Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Adieu l'artiste ! Sanfourche nous a quittés sans attendre le Printemps !

    Une exposition en Limousin de 48 œuvres de Jean-Joseph Sanfourche est organisée en son honneur. L'artiste qui avait vécu en Saintonge, à Rochefort-sur-Mer, où son père était dessinateur dans l'industrie aéronautique a disparu le samedi 13 mars 2010 et a été inhumé à saint-Léonard-de-Noblat, le Mercredi 17 mars.

    Adieu l'artiste, et respect !

  • Patronymie nord-occitane : une conférence d'Yves Lavalade, à Javerlhac (24), mercredi 7 avril à 18 heures

     

    CONFÉRENCE À LA SALLE DE LA CULTURE DE JAVERLHAC (24)

    le mercredi 7 avril à 18 heures

    organisée par l'Union Occitane Camille Chabaneau

     

    L'ORIGINALITÉ DES PATRONYMES NORD-OCCITANS

    par Yves LAVALADE

    Dans l'ensemble occitan les noms de famille de chez nous possèdent une spécificité affirmée et féconde. Ils sont inséparables des modalités de notre langue occitane, qu'ils ont accompagnée dans son développement et dans son histoire. Nous brosserons ensemble un tableau de ces caractères, tout en faisant comprendre certaines règles et certaines énigmes. Nous pourrons en ébaucher diverses classifications, par thèmes ou par périodes, étudier ceux de la commune, et proposerons leur adaptation écrite en conformité logique avec notre langue et avec notre phonétique. Mieux connaître nos patronymes, c'est également les restaurer et affirmer sans polémique notre identité citoyenne contemporaine.

     

    L'ORIGINALITAT  DAUS NOMS DE FAMILHA NÒRD-OCCITANS

    per Ives LAVALADA

    En Lemosin-Perigòrd portem daus noms que son pas exactament coma alhors. Qu'es nòstra linga que ne'n es lor mair, dempuei mai de mila ans. An frotjat dins lor diversitat e lor richessa. Podem eissaiar de  saber coma ilhs son e perqué ; daus còps dins lor mistèri. Podem ne'n  bastir de las familhas, en tener compte de lor atge o de las condicions de lor naissença, a Javerlhac mai alhors. E segur que devem 'ribar a un biais simple e logique de los escrire en respectar lor sonoritat e lor sense. Perque dins lo fons qu'es ilhs que son sur nòstra carta d'identitat. Podriam-nos far sens ilhs ?

     

    L'écrivain limousin Yves LAVALADE est l'auteur de nombreux ouvrages (études linguistiques, botaniques et toponymiques, traductions, poèmes, chroniques journalistiques...), un défenseur et illustrateur sans égal de la langue et de l'identité occitanes. Nous lui devons de nombreux livres de référence, parmi lesquels le Dictionnaire Occitan-Français, le Dictionnaire Français-Occitan (en cours de réédition) et le Dictionnaire de Noms de Personnes. Pour cette conférence Yves LAVALADE a étudié plus particulièrement des patronymes de la commune de Javerlhac.

     

    CONFÉRENCE EN FRANÇAIS        ENTRÉE GRATUITE

     

  • Exposition au Temple de Mortagne sur Gironde dans le cadre des Journées Estuariennes : présentation le le 9 Avril 2010 et jusqu'au 30 avril.

     

     

     

    borneP1280031.jpg

    (cette photo est renversante ! certes l'expo est désormais démontée... Mais si quelqu'un d'Hautetfort peut me guider pour la saisir "droite"   j'en serais ravi et les passagers de Belvert également. Mertci d'avance!).

     

    carton01b.jpg

    "La navigation sur la Gironde et la Révolution Industrielle. L'aménagement du Port de Mortagne sous Louis Philippe et Napoléon III" : Une exposition de Noëlle Gérôme, ethnologue avec le concours de l'architecte Ernie Smith.

    Parmi les ports de la rive droite de la Gironde, Mortagne à une place particulière. "Point de rupture de charge" dans la navigation sur la Gironde entre l'Océan et Bordeaux, selon Jacques Barthou, à la qualité de l'ampleur de la rade, s'ajoutent siècle aprés siècle, son rôle dans les relations entre la rive droite et la rive gauche de l'estuaire, entre le trafic maritime sur celui-ci et   les relations par voie terrestre entre Bordeaux, Nantes et le nord de la France. Au début du XIIIe siècle, Jean Sans Terre confirme aux archevêques de Bordeaux l'exemption du droit de tolle (péages sur les marchandises)sur les navires depuis Mortagne sur Gironde jusqu'à Langon.

