Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • A vous tous, visiteurs de l'ethnoblogue, amis, collègues, connaissances, parents, voisins, et aussi à vous tous, navigateurs inconnus des heures matinales ou noctambules et rêveurs...

    1387890462228.png

     

    A tous merci de votre fréquentation du blog des vos visites par dizaines de milliers au fil des jours de l'année. Nous vous souhaitons le meilleur pour ces fêtes du solstice d'hiver ainsi que pour l'année nouvelle qui se profile et que nous souhaitons à tous meilleure que la précedente.

     

    M  E  R  C  I   

  • L'Atlas linguistique des Petites Antilles Volume II est paru, au CTHS.

    Atlas_petites_Antilles_T2_couv_comp.jpg

    Comme pour toutes les langues vivantes, deux discours s'opposent. En effet, soit on insiste davantage sur l'intercompréhension évidente en considérant que l'on est en présence d'une seule et même langue, soit on accentue les inévitables différences (les variations géographiques du langage!) pour parler de dialectes voire de langues distinctes (l'impérieux besoin de distinction !). La meilleure façon de se mettre d'accord était d'affronter sur place les réalités ; C'est donc ce qui a motivé le projet des deux savants linguistes, éditeurs scientifiques : Jean Le Dû et Guylaine Brun-Trigaud.

    A partir d'un questionnaire de 467 mots et phrases sur diverses thématiques (météo, nature, vie sociale...) des enquêtes sur le terrain ont été réalisés par des étudiants de créole de l'Université des Antilles et de la Guyane, sous la direction de Robert Damoiseau. Ainsi les observations ont porté sur un ensemble d'îles des Petites Antilles ; Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Guadeloupe, marie-Galante, La Désirade, Les Saintes, La Dominique, La Martinique,Sainte-Lucie, Trinidad. Ajoutons à cela une enquête-témoin effectuée sur le continent américain à OIapoque, paroisse créolophone du Brésil, située à la frontière de la Guyane.

    Ce nouvel ouvrage, deuxième et dernier volume, s'adresse aussi bien aux spécialistes qu'à un plus large public qui, bien que ne connaissant pas forcément le terrain considéré et n'étant pas familier de la géolinguistique, pourra, à l'aide de précieux commentaires accompagnant chaque carte, appréhender la richesse des données recueillies et ainsi restituées à tous.

    Editeur CTHS  (  selec.php?sc=ed  )

    ISBN : 978-2-7355-0809-9

    Date de Parution , ce jour, 16/12/2013

    Prix : 45 €    404 pages . Format: 24 X 32 cm; illustré et broché.... ventes@cths.fr

    Distribué par la SODIS; F30880.9

    Chez votre libraire classique que nous vous recommandons.

    (Nous nous permettons de rappeler que le volume I est toujours disponible au CTHS ou /et chez les libraires classiques.)

     

  • Le Cahier n°3 des "Balades culturelles dans la mémoire" autour de Gençay est bien paru en décembre... Et qu'on se le dise !

    Balades:GEnçay-3couv. cahier chansons.jpeg

    De la fin du XVIIIe à la fin du XIXe siècle, l'administration n'aura de cesse d'accroître les échanges entre le Poitou et le Limousin ainsi que le Périgord. Gençay se trouve traversé par les voies Poitiers-Confolens et Poitiers-Ruffec. A cela s'adjoint des traverses secondaires en direction de Montmorillon, Chauvigny, Couhé, Lusignan...

    Mais tout cemaillage ne va pas sans ses luttes d'influence, ses difficultés financières... sans oublier les accidents de la circulation plus ou moins dramatiques.

    Jean-Jacques et Pierre Chevrier, Henri Donzaud, à partir d'archives et d'observations de cartes et du terrain  évoquent le cheminement de la mise en place du "nœud routier" de Gençay, chef-lieu de canton, (aujourd'hui en voie de restructuration, mais c'est une nouvelle histoire à conter un jour !).

