Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELVERT : ethnoblogue "cultures et territoires" et photoblog M2V - Page 5

  • Conférence de Jean-Pierre Piniès, dans la Cité de Carcassonne,, le 28 octobre 2010 à 18h.

     

    Affiche A3 conférence JPCM.jpg

     

    JEAN-PIERRE CROS-MAYREVIEILLE,

     LE PREMIER SAUVEUR

      
        
    A Carcassonne, vers 1835, un seul homme se passionne pour la cité : Jean-Pierre Cros-Mayrevieille (1810 - 1876). Pour lui la cité est, autant qu'un vestige historique, un lieu de la mémoire personnelle. Né à la Trivalle, au pied de la citadelle, il rappellera dans des notes autobiographiques, son émotion " à la vue de l'ancienne Barbacane que l'on démolissait alors pour construire une filature". En 1841, grâce à sa découverte du tombeau de Guillaume Radulphe, il réussit à faire classer la cathédrale Saint-Nazaire. Nommé inspecteur des Monuments Historiques, il mène une campagne acharnée pour que les remparts soient, à leur tour, l'objet de mesures conservatoires. C'est grâce à lui que les travaux de restaurationseront entrepris. Il est le premier sauveur reconnu et incontesté de la cité. (D'après le site du Ministère de la Culture)

  • Une Journée du livre à L'Isle-Jourdain (Vienne), le 23 octobre 2010... Qu'on se le dise !

     

    progr.jpg

    plaquettesalon01.jpg

     

  • Colloque « Femmes et agriculture » Sète – 15 et 16 octobre 2010

    Colloque « Femmes et agriculture »

    Sète (Hérault) – 15 et 16 octobre 2010

    À l'occasion de la Journée mondiale de la femme rurale, ce colloque a pour ambition de rendre visibles la place et le rôle des femmes en milieu rural et plus particulièrement dans le milieu agricole (viticulture, élevage, conchyliculture, arboriculture, etc.).

    Historiquement, nous savons que le rapport entre les femmes et l'agriculture prend sa source au cœur du foyer familial où, pendant des siècles, elles ont accumulé des compétences d'organisation, d'accueil, de gestion et de services. Aujourd'hui, ces dernières sortent progressivement de leur « clandestinité », grâce à une lente évolution dans la reconnaissance sociale de leurs compétences.

    Véritables actrices de l'évolution du secteur agraire, elles ont acquis une légitimité qui a su affirmer leur participation  historique. En effet, un peu partout en France, les femmes jouent un rôle majeur dans le développement des territoires ruraux. Sur le terrain, certaines d'entre elles démontrent la force du mouvement qui est en marche. Ainsi, nous pouvons observer, sur le terrain, une forte féminisation des activités, une participation plus grande dans la vie politique agricole, une évolution dans la diversification, etc....

    Désormais, il semble bien que les femmes soient plus aptes à être reconnues et elles revendiquent de plus en plus une place qu'elles sont en train de construire.

    Malgré tout, les inégalités sont là : différence de salaire, contrats et retraites précaires, etc. qui restent le produit des évaluations subjectives de sexe.

    Ce colloque invite chacun à s'appuyer sur des concepts théoriques et/ou à s'inspirer de cas concrets pour aborder les problématiques liées au sujet. Nous voulons effectivement permettre autant aux universitaires qu'aux femmes appartenant au milieu agricole de s'exprimer, de poser des questions et d'avoir des réponses. Certaines femmes agricultrices ou exploitantes vont ainsi pouvoir raconter leur quotidien, leur expérience.

    En se situant dans une perspective pluri- et transdisciplinaire, les communications
    utiliseront les approches des différentes sciences sociales comme l'anthropologie, la sociologie, l'ethnologie, l'économie ou encore l'histoire.

    Contacts :

    Pierre Sécolier

    Docteur en sociologie, chargé de mission par la mairie de Sète.

    E-mail: secolier@ville-sete.fr ou psecolier@yahoo.fr

    Téléphone : 04.99.04.74.57

    .... Et Sète, c'est si beau... vu du théâtre de la mer...

     

    étang sète.jpg

    Cl. : Pierre Sécolier ©. Le Mont Saint-Clair vue des rives de l'Etang de Thau, avec vue sur les parcs conchylicoles.

     

  • Les Éditions du CTHS ont le plaisir de vous annoncer la re-impression de l’ouvrage intitulé " Lectures de l'atlas linguistique de la France..."

     

    Lectures de l'atlas linguistique de la France de Gilliéron et Edmont
    Du temps dans l'espace  
     
    par Guylaine Brun-Trigaud, Yves Le Berre et Jean Le Dû 
    L’Atlas linguistique de la France, paru entre 1902 et 1910, comporte 1 421 cartes complètes (et 499 cartes partielles) de grand format établies par le linguiste Jules Gilliéron à partir des enquêtes dialectologiques réalisées par Edmond Edmont dans 639 communes de la France romane « et de ses colonies linguistiques limitrophes » (en Belgique, Suisse, Italie) au cours des dernières années du XIXe siècle. Une carte d’atlas, sur laquelle les mots sont notés en alphabet phonétique, peut rebuter le non-spécialiste. Il s’agit pourtant d’un monument irremplaçable, rare témoignage d’une civilisation rurale millénaire, de type oral, qui achève de s’éteindre aujourd’hui. Cet ouvrage se propose d’aider le lecteur à y trouver son chemin, en présentant 500 cartes en couleurs qui révèlent, sous l’apparent foisonnement des formes, des zones cohérentes aux plans tant lexical, morphologique et phonétique.
    363 p., 15 x 22 cm, il couleur
    ISBN 978-2-7355-0592-0 / SODIS F30617.9  Chez votre libraire classique.
    2010 - prix 40€
    http://cths.fr/ed/edition.php?id=3882

