Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Comunicat – Communiqué : « Anem Òc! Per la lenga occitana! », à TOULOUSE, le 31 mars 2012 !


       2012 serà un moment important de la vida politica. L’eleccion a la presidéncia de la Republica es tojorn un moment fòrt de mobilizacion e d'atencion dei responsables politics a çò que se ditz dins la societat.

       Lo movement occitan deu mai que jamai se i faire ausir publicament e i portar lo messatge qu’es lo sieu despuei Carcassona 2005 : « Anem Òc ! Per la lenga occitana ! ».

     

       Lo 31 de març de 2012, de desenaus de miliers de personas se recamparàn a Tolosa per la lenga occitana, cridats per unei grandeis organizacions culturalas  mentre que d’autrei lengas de França (Bascos, Bretons, Catalans…) manifestaràn tanben lo meteis jorn dins sa region, ambé de revendicacions comunas.

     

    …De milierats de personas vendràn de totei lei regions occitanas, de Provença, dau Lengadòc, d’Auvernha, de Lemosin, ò de Gasconha ò encara de la Vau d’Aran (territòri de l’Estat espanhòu que l’occitan i es lenga oficiala), e dei Valadas occitanas d’Italia per exigir qu’une lèi done enfin de garantidas e de drechs vertadiers ai lengas regionalas.

     

       Toteis aquelei que vendràn a Tolosa an en comun la volontat de veire se metre en plaça una politica linguistica publica coerenta e volontarista per lo desvolopament de l’occitan (ò lenga d’òc) sus l’ensems dei regions occitanas.

     

       Aqueste recampament, après aquelei de 2005, 2007 e 2009, deu mostrar que l’occitanisme, lei manifestants, an la capacitat de s’apropriar una granda vila, que son totjorn motivats e de mai en mai per transmetre son messatge.

    Messatge ja fruchós puei que d’unei responsables politics l’an entendut. De regions començan de metre en plaça una politica de desvolopament de l’occitan.

     

    Mais aquò basta pas !

     

      Totei lei regions, totei lei despartaments ambé lei comunautats de comunas e lei comunas qu’an l’occitan en partatge, se devon mobilizar. L’occitan e sa cultura son lo ben comun de toteis aquelei que rèstan en país d’òc, que l’i siegan nascuts ò pas, que parlan la lenga ò pas.

     

       L’Estat tarda de prendre consciéncia dau problèma de la diversitat culturala.

    La reconoissença simbolica dei lengas regionalas dins l’article 75-1 de la Constitucion auriá poscut faire creire que s’engatjava dins la bòna via, que donava, dau mens dins lo principi, de garantidas de drech per aquestei lengas.

    Au contrari, lo Conseu Constitucionau, vèn i a gaire (decision dau 20 de mai de 2011 - n°2011-130QPC) de demostrar qu’èra ren qu’una engana… que : « cet article [75-1] n’institue pas un droit ou une liberté que la Constitution garantit. »

    L’Estat reconois adonc tojorn ges de drech e libertat per lei lengas regionalas e toteis aquelei que lei parlan.

     

       Per ansin ven mai qu’urgent qu’une lèi done a la lenga occitana un quadre legau que ne’n permete la transmission e lo desvolopament dins l’educacion, la cultura, lei medias, e la vida publica, sus l’ensems de l’espaci occitan.

     

       Es per aquò qu’avèm causit de manifestar lo 31 de mars de 2012, tot bèu just quauquei setmanas avans l’eleccion presidenciala e leis eleccions legislativas. Leis elegits a venir devon prendre d’engatjaments.

     

       Avèm de revendicacions simplas e claras qu’an ren d’estranh quand se vei çò que se passa autra part en Euròpa e quand se saup l’importància qu’a per lo monde de nòstrei regions son identitat culturala e linguistica.

     

       Se desiram interpelar la populacion e leis elegits, precisam pasmens qu’aquò se fa fòra tota preocupacion partisana. Nòstre movement es independent.

     

     

    Ambé vòstre sosten e la participacion de totei, farem de la Manifestacion de 2012, un eveniment de granda portada per l’avenidor de la lenga occitana (ò lenga d’òc) e deis autrei lengas dichas regionalas.

     

     

     

     

    Coordinacion « Per la lenga Occitana ! »:

     

    ● Institut d'Estudis Occitans, organisme culturau reconoissut d'utilitat publica,

    ● Confederacion Calandretas, escòlas occitanas associativas laïcas,

    ● Òc-Bi, associacion de parents d'escolans per l'ensenhament bilingüe public,

    en partenariat ambé Convergéncia Occitana.


     ******........******.........******.........*****........******........******........******.........*****

     

       2012 sera un moment important de la vie politique. L’élection à la présidence de la République est toujours un moment fort de mobilisation et d'attention des responsables politiques à ce qui se dit dans la société.

     

       Le mouvement occitan doit plus que jamais s’y faire entendre publiquement et y porter le message qui est le sien depuis Carcassonne 2005 : « Anem Òc ! per la lenga occitana ! ».