    Après les troubles de la navigation sur la Gironde entraînés par les conflits de la Révolution et du Ier Empire en 1815, la nécessité de rétablir la vie économique à la restauration de l'Ancien Régime se fonde sur l'évocation des périodes de prospérité du port au XVIIIe siècle. En 1819, l'Ingénieur en Chef des Ponts et Chaussées,  en 1821 le Maire de Mortagne, J.M. Gorry,  exposent leurs motifs "d'amélioration du port de Mortagne" qui fera de celui-ci "un centre d'expansion de la prospérité de la Charente Inférieure". A la même époque, à Bordeaux, les premières constructions  de bateaux à vapeur, incitaient à repenser les conditions de navigation sur la Gironde et l'adaptation de ses ports à celles-ci.

    Le port de Mortagne consistait alors en un large et long chenal, dans une partie de l'estuaire où les apports vaseux de chaque marée sont importants, desservi par une voirie en mauvais état.

    Le projet de son aménagement, contemporain de celui de tous les ports de la même rive, a été cependant le plus important. Il a compris, non seulement le dégrèvement, à plusieurs reprises, et la rectification du cours du chenal,  la construction d'un premier embarcadère, mais aussi le plan d'un port et de l'agglomération qui l'entourait. La profondeur de l'espace navigable a été doublée, le en même temps  qu'on  creusait un bassin à flot, et que l'on construisait ses quais. Le bassin à flot, fermé par une écluse "portes d'èbe", alimenté par la source de l'étier de Fondevine, avait une fonction de retenue de chasse. Des pontons construits dans le bassin et l'avant port, facilitaient l'embarquement et le débarquement des bateaux. L'avant- port était également pourvu de quais.

    Les installations maritimes se sont accompagnées  d'une vaste opération d'urbanisme, empierrement de la route conduisant au port, jusqu'à l'extrémité de l'avant-port, mise en vente par l'Etat d'une  zone importante de terrains domaniaux pour la construction "d'habitations et de magasins", plans d'alignement pour les constructions et magasins construits sur la rive droite du port, plantations d'arbres et équipements des quais.

    La consultation des archives de la Préfecture et du Conseil National des Ponts et Chaussées a permis de retracer les étapes de la réalisation de cet élément du patrimoine portuaire de la Gironde encore presqu'intégralement conservé.

     

    mortagne le port.jpg

     

     

  • A Toulouse et en région Midi-Pyrénées, Samedi 20 mars 2010 : Journée du Conte sur le thème : « Ombres et lumières » . Contez, contez, contez !

     

    PETIT HISTORIQUE DES JOURNEES MONDIALES DU CONTE

    www.fete.conteurs.net

    L'idée vient de « Tellbration » dans le Nebraska aux Etats-Unis par Mr Pinkerton qui voulait faire connaître et découvrir le conte à un large public dans son pays.

    Au début, cette journée était nationale, mais, devant son succès, elle est devenue internationale. La date du 20 mars a été choisie en Australie pour coïncider avec un festival international à la même date et la journée du conte nordique. Chaque année, un thème général est proposé à tous les pays : en 2009 c'était « Voisins », en 2010 « Ombres et Lumières ».

    C'est par les pays nordiques que la journée mondiale est arrivée en France en 2004 par l'intermédiaire de Caroline Castelli à Paris qui a reçu les informations par un site internet suédois. Puis Valéry Petroff séduit par l'évènement décide de créer le site internet et l'affiche 2007. Mary Myriam et Clotylde Mary sur Bordeaux ont pris le relai avec eux depuis 2008.

    Pour en savoir plus : http://jourmondialduconte.jimdo.com

    A Toulouse et en région Midi-Pyrénées

    Le samedi 20 mars 2010, Journée du Conte sur le

    thème : « Ombres et lumières »

    Il était une fois... une histoire, puis deux, puis trois...
    Une histoire, ça peut se raconter n'importe où : une chambre d'enfant, une maison, un jardin, une ballade, un bar, une librairie, une bibliothèque, une maison de quartier ou un centre culturel, un lieu associatif, une école, un musée, un théâtre...
    Il suffit d'une seule personne qui lui prête sa voix et de quelques oreilles pour l'entendre...

