste que l'armature, sauf erreur, est dotée d'une majestueuse queue de renard... et puis, cette fable n'est-elle pas pratiquement le premier pas des enfants dans l'univers du fabuliste et partant de la littérature classique ?
    Mais vous n'êtes pas obligé d'ajouter foi à ma version des faits et continuer à vous complaire dans un scepticisme qui vous rassure.
    Je sais aussi que vous auriez tant aimé que je vous "acertaine' que la dame en jupe était bien notre Ségo régionale. Là, je ne pouvais pas ; pour la fable, j'en fais une version crédible.
    Cordialement et amicalement vôtre.

  • Voui ,je souscris à votre remarque sur interprétation et confidence arrachée. Cela existe bien entendu. Mais je voulais seulement que vous nous confirmiez que c'était bien une interprétation.
    Il se trouve que cette statue de l'enfant au masque d'oiseau m'intrigue beaucoup. Elle n'existait pas à mon passage en 1988, il me semble. Lors de ma seconde visite en 2006, en votre compagnie et celle du maire, etc, je ne sais plus qui m'a dit que c'était une statue faite vers la fin par M.Albert. Sa voisine, où l'on voit des armatures de fils de fer, est une oeuvre inachevée (ce qui est trés beau, et va bien à ce que nous savons de ces environnements créés dans la trame du quotidien, hyper-temporels en somme...).
    Je la trouve d'une inspiration très étrange. Je ne réfute pas votre interprétation, croyez-le bien. Peut-être avez-vous raison, mais cela ne cadre pas avec ma propre impression devant elle, voilà tout. Si c'est le corbeau, il faut le renard. Vous dites qu'il est à côté, j'ai cherché sur mes photos de 2006, je n'en ai pas vu, mais je n'ai pas tout vu avec attention. Ce n'est pas la statue inachevée aux armatures de fil à qui vous pensiez ? (Je vous envoie à part la photo des deux statues).
    Et puis, où est le fromage? Tombé à terre? Pris par le renard? Qui s'est déjà enfui avec (ce qui explique qu'il ne soit pas (plus) là)? Ca me fait penser aux explications d'Alphonse Allais sur ses peintures monochromes toutes blanches, chien rongeant un os dans la neige, où est l'os? Le chien l'a mangé, où est le chien? Il est parti puisqu'il n'y avait plus rien à manger, et la neige c'est tout blanc, etc...
    Dans les statues de Gabriel Albert, c'est l'oeuvre qui me paraît la plus imaginative, la plus insolite. Elle illustre peut-être la fable que vous dites (ce qui serait plausible, encore une fois, eu égard aux autres sources d'inspiration d'Albert, il paraît plutôt dans l'illustration en 3 D de personnages choisis au préalable). Elle reste tout de même fort insolite malgré cela (si l'enfant est comparé au corbeau de la fable par Albert, cela devient une métaphore au résultat plastique étonnant qui déborde de loin le choix initial du sculpteur d'illustrer une fable).
    Cordialement,

  • Vous ne manquez pas d'arguments, mais je suis à peu près sûr de mon fait... à peu près, là est la restriction, je vous l'accorde. Réfléchissons encore ; et, somme toute, n'est-ce pas la fonction d'une œuvre d'art de poser plus de questions qu'elle ne dit à première vue ?
    Poursuivez votre semaine dans la même sérénité méditative.
    Cordiales amitiés

  • Bonjour
    Je vous remercie pour ces infos et le travail que vous faites. Je suisune simple curieuse des chose.J'ai eu la chance de passer et m'arreter en revenant de Rochefort. J'ai mis un petit article pour en parler (mais rien de scientifique je cède la place!!!).J'ai donc mis des liens.
    Bon week end

  • Merci de votre visite de passage à Nantillé. merci pour les trois liens qui parlent du JdG; et bravo pour votre blog que je vais visiter avec attention.

  • Au fait, que pensez-vous de la Fondation du Patrimoine, organisme privé qui aide les communes, entre autres, à financer des projets de sauvegarde de leur patrimoine?
    Voici le lien pour leur délégation en région Poitou-Charente:
    http://www.fondation-patrimoine.com/fr/delegations-region.php4?r=20
    Cette fondation est signalée sur le blog de votre correspondante Aggie. Elle a notamment contribué à la restauration, apparemment respectueuse, de l'Eglise Vivante et Parlante du Ménil-Gondouin dans l'Orne.
    Cordialement (et sans "chipoter", comme dirait Aggie), Ornub.

  • Je "travaille" avec eux depuis leur fondation. Le permanent à Poitiers, Philippe D. est un ancien collègue de travail; leur adresse, 1 rue Lebascle. Je lui ai plusieurs fois parlé du JDG; il ne bronche pas. Il va en savoir un peu plus long lors de la prochaine réunion de la CRPS(Commission régionale du patrimoine et des sites), puisque nous allons "tester" un nouveau dispositif mis en place par l'Etat (M. d.l. Culture), pour la première fois dans cette région , justement sur le jardin de Gabriel.
    La Fondation du patrimoine est efficace pour certaines causes ; je ne la pense pas encore motivée suffisamment pour les sites poétiques...
    Mais c'est une simple impression personnelle, et je ne demande qu'à changer d'avis, le cas échéant

Les commentaires sont fermés.