Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Nuit du chant traditionnel avec la Loure, les 29 et 30 nov. 2008 à Torchamp (61)


" Quoi de plus naturel que de chanter ? Et pourtant… Alors qu'anciennement le chant était le compagnon obligé de tous les moments de la vie, il est souvent relégué aujourd'hui au rang de loisirs, avec des moments précis dans sa pratique, ou – pire - il ne prend plus la forme que du disque ou du fichier MP3 que l'on écoute sans soi-même s'y risquer…

Depuis 10 ans, l'association La Loure s'évertue à redonner une véritable place au chant dans la vie quotidienne. D'une part parce que les répertoires traditionnels qu'elle a recueillis en Normandie le méritent absolument et, d'autre part, pour le plaisir si simple et en même temps si nécessaire de donner de la voix !

Cette première édition de la Nuit du chant traditionnel veut permettre la rencontre de chanteurs de différents horizons. Qu'importe que l'on soit débutant ou plus aguerri, il y aura de la place pour tout le monde. Même pour ceux qui viennent seulement écouter… car il serait étonnant qu'ils restent longtemps sans pousser la chansonnette ! Pour pimenter cette nuit au long cours, certains horaires seront consacrés à des thématiques précises… Entre chansons à répondre, à écouter, à danser ou à marcher, les répertoires traditionnels - sans exclusive régionale - seront à la fête !

Avec au programme : bal à la voix, randonnée chantée, nuit chantée...
Le programme peut être téléchargé sur le site de La Loure; cliquez à loisir : http://laloure.org/article.php3?id_article=85

L'entrée est libre, n'hésitez pas à pousser la porte !"

Association La Loure
Musiques et Traditions Orales de Normandie
2, rue St-Martin
14500 Saint-Martin-de-Tallevende
Tél. : 02 31 68 73 49
laloure@wanadoo.fr - Site : laloure.orgl'association La Loure organise la 1ère édition de La Nuit du chant traditionnel les 29 et 30 novembre 2008 à Torchamp, près de Domfront (61). 

Commentaires

  • C'est vrai qu'on se sent dépossédé de nos chants et de nos souffles.
    On n'entend plus les gens siffler un petit air dans la rue.
    Les nouvelles technologies entraînent à la passivité d'une écoute addictive. Déboutés de toute performance, nous voici comme des oies aspirant au gavage.
    Le grotesque raffût autour de la Marseillaise conspuée au fond de nos stades est peut-être à envisager de ce point de vue.
    Ne sachant plus chanter, ce n'est plus seulement le sens mais la fonction du chant qui nous échappe.
    Dernièrement, dans un vernissage, une petite fille qui cherchait à s'endormir sur le coin d'un fauteuil réclamait une chanson à sa mère. Celle-ci, qui n'en connaissait pas, semblait presque vexée que sa fille demande une chose aussi aberrante en public.
    Bref, ça promet!

  • Cher(e ?) J2L,
    Vous parlez d'or.
    La co-pilote chante son 11 nov. à sa façon : marches nuptiales, endormitoires pour bercer son pauvre compagnon bien las...
    amitiés.

Les commentaires sont fermés.