    Le 20 Mars 2010, c'est le jour mondial du conte. 
    Ce jour-là, des conteurs professionnels et amateurs de la région Midi-Pyrénées, se proposent de sortir de l'ombre pour faire découvrir leurs histoires à rêver et à dormir debout au public toulousain et de toute la région. 
    Ce jour-là, nous le voyons comme une fête, à l'image de la fête de la Musique, sauf que ce sera la Fête du Conte.

    Initiateurs du projet : Florence Bathellier et Jean-Claude Caussé de la Cie des Jours.

    Pour y participer :
    Chaque conteur de la région Midi-Pyrénées est librement invité à proposer une intervention dans le lieu qu'il souhaite, que ce soit à Toulouse ou dans son département respectif. 
    Et chaque lieu de la région Midi-Pyrénées qui désire accueillir un ou plusieurs conteurs est libre de se manifester lui aussi. 
    Il suffit de nous écrire sur l'adresse mail : fete@conteurs.net.
    Toutes les propositions seront répertoriées sur le site : www.fete.conteurs.net et transmises au site du jour mondial du conte : http://jourmondialduconte.jmdo.com .
    Vous pouvez également joindre soit Florence Bathellier au 06.76.06.39.57, soit Jean-Claude Caussé au 06.86.54.26.77. 
    François Vermel se charge de mettre à jour le site internet où toute la programmation sera recensée au fur et à mesure des propositions dûment confirmées.

    Alors n'hésitez pas, faites et fêtez le conte avec eux !

     

    emotionheader.jpg

     

     

  • En ce Printemps des poètes 2010," il" nous a quittés

    'IL", c'est René ROUGERIE, l'éditeur des poètes, de Mortemart en Haute-Vienne (Limousin). Il a rejoint les étoiles en prenant son envol de Bretagne où il participait au Printemps des poètes. Il y a quelques semaines, nous l'avions croisé à la Médiathèque de Saint-Junien; Il jubilait parce que, nous dit-il ce jour-là, il avait mis la dernière main à la fin de l'édition des œuvres de Saint-Pol-Roux, dont il détenait le fonds et les archives.

    La Médiathèque de Saint-Junien (87) a constitué un fond des œuvres éditées par ce militant de la poésie et des poètes qu'il avait su, mieux que quiconque, révéler en leur temps. Catalogue en ligne à partir du site de la Mairie : http://217.108.21.101/absopacstjunien/#

    Notre pensée va à son épouse, à Olivier son fils et successeur et à sa famille.

    Adieu l'ami !

  • Colloque 'Patrimoine et Tourisme', amphithéâtre de la Communauté de communes du Confolentais en Charente limousine, du 4 au 6 mars 2010.

     

    Programme prévisionnel susceptible d'aménagements de dernière minute (aléas climatiques ou d'horaires de transports perturbés dans la région).

    • Jeudi 4 mars 2010

    A partir de 16 h 30 : accueil des participants (et installation).

    18 h   : Allocutions de bienvenue par Monsieur Guy TRAUMAT, président de la Communauté de communes du Confolentais.

    18 h 15 : Allocution de Madame Catherine ROBERT, présidente de l'ARPE.

    18 h 30 : Communication par Monsieur Michel VALIÈRE, ethnologue, Poitiers, « Le Choix du Patrimoine : enjeux et dynamiques ».

    19 h 15 : Mise en perspective et éléments de cadrage par Monsieur Gilles FERRÉOL, professeur des universités, Besançon.

    20 h : Repas suivi d'une présentation de poésies populaires chantées (Madame Michèle GARDRÉ-VALIÈRE).

    • Vendredi 5 mars

    Matin : modérateur : Monsieur Gilles FERRÉOL

    9 h : Monsieur Christophe HANUS, « Le ski de fond comme vitrine régionale. L'exemple de la Transjurassienne. ».

    9 h 20 : MonsieurChristian VIVIER, « Tourisme et patrimoine nautique. Au cœur de la culture canotière bisontine avant 1914. ».

    9 h 40 :Monsieur Henri DONZAUD, « Les paysages ordinaires sont-ils estampillés patrimoine ? Le tourisme vert répond. ».

    10 h : Débat avec le public.

    11 h :Madame Brigitte MUNIER TEMINE, « Littérature populaire, patrimoine et mémoire collective. ».