    Centre Culturel-La Marchoise

    tél. 05 49 59 32 68

    contact@cc-lamarchoise.com

    10 €

    ISBN 978-2-9543946-2-6

  • Les Ostensions limousines inscrites au Patrimoine Culturel Immatériel de l'UNESCO...

    Dix-neuf lieux sont concernés par cette inscription et se trouvent dans un territoire qui est historiquement lié au Limousin, s’étendant aujourd’hui sur quatre départements français : Haute-Vienne et Creuse (Limousin), Charente et Vienne (Poitou-Charentes).

    En 2009 des Ostensions se sont déroulées en Haute-Vienne à Aixe-sur-Vienne, Aureil, Chaptelat, Eymoutiers, Javerdat, Le Dorat, Limoges, Nexon, Pierre-Buffière, Rochechouart, Saint-Junien, Saint-Just-le-Martel, Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Victurnien et Saint-Yrieix-la-Perche, dans la Creuse à Crocq, en Charente à Abzac et Esse et dans la Vienne à Charroux.

    Les prochaines Ostensions auront lieu en 2016:

    Les ethnoblogueurs de BELVERT ne manqueront pas de retenir ces dates pour mesurer l'ampleur du phénomène et s'en faire leur propre jugement; par delà les controverses et la polémique qui n'ont pas manqué de ce faire jour ( Voir le § "Polémique" sur le site Wikipedia consacté aux "Ostensions limousines".
     
    Selon le communiqué de presse, le Comité a estimé que :

    « R.1: Les ostensions septennales limousines associent culte religieux, traditions laïques et savoir-faire artisanaux, impliquant l’ensemble de la communauté et rassemblant des praticiens de milieux sociaux variés dans un esprit de cohésion sociale et identitaire, ponctuant leurs vies et rappelant l’histoire de la région;
    R.2: L’inscription sur la Liste représentative pourrait améliorer la visibilité du patrimoine culturel immatériel et la sensibilisation à son importance, et pourrait renforcer le dialogue avec d’autres communautés proches ou éloignées pratiquant le même genre de rituels et de festivités;
    R.3: Les mesures de sauvegarde, marquées par l’engagement de tous les intervenants, comprennent la mise en place d’une stratégie centrée sur la transmission continue des connaissances et des savoir-faire;
    R.4: La communauté du Limousin, en particulier les confréries et les comités qui organisent les ostensions, ont participé activement au processus de candidature et ont donné leur consentement libre, préalable et éclairé;
    R.5: Grâce à la participation de la communauté concernée, les ostensions septennales limousines ont été incluses en 2011 dans l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel français maintenu par le Ministère de la culture et de la communication. »
    Le Comité a « inscrit les ostensions septennales limousines sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. »
    Initiateur, le 15 novembre 2009, et porteur de cette candidature avec le soutien des confréries, des comités ostensionnaires et des collectivités du Limousin (Région, Département de la Haute-Vienne, ville de Limoges, élus, CCI, chambre des métiers..) ainsi que celui du ministère de la culture et de la communication et des autorités ecclésiastiques, Jacques Perot, conservateur général (h) du patrimoine et président de la Fédération des confréries limousines était présent à Bakou, accompagné de membres de la grande confrérie de Saint-Martial de Limoges et des confréries des Saints Côme et Damien de Pierre-Buffière, de Sainte-Valérie et de Saint-Aurélien de Limoges et des Saints Lucius et Emerite d’Abzac (Charente).
    Exprimant sa reconnaissance aux représentants de l’UNESCO, il a dit la fierté et la grande joie des Limousins d’être ainsi reconnus dans l’une des plus anciennes et des plus emblématiques pratiques religieuses et populaires à laquelle ils sont particulièrement attachés. Il a également exprimé sa gratitude à tous ceux qui l’ont aidé à mener à bien ce processus de reconnaissance par l’UNESCO.

    Les Ostensions septennales limousines sont le douzième élément français inscrit sur les listes du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

    En savoir plus sur Wikipedia: "Ostensions limousines"