Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bain de pieds forcé à Gençay !

Les pilotes tout attentifs à leurs habitudes, n'ont pas perçu l'alerte orange de Météo France, sans doute non "énoncée" avec suffisamment de vigueur. Ah ! si seulement il y avait eu en ce pays de "boijas"  un crieur public avec son tambour, sa corne à chèvres, sa conche ou sa vuvuzela de saison, peut-être auraient-ils pris garde au feu du ciel, au grondement "daus calas" dans les nuages, et vu autre chose qu'une ondée à escargots ! Moralité : bain de pied généralisé de quelques centimères dans le poste de pilotage, les dossiers flottants etc... et une séance d'écopage de 19 h à 1 heure du matin... (assistée de voisins amis et efficaces : Merci Douce, merci Marcel !) Bref, la co-pilote a vidé ses armoires d'éponges, de sinces et wassingues, de peilles, de loques et autre chiffons loqueteux, sans parler des vieilles guenilles... et le pilote déversé des flots de blasphèmes sétoris et québécois... À l'heure qu'il est, 18 h, 16mn, 49 s., il ne reste plus qu'un Belvert reverdissant, un coq et une poule de Franck Vriet  lustrant leur plumage, des serviettes et des dossiers qui tentent de sécher de concert... un pilote céphalophore  dans l'attente de la libération des réseaux d'eaux pluviales (inexistants encore, mais en voie d'existence, dans ce port de pêche à pied au riche réseau hydrographique : Clouère, Belle, Rigourdaine..., ce dernier cours d'eau, non cartographié est encore inconnu de la plupart de ses riverains).

On se marre, on se marre, en TBS et pantalons retroussés jusqu'aux genoux, sur un étrange estran...

Conclusion: nous n'avons pu nous rendre au Salon du Livre de la Cité de l'écrit à Montmorillon... Prochain rendez-vous, donc, dans deux ans !

Commentaires

  • Les cahiers, les dossiers c'est au feu qu'on les jette! Pas à l'eau!
    Situation propice à sortir ses "tabernac" et ses pantalons corsaire.
    Heureusement que vous êtes environnés de douceur.
    Merci aussi à "Marvaçavel", comme disait Arletty dans Fric Frac. Votre capacité épongière me stupéfie.
    C'est bon de vous savoir sauvés des eaux, prêts à surfer de nouveau sur la mer des sagaces.

  • @ Boudu,

    Eh bien cher Boudu, nous voilà tous trois sauvés des zoos, trempés jusqu'aux z'os... bref, de drôles de zozos !
    Merci de votre compatissante présence à nos flancs, tant babord que tribord.
    'fant des cogorlas ! Ka-lice ! ci-boére ! Os-tie... Saperlipopette ! Je ne sais pas trop d'où vous me parlez, mais m'est avis que je vous ai déjà lu quelque part... Votre plume ne m'est pas.. tout à fait inconnue. Au fond vous seriez donc un connu ! Nom de Zeus !

  • L'aqua alta à Belvert? C'était déjà Byzance, voilà que c'est Venise!
    Pas de quoi se gondoler cependant. Bon courage pour l'émergence. Pas dans deux ans, tout de même.

  • Douce Ophélie, que John Everest Millais a si bien immortalisée sur son lit d'eau et d'algues, merci de vos encouragements... Nos dossiers à conserver sont presque secs, et les poubelles pleines de sédiments paperesques superfétatoires gorgés d'eau, ceux-là même qui avaient échappé aux grignotements des inévitables bibliophages, souvent maîtres des lieux, au grand dam de la dame pilote enturbanée...

Les commentaires sont fermés.