    11 h 20: Madame et Monsieur Noëline et Jean-Claude RAMANDIMBIARISON, « Ecotourisme et patrimoine à Madagascar. » (Communication lue par Madame Catherine ROBERT).

    11 h 40 : Julie PEGHINI, « Politiques, industries, et tourisme à l'Île Maurice ». (Communication lue par Madame Catherine DUREPAIRE).

    12 h : Débat.

    12 h 30 : Repas.

    Après-midi : modérateur : Madame Catherine ROBERT

    14 h :Monsieur Yves DUPONT, « Sociétés du risque et protection patrimoniale ».

    14 h 20 : Messieurs Thierry ALLARD, Fabrice BONNIFAIT et Yann OURRI, « Reconnaissance d'un site touristique en voie de patrimonialisation : Le Jardin de Gabriel. ».

    14 h 40 :Madame Sonia SERVANT, « L'évolution récente de l'Inventaire général du patrimoine culturel : une mission de connaissance au service des territoires. L'exemple du département du Tarn. ».

    15 h :Madame Anne-Marie MAMONTOFF, « Le patrimoine cultuel immatériel des Tsiganes : quelle reconnaissance par l'UNESCO ? » (Communication lue par Monsieur Gilles Ferréol).

    15 h 20 : Débat.

    16 h :Monsieur Daniel BOURDU, « Le Marais Poitevin : du 'pittoresque' à l'écotourisme ».

    16 h 20 : Madame Nathalie GUILLAUMIN, « Acteur du tourisme culturel au quotidien : le Pays d'art et d'histoire de l'Angoumois ».


    16 h 40 :Madame Céline DEVEZA, « Le patrimoine comme outil de valorisation et de développement : la construction d'un Pays d'art et d'histoire ».

    17 h :  Monsieur Laurent FOURNIER, « Le petit patrimoine des Européens. » .

    17 h 30 : Débat.

    20 h : Repas et soirée musicale autour de Jean-Louis QUÉRIAUD, (joueur de vielle) et deux autres musiciens de La Gerba Bauda de Confolens.

    • Samedi 6 mars

    Matin : modérateur : Monsieur Yves DUPONT

    9 h :Madame Karen JULIEN, « Patrimoine naturel et tourisme : l'exemple des étangs de la Brenne ».

    9 h 20 :Monsieur Pierre SECOLIER, « L'agritourisme, une valorisation du patrimoine gastronomique ? ».

    9 h 40 :Madame Véronique DUJARDIN, « Développement culturel et touristique des sites archéologiques antiques ».

    10 h : Débat avec le public.

    11 h : Madame Catherine DUREPAIRE, « La tannerie artisanale de Lavausseau : un atelier patrimonial interactif en conception ».

    11 h 20 : Madame Audrey TUAILLON-DEMESY, « L'histoire vivante médiévale : quels enjeux culturels et patrimoniaux ? ».

    12 h : Synthèse par Monsieur Gilles FERRÉOL et clôture des travaux.

    12 h 30 : Repas.

    14 h : Fin du colloque et départ de la navette vers Angoulême-SNCF.

    Ce colloque est ouvert au public. Inscription gratuite, mais repas et hébergement à charge, après inscription.

  • Prenez date Au Pré de la Vache en Haute Charente, un brin limousine

     

    image_5233.jpg

    Nous, on aime ça ! Vous aussi ? Alors faites le détour : ajustez vos calendriers !

     

  • La dernière descendante de l'une des plus anciennes cultures humaines de la planète vient de disparaître !

    • Le dernier membre d’une tribu des îles Andaman, en Inde, vient de disparaître.

    Boa Sr, qui est décédée la semaine dernière avait environ 85 ans, elle était la dernière locutrice de bo, l’une des dix langues andamanaises. On considère que les Bo, qui vivaient dans les îles Andaman depuis 65 000 ans, étaient les descendants de l’une des plus anciennes cultures humaines de la planète. Avec la mort de Boa Sr et l’extinction de la langue bo, une part unique de la société humaine n’est plus qu’un souvenir.

    Je vous invite à découvrir cette nouvelle sur le site de Survival 'Newslette-mars 20104, et surtout à écouter la voix de cette personne qui chante un court instant dans sa langue :

    http://www.survivalinternational.org/actu/5513?utm_source=E-news+%28English%29&utm_campaign=c681e1351b-Enews_Feb_2010_2_26_2010&utm_medium=email#cinema-display-1