Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

J'ai du bon tabac...

hongrie:tabac.JPG

 

 

 

 

Au cours d'une mission en Hongrie (juillet 1975) je suis tombé, moi le non fumeur invétéré, en arrêt devant ce fumeur de pipe.  Cet objet a été daté de vers 1800 par les gens du musée dont j'ai, pour l'instant, oublié le nom (sans doute celui de Vesprèm ?).

Je sais de par la cartelette signalant l'objet qu'il est associé à la consommation du tabac (coffre ou table)...

Le torse anthropomorphe est en forme de barrique posé sur une table. La pipe dans une main, la fourchette dans l'autre. Les deux dessins gravés à droite (seau d'eau) et surtout à gauche, évoquent un puits à balancier (cigogne, banlèva limousine, etc...) comme il en existe une peu de partout dans les grandes plaines d'Europe centrale telle la Puzta hongroise. Au milieu en bas, l'aiguille d'un fléau d'une balance en position d'équilibre devant son cadran (en forme de bicorne). 

Une première interprétation de ce rébus pourrait donner à peu près ceci : Il faut un puits et de l'eau pour vivre, mais à table, il faut équilibrer avec justesse les plaisirs que sont : manger, fumer et boire du bon vin... sans oublier l'eau, naturellement.

© Cl. Michel Valière. Tous droits réservés.

 

Commentaires

  • Nom d'une pipe, ça c'est une image qui aurait sans doute plu à l'Anatole (Jakovsky du nom)!
    On trouve pas sa pareille dans son "Tabac-Magie", son petit bouquin sur le sujet, pourtant super question icono.
    J'espère que Violette, une copine nicotineuse que j'ai, passera par chez vous pour la voir, si toutefois la chasse aux coquillages rares (MIAM, MIAM) ne la retient pas sur la plage de Sète.
    Fouillez donc un peu mieux dans vos paperolles, s.v.p.!
    Je vous soupçonne de détenir d'autres specimen d'art rustique à rendre jalouses les blogueuses les plus brutes.
    Ani

  • Merci de cette visite éclair, Miss Ani... Pour l'instant, nous sommes devant de grands sacs pour enfouir tant de papiers inutiles... que les vrillettes ont déjà amplement boulottés... et aussi chasser lesdites vrillettes, les araignées et autres acariens qui me dévorent bras et jambes au point de m'avoir expédié tt'à l'heure chez sieur Toubib qui m'explique que ces bestioles préfèrent la viande persillée et donc consomment plutôt le gras pilote que l'étique co-pilote....
    Violette, elle, votre nicotineuse d'amie, préfère c'est certain ascaries aux acariens... Si elle passe, elle sera la "benvenguda !" et parlarèm catala.
    ...Donc, pour faire court, si nous retombons sur quelque specimen d'art rustique, comme vous le dénommez dans votre idiolecte, nous en ferons profiter la cotrie...
    Merci encore et z'amitiés, Miss Ani, sans oublier votre daddy préféré.

Les commentaires sont fermés.