Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un village à vendre, maison après maison... pour que vive la commune charentaise d'ESSE

    Nous avions présenté une maison rurale à Rouillé (Vienne) qui attendait un nouveau propriétaire... Voilà qui est fait ; nous n'en parlerons plus.

    Mais aujourd'hui c'est un village entier que la mairie d'ESSE (512 habitants) met en vente... Disons il y a quelques temps. mais l'idée faisant son chemin, comme on pourra l'apprécier en lisant les commentaires ci-après, les pilotes ont réactualisé cette note et jugé bon de la porter au premier plan.Oui, mais à Belvert, on n'a plus à présenter Esse, avec le café de Jeannette, le Musée de la religion populaire et des ostensions, le village gaulois, son église romane et son coq de clocher, le Tilleul de Sully, et des œuvres de Jean Teilliet, plasticien, etc... fouillez le blog, vous en saurez un rayon, en commençant par la catégorie Confolentais. Voyez du côté d'Animula vagula (lien parmi les sites amis et recommandés http://animulavagula.hautetfort.com ) qui a littéralement "adopté de village

    Maisons de 120 à 170 m2... à des prix défiant toutes concurrences, en regard du M2 parisien, rochelais ou pictave. Tiens, passez un coup de fil au maire, directement (vous le reconnaîtrez, il est sur la photo). Allo ! Roland ; allo Guy; Allo Michel ? 05 45 84 11 46...

    86fe651ee01d93f32f8600c1eb78c3d7.jpg

    © Tous droits réservés : La Charente Libre (16-02-2008).

    Et puis, c'est super, il y a même un coin pour la pétanque, le four du village a été rénové en premier, on peut y faire chauffer des tournées de flonhardes, de patés, du pain etc...

    f88b9b98ac81a9cc248984b45e635b43.jpg

    © Tous droits réservés : La Charente Libre (16-02-2008). Le four est au premier plan.

    Non, vous ne rêvez pas; et cette note n'est absolument pas une pub, mais une libre contribution de Belvert et de ses pilotes au soutien d'une initiative d'un maire courageux et de son conseil municipal qui ont pris eux aussi le taureau (limousin) par les cornes pour que vive un si beau village, à 5 minutes de Confolens, 20 minutes de Saint-Junien... à 45 minutes du jardin de Belvert...
    C'est un vert paradis qui s'offre à vous... Résidents secondaires acceptés, bien entendu.

    Et la surprise du chef...gaulois, la visite possible du village gaulois, galate, écrit Miss Ani sur son site, toujours à ESSE, encore. 

    989794110.jpg

    © Cl. Animula Vagula ; août 2008.  Tous droits réservés.

    Au fait, amis visiteurs, vous n'avez pas encore visité le Joli village charentais ? Voici Esse, et à droite le "village" de La Cour.

    esse.JPG

    Le chemin ? Visez Poitiers, puis Gençay, puis Confolens, enfin ESSE...46° 02' 01.29" Nord et 0° 44' 15.37" Est. Et quand vous touchez la porte de l'église romane de la main, c'est que vous êtes bien arrivé.

     

     

  • Dans l'atelier de Gabriel Albert

     

    Le cinéaste Patrick Métais, de La Rochelle, nous a adressé plusieurs photos du Jardin de Gabriel, dont celle-ci prise dans l'atelier. Qu'il en soit vivement remercié.
    dans l'atelier.jpg

    © Dans l'atelier, le 03 avril 2006. Cl. Patrick Métais. Tous droits réservés.

     

  • Des nouvelles aoûtiennes du jardin de Gabriel : Bonjour Saintonge !