     

       Le 31 mars 2012, des dizaines de milliers de personnes se rassembleront à Toulouse en faveur de la langue occitane à l’appel de plusieurs grandes organisations culturelles tandis que d’autres langues de France (Basques, Bretons, Catalans…), manifesteront également ce même jour dans leur région, avec des revendications communes.

     

    …Des milliers de personnes viendront de toutes les régions occitanes, de Provence, du Languedoc, d’Auvergne, du Limousin, ou de Gascogne ou encore du Val d’Aran (territoire de l’Etat espagnol où l’occitan est langue officielle), et des Vallées occitanes d’Italie (Province du Piémont) pour exiger qu’une loi donne enfin des garanties  et de véritables droits aux langues régionales.

     

       Tous ceux qui viendront à Toulouse ont en commun la volonté de voir se mettre en place une politique linguistique publique cohérente et volontariste pour le développement de l’occitan (ou langue d’oc) sur l’ensemble des régions occitanes.

     

       Ce rassemblement, après ceux qui eurent lieu en 2005, 2007 et 2009, doit montrer que l’occitanisme, les manifestants, ont la capacité de s’approprier une grande ville, que la motivation est toujours présente et même croissante pour transmettre son message.

    Message qui a déjà porté quelques fruits. En effet, un certain nombre de responsables politiques l’ont entendu. Certaines régions commencent à mettre en place une politique de développement en faveur de l’occitan.

     

    Mais cela ne suffit pas !

     

    Toutes les régions, tous les départements ainsi que les communautés de communes et les communes, qui ont l’occitan en partage, doivent se mobiliser. L’occitan et sa culture sont le bien commun de tous ceux qui vivent en pays d’oc, qu’ils y soient nés ou pas, qu'ils parlent la langue ou pas.

     

    L’État tarde à prendre conscience du problème de la diversité culturelle.

    La reconnaissance symbolique des langues régionales dans l’article 75-1 de la Constitution aurait pu faire croire qu’il s’engageait sur la bonne voie, qu’il  introduisait, du moins dans le principe, des garanties de droit pour ces langues.

    Or, le Conseil Constitutionnel, tout récemment (décision du 20 mai 2021 - n°2011-130QPC) vient au contraire de préciser que ce n’était qu’un leurre… que « cet article [75-1] n’institue pas un droit ou une liberté que la Constitution garantit. »

    L’État ne reconnait donc toujours aucun droit et liberté pour les langues régionales et ceux et celles qui les parlent.

     

       Il devient donc urgent qu’une loi donne à la langue occitane un cadre légal qui en permette la transmission et le développement dans l’éducation, la culture, les médias, et la vie publique, sur l’ensemble de l’espace occitan.

     

       C’est pour cela que nous avons choisi de manifester le 31 mars 2012, à quelques semaines de l’élection présidentielle et des élections législatives. Les futurs élus doivent prendre des engagements.

     

       Nous avons une série de revendications simples et claires qui n’ont rien d’étrange quand on regarde ce qui se passe ailleurs en Europe et lorsque l’on connaît l’importance qu’attache la population de nos régions à son identité culturelle et linguistique.

       Si nous souhaitons interpeller la population et les élus, nous précisons très clairement que cela se fait en dehors de toute préoccupation partisane. Notre mouvement est indépendant.

     

    Avec le soutien et la participation de tous, nous pouvons faire de la Manifestation de 2012, un événement de grande portée pour l’avenir de la langue occitane (ou langue d’oc) et des autres langues dites régionales.

     

     

     

     

    Coordinacion « Per la lenga Occitana ! »:

    Institut d'Estudis Occitans, organisme culturel reconnu d'utilité publique

    Calandreta, écoles occitanes associatives laïques

    Òc-Bi, association de parents d'élèves pour l'enseignement bilingue public

    en partenariat avec Convergéncia Occitana.

     

     

  • L'occitan à la portée de chacun à Aurillac

    L’Institut d’Etudes Occitanes du Cantal, dans le cadre de son Réseau d’Enseignement Territorial, propose un atelier d’occitan « portes ouvertes »

    Jeudi 30 Juin
    19h00
    Dans les locaux de l'IEO
    32 cité Clair-Vivre
    ORLHAC/AURILLAC

    Cet atelier est ouvert à ceux qui ont la curiosité de la langue, à ceux qui parlent déjà "patois" en famille, à tous ceux qui ont envie d’apprendre ou d’approfondir leurs connaissances de l’Occitan.

    Cette soirée permettra de rencontrer les intervenants, Bernard GIACOMO et Fabienne BESSEYROT,

    ainsi que les personnes qui suivent le cours depuis le début de l’année.

    Une rencontre pour découvrir ou redécouvrir la langue et la culture occitanes.

     

    Chacun peut apporter de quoi manger ou boire afin de partager un buffet qui clôturera l'année.
     
    Allez-y nombreux, cet atelier et gratuit et s'adresse à tout un chacun, quelle que soit votre origine sociale, culturelle, géographique etc...