     

    Où le hasard, quelquefois, fait bien les choses... Les routes d'été nous amènent vers des lieux parfois familiers que l'ont croit connus et qui pourtant, au tournant vous offrent une belle surprise. J'en veux pour exemple ce nez à nez avec, placardée dans une vitrine, une grande affiche à couleur dominante verte, grande et belle image que je viens de retrouver cet après-midi même punaisée sur le mur ad hoc dans le SAS de la médiathèque de Saint-Junien (Haute-Vienne), où une main généreuse est venue l'apporter. 

    affiche St-Hilaire.jpg

    Rien apparemment ne m'avait accroché l'œil et pourtant... après analyse et renseignements aux meilleures sources (Merci Séverine, merci Corinne !) l'affiche consacrée au patrimoine de Saint-Hilaire-Villefranche (Charente-Maritime) créée par l'Office de Tourisme de Saint-Jean-d'Angély et Saint-Hilaire-Villefranche (avec les élèves du collège Raymond Bouyer et ceux de l'école élémentaire du village et le Service éducati du Centre de Culture européenne) jette une lumière, entre autres, sur deux des statues du Jardin de Gabriel, objet de toute mon attention et de celles de nombre d'admirateurs de cet ensemble statuaire à Nantillé (17). Et d'abord sur l'un des bustes de Goulebenéze, le "barde saintongeais", véritable emblème de tous les passionnés de Saintonge... et de saintongeais.

    Statue2.jpg

     

    Mais aussi, sur celle d'un enfant sous le masque du corbeau de la fable de La Fontaine (situé à droite de l'affiche).

    statue:enfant.jpg

    On appréciera le souci d'inscrire les productions de Gabriel Albert aux côtés d'éléments du patrimoine historique, ce qui me paraît légitime et de bonne augure pour qu'enfin la population et en premier lieu les élus prennent en considération les œuvres de ce sculpteur-modeleur, puis élaborent un projet de sauvegarde de son jardin poétique.

    Merci encore à l'O.T de Saint-Jean-d'Angély et de Saint-Hilaire--Villefranche et à ses dynamiques animatrices et administrateurs.

    P.S/ Nous recevons, ce jour de l'Office:

    "Pour précision, nous tenions à signaler que le porteur de ce projet a été Nicole Vitré, responsable du service éducatif au Centre de Culture Européenne à St Jean d'Angély. Cette affiche s'inscrit dans le cadre d'une collection d'affiches sur le patrimoine du Pays des Vals de Saintonge. Celle de St Hilaire-de-Villefranche a été réalisé avec la participation des élèves de l'école primaire de St Hilaire-de-Villefranche ainsi que ceux du collège Raymond Bouyer.

    Merci à votre blog pour l'attention que vous portez à cette affiche !

    Ecrit par : Office de Tourisme St-Jean-d'Angély & St Hilaire-de-Villefranche | lundi, 25 août 2008"

    ... notre attention porte aussi sur le pays dans son ensemble et sur le Jardin de Gabriel en premier chef.

    enfant.JPG
  • La rentrée, c'est pour bientôt, les enfants !

    Fini, les enfants, de courir derrière les merles gras du Jardin de Belvert, de grimper aux arbres décrocher les avions de papier... Sortez vos papiers et entrez dans l'école... Derrière les grilles, la Liberté.

    la rentrée.jpg

    © Antoine Victot et Centre-Presse. Tous droits réservés.2008.

     

    Toute ressemblance avec des personnages connus ne serait vraiment que pure coïncidence.

     "Antoine, ça sent le trucage ce cliché" ! me dit mon petit doigt...

     

  • Les métiers d'art à Niort, un Week-end pour les enfants

    Les amateurs de travaux de lirette, et il y en a de plus en plus en Poitou-Charentes, depuis que Mademoiselle Laurence Fédy a repris le flambeau de cette technique ancienne en Saintonge comme en maints endroits du monde, pourront s'y initier .

    prma.jpg
    prma2.jpg
  • La vaillance des femmes

     

    Voici un nouvel ouvrage de Camille LACOSTE-DUJARDIN :

     

    La vaillance des femmes. Les relations entre femmes et hommes berbères de Kabylie

    Pierre Bourdieu a fondé son étude de La Domination masculine (1998) sur l’exemple de la société kabyle, qu’il perçoit comme une « archéologie objective de notre inconscient » où les femmes auraient « incorporé » la « domination masculine » – interprétation rejoignant celles d’autres chercheurs imputant aux femmes un « consentement à la domination ».
    Ethnologue étudiant depuis près d’un demi-siècle la culture kabyle, Camille Lacoste-Dujardin, auteur d'un magistral ouvrage, Le Conte kabyle, a pu constater à quel point ses observations contredisaient cette vision. C’est ce qui l’a conduit à approfondir dans ce livre l’analyse de cette réalité complexe, en se plaçant résolument du côté des « dominées » jusque-là si négligées. 
    L'auteure expose comment celles-ci, avec une lucidité et une vaillance exemplaire, ont construit en Kabylie une « science des femmes », où la résistance s’est muée en contre-attaque : elle s’exprime dans les contes que les mères inculquent aux enfants, où l’adulte effrayant est l’ogresse Teryel, expression extrême de la rébellion féminine aux contraintes masculines que cette femme sauvage dénonce en chacun de ses actes. Mieux, ces femmes kabyles obligent les hommes à admettre la supériorité féminine par une collaboration dans maints domaines. Elles en viennent à contester la règle patriarcale par des contre-pouvoirs, jusque dans le domaine de la parenté que les hommes prétendent confisquer. 
    Cette exemplarité féminine a perduré dans la montagne kabyle grâce à ces femmes, dont quelques-unes sont des héroïnes nationales. Aujourd’hui, leurs descendantes poursuivent avec la même vaillance le combat pour la reconnaissance de leurs droits et de leur participation à la société, dans les difficiles circonstances que l'ont connaît.
    Ouvrage publié aux Editions La Découverte. (ISBN : 978-2-7071-5402-6 et EAN : 9782707154026. Prix 17 €, chez votre libraire classique).
    Au sommaire:
    Introduction - L'ignorance de la « science des femmes » kabyles et des contextes historiques - Les rapports hommes-femmes en Kabylie, longtemps peu étudiés - La richesse des contes - Persistance et plasticité des représentations - 
    I / Les représentations dans les contes : complémentarité entre l'homme et la femme ? - Villageoises et citadines : des clés différentes pour l'accès des hommes au pouvoir - Espace et temps du récit - Le couple homme-femme comme charpente de la maison - Des hommes défenseurs de la famille - Une valeur suprême inhérente aux femmes : la fécondité - La fécondité, fondement de la prospérité - La fécondité, clé de voûte des relations hommes-femmes - Dans le travail : collaboration indispensable entre hommes et femmes - La vie familiale - De la mère à l'idéal féminin - 
    2 / La lucidité des femmes - Mari et femme à l'épreuve de la communauté familiale - L'endogamie comme palliatif à la rigueur partriarcale ? - Femmes subversives - Mères terribles - Teryel, l'« ogresse » - Un dragon féminin : talafsa, l'« hydre » - Tadella : « Friponne » la féministe - Paroles d'hommes : les mythes de la création -
     3 / Des représentations aux pratiques - Pouvoirs ou contre-pouvoirs féminins : la place du sacré traditionnel magique - Les activités techniques féminines liées à la magie - Les femmes aux champs, aux côtés des hommes - Contre-pouvoirs féminins par manipulation de la parenté - Des contre-pouvoirs efficaces, admis par les hommes - 
    4 / Hommes et femmes dans l'histoire - Vaillance et servitude des mères kabyles - Le conservatisme de résistance des hommes - Des héroïnes berbères qui surpassent les hommes - Des femmes moins contraintes dans les montages du Sud et au Sahara - Un révélateur de fragilité conjoncturelle : l'exhérédation des femmes - 
    5. D'hier et d'aujourd'hui -  Une société crispée sur les femmes, jusqu'en situation coloniale - La scolarisation entraîne le départ des hommes kabyles en France - Après la guerre d'indépendance : plus de femmes que d'hommes - Des changements pour les femmes : autonomie de fait, héritage - Les femmes s'engagent vers une maternité choisie - D'autres aspirations féminines, aidées par la scolarisation, freinées par le conservatisme - Nouveaux rapports entre hommes et femmes... et nouvelles violences - Face à la crise : la vaillance des femmes - 
    Conclusion : vaillance des femmes et domination masculine - Références bibliographiques.
  • Bronzage, une petite histoire du soleil et de la peau, un ouvrage de Bernard Andrieu publié par CNRS-éditions

     

    Voici un livre très sérieux et savant qui tombe à pic pour les derniers beaux jours...
    Chez votre libraire classique (ISBN : 978-2-271-06680-0),12 € .
    2271066808.jpg
    "De la blancheur ivoirine des anciens canons de beauté au brun tanné vanté par la réclame, des baignades de jadis aux cabines d’UV d'aujourd'hui, du bronzage sexualisé de la bimbo à l’aura trop mate du « métèque », Bernard Andrieu livre ici un panorama illustré de l’histoire de la peau et du hâle.
    Entre élitisme de la réussite et démocratisation de la santé, entre naturisme sauvage et industrie cosmétique, à l’heure où le mythe de la beauté à tout prix se heurte au principe de précaution, quelle place réserve l’avenir à ce rituel des plages et des stations de ski ? Emblématique de l’ambivalence que nous entretenons dans notre rapport au corps, l’histoire du bronzage, au confluent de la biologie, de la sociologie, et de l’anthropologie, dresse un récit saisissant de nos pratiques corporelles."
    Ajoutons, pour le souligner que le bronzage des peaux blanches, n'implique pas une reconnaissance des peaux noires et colorées : «L'idéologie du «tous bronzés» n'a fait disparaître ni le racisme, ni la discrimination à l'embauche, ni la hiérarchie esthétique ». Tiens, tiens !
    L'auteur, Bernard Andrieuà qui l'on doit un «Dictionnaire du corps» dirigé avec Gilles Boëtsch (CNRS), est professeur d'épistémologie du corps et des pratiques culturelles. Il enseigne à l'Université de Nancy  I. L'ouvrage est préfacé par Nadine Pomarède.
    Sur l'auteur et ses travaux, suivre ce lien : http://www.staps.uhp-nancy.fr/bernard/index.htm
    (Couverture, © Tous droits réservés).
  • De l'écriture en ethnographie :

    Ethnographes et voyageurs : les défis de l'écriture

    sous la direction de Tiphaine Barthélémy (Univ. Paris VIII-Saint-Denis) et Maria Couroucli (CNRS).

    Paris : Les Editions du CTHS ; Coll. « Le regard de l'ethnologue » numéro : 17.

    "« Je hais les voyages et les explorateurs. » Courte et sans appel, la célèbre première phrase de Tristes tropiques a servi de manifeste à des générations d’anthropologues qui ont opposé l’objectivité de l’écriture ethnographique et la rigueur des méthodes sur lesquelles elle reposait à la subjectivité des relations de voyages, tôt rangées au rang de divertissement futile.

    ethnographie.jpg

    Ethnographie et voyage, pourtant, n’ont-ils pas toujours eu partie liée ? Peut-on encore opposer une appréhension scientifique de l’altérité à une appréhension poétique, intuitive et vagabonde qui traduirait surtout l’état d’esprit de l’observateur ? Les transformations qui ont travaillé en profondeur le champ des sciences sociales comme celui de la littérature ont, au cours de ces dernières années, radicalement remis en cause le bien fondé de telles distinctions. L’objectivité de l’ethnographe a souvent été dénoncée comme illusoire tandis qu’étaient réhabilités, à travers l’émergence de nouveaux genres littéraires, des types d’écriture qui, plus vibrants, plus engagés, plus personnels, étaient perçus comme mieux à même de traduire le sensible, de rendre compte de l’intraduisible. N’y a-t-il pas dès lors, entre l’écriture de l’ethnographie et celle du voyage bien des similitudes avouées ou inavouées ?

    Autant de questions que contribuent à éclairer les articles réunis dans le présent volume. Émanant d’historiens, d’ethnographes, de sociologues ou de spécialistes de littérature, elles témoignent de la diversité des expériences de l’altérité tout autant que des jeux de miroirs dans lesquels arts et sciences ont pu se réfléchir et se nourrir mutuellement."

    Chez votre libraire classique : 35 €

    ISBN : 978-2-70355-0655-2    SODIS = F30697.7

  • "Chansons de pays" (mais pas n'importe lesquelles, choisies à point !!!) par les Moénes de Chantemerle

    Chers Amis de passage, je me permets de vous signaler à nouveau cette note, puisque la production de cet anti-fromage continue de plus belle et comme s'ouvre le Festival (annuel et aoûtien) des Jeux de Gençay dans la Vienne en Haut-Poitou du Poitou-Charentes, seule et unique région de France à porter un tel patronyme, vous pourrez vous approvisionner en icelui, soit au Centre culturel de la Ville, soit dans l' épicerie d'Elsa (comme autrefois) ou celle de Douce (seulement si vous êtes papyrophage ou lecteur impénitent).


    Eh bien, Amis visiteurs, certains parmi vous sont des collectionneurs de disques collectors... Celui-ci fera date, soyez-en assurés.
    Une bande de moénes ou du moins qui se font passer pour (afin d'accréditer le vieil adage, celui de l'habit du moine...) ont commis - c'est le terme bien pesé qui convient ici - un cd, présenté dans un emballage inspiré par un village normand au nom bien connu (parfois aux odeurs, plus ou moins faites), riche de 16 chansons à faire tourner de l'œil les bigottes et autres rapiettes et grenouilles, à rendre aphones les muets, à rendre sourds les malentendants. Mélomanes, calotins, prudes, s'abstenir. Oreilles absolues: s'abstenir absolument !!!!
    Pour tous les autres cette anti-merveille de chansons populaires ànepasmettredanstouteslesoreillessurtoutsiellessontmusicalesouchastes, cet anti-choeur d'anti-moines peut être acquis pour la somme d'une quinzaine d'euros, à la louche (à ce prix-là, je pense que le transport doit être inclus) peut être commandé au "Foyer rural du Dognon-Chantemerle", 86160 Gençay.

    medium_moenes.jpg



    Cette anti-pub, n'est pas une pub, mais un message de prévention pour ceux qu'intéresse la rareté du genre.
    Un livret de 4 minuscules pages donne à connaître des noms pas inconnus chez Belvert'sgarden, mais la co-pilote autant que le pilote déclarent solennellement que s'ils ont fourni de la matière première collectée, ils ne sont pour rien dans cette anti-honorable anti-production...
    Si un Ami de passage se risque à cette anti-acquisition, nous lui ouvrirons grandes nos colonnes pour une anti-critique.Messieurs A.Cariâtre, Amoutarde et consort sont invités à ne pas anti-critiquer à l'avance.

    - Tiens, Monsieur Alfred Cariâtre, vous croisiez par ici, ce lendemain de Premier de l'an ? Bonne année, d'abord et bon voisinage... de blog s'entend...
    - Hein? Quoi? Vous m'avez appelé?
    Votre cd de faux moines de Chantemerle, c'est des chansons paillardes, grivoises, anticléricales chantées faux, c'est ça? Bonne année, où je vous souhaite de parvenir à être légèrement plus explicite dans vos notes...
    Je souhaite aussi qu'en 2007 on puisse glisser les commentaires sous les notes qu'ils commentent...
    - C'est fou ce que vous comprenez vite cher A.Cariâtre, Il n'y a pas besoin de vous mettre les points sur les 'i' d'anti... (= identité... des faux moines qui n'ont rien à voir avec de faux monnayeurs ! Salut André. Parce que ces faux moénes, on les connaît, on les aime, c'est de vrais potes, c'est des voisins; on s'échange les merles gras, les mésanges charbonnières... mais les poules de Franck, ah, là, on se les garde...). Allez monsieur Cariâtre, maintenant que vous savez tout, que vous êtes au parfum, économisez votre bile; vous savez, avec notre grand âge on a besoin de tout, même du fiel (mais votre message était tout sauf fielleux, enfin, celui-ci Vous voyez qu'on vous aime toujours un peu...)Bonne journée, bonne année.

  • Ecriture et mémoire historique

    Le tome VI (2° sem.2007) de la Revue historique du Centre-Ouest vient de paraître. ISBN 978-2-916093-09-5 (Prix 20 €)

    Cet ouvrage, en forme de "dossier" est principalement consacré aux sources épigraphiques privilégiant une haute époque (1er-XIIIème siècles).

    bsao.JPG

    abonn.JPG


    Pour mieux connaître la S.A.O ses activités (depuis 1834), suivez ce lien: http://www.sao.asso.fr/

    Quant à ceux qui ont quelques interrogations sur les batailles illustres de Poitiers, suivez encore ce lien: http://www.sao.asso.fr/FAQ/faq.php