     

  • Un nouvel article sur le Jardin de Gabriel- Nantillé (Charente-Maritime)

    Fabrice Bonnifait vient de publier (pp. 199-212) l'article " Reconnaissance d'un site touristique en voie de patrimonialisation : Le Jardin de Gabriel à Nantillé, dans un ouvrage collectif, sous la direction du Professeur Gilles Ferréol : Tourisme & Patrimoine, éditions E.M.E/Intercommunications, à Bruxelles et Fernelmont (Belgique), 2010, 298 pages.

    Extrait: "... Le Jardin de Gabriel a donc fait symboliquement son entrée dans la « chaîne patrimoniale ». Il est désormais documenté comme un élément du patrimoine qui présente un intérêt culturel, historique ou scientifique. Il lui reste toutefois à intégrer le corpus patrimonial qui mérite protection et postérité. À ce propos, force est de constater que ni les habitants, ni les différentes administrations concernées ne sont suffisamment sensibilisés à l'intérêt artistique du site pour déployer l'énergie nécessaire à sa conservation. Ce sont pourtant les critiques d'art qui, les premiers, attirent l'attention sur le Jardin de Gabriel et sur sa valeur culturelle. Dans le monde entier, de semblables créations insolites se sont multipliées dans l'indifférence générale avant de devenir l'objet d'un intérêt accru des milieux artistiques comme du grand public. Il n'est pas le propos d'en faire ici l'historiographie : on se reportera plutôt à l'abondante littérature autour de l'art brut..." (p. 206).

    ISBN 978-2-87525-061-2

    Prix 26 €

    Chez votre libraire classique, ou directement à EME&Intercommunications,

    40 rue de Hanret

    BE-5380 Fernelmont

    Belgique

    courriel : edition@intercommunications.be

    site : www.intercommunications.be

  • En occitan dans le texte...

     

    Les lettres occitanes - Letras d'òc
    5 rue Pons Capdenier
    31500 Toulouse

    Lo dimecres 20 d'octobre a 18 h 30
    rescontre amb Frederic Fijac 
    autor occitan convidat per Letras d'òc
    Lectura de tèxtes per l'autor
    Ostal d'Occitania de Tolosa  11, carrièra Malcosinat
    (metrò Esquiròl)
    Vèire de l'amistat en seguida

    Nascut en 1958, Frederic Fijac visquèt de vacanças fondairitz entre causse e ribièira de Dordonha. Èstres, luòcs, elements… al torn de la bòrda pairala li semblava que lo monde tot èra parlar. Lo gojat enreguèt lo camin de l’escriure.

     Recobra l’occitan a Montalban, del temps qu’apren lo mestièr de regent. Del larg de son illa, amics e lectura li desvelan alavetz l’espandida d’un univèrs. L’escriure fai calada al mai prigond : la lenga se cèrca.

    Lo rescontre ambe Guillevic, de votz viva, e la lectura d’ « Un ivèrn » de Manciet son decisius. Se’n vai temps de partejar a la bona del jorn aquela geofonia que lo trèva dempuèi mainatge. Òc bèl primièr, las revistas li permeton de se liurar : « Cunhat a punta de casal, petals de papièr blanc e fuèlhas de carton leugièr, lo codonhièr de Bardilha, japonés sens zo saber. Acotat al seu paissèl cussonat, s’està plan. Zen. Aconsomit dins son recanton, vièlh cantonièr confle de sòmis de confiment, apresta sa fruchada. » (La fabrica de petaç – prèmi Paul Froment de 2009).


    Lo dissabte 23 d'octobre, au parat de la hèsta occitana de Casalís (33)
    Joan Eygun que presentarà los Contes de Garona
    cuelhuts per Jacques Boisgontier en Gironda
    e publicats per Letras d'òc
    a 14 h a la Bibliotèca municipau
    Taulèr de libes de Letras d'òc lo vrèspe

    vv_book_31.jpg


  • Ethnologues, anthropologues, ethnolinguistes, ethnohistoriens, adressez vos manuscrits au CTHS

    Appel à manuscrits - CTHS

     

    Ethnologues, anthropologues, ethnolinguistes, ethnohistoriens, adressez vos manuscrits directement au CTHS

     

    Les publications de la section « Anthropologie sociale, ethnologie et langues régionales » du CTHS s'inscrivent dans plusieurs collections, en particulier :

    - « Le regard de l'ethnologue », qui accueille les manuscrits originaux, mais aussi les thèses remaniées ;

    - « Orientations et méthodes », collection destinée aux étudiants de 2e et 3e cycles, qui regroupe manuels, ouvrages de méthodologie ou ouvrages pour les classes préparatoires aux concours des grandes écoles ;

    - « Format », collection de poche qui publie à des prix abordables les classiques, ouvrages étrangers, mais aussi des textes inédits.

    - Le catalogue de nos collections est consultable sur le site du CTHS : www.cths.fr

    o La section propose prioritairement pour publication les manuscrits concernant le domaine français, y compris les Départements et Territoires d'Outre-Mer, l'ensemble du domaine européen ou les comparaisons entre la France et d'autres pays européens. Sont donc exclus les manuscrits traitant exclusivement d'un ou de pays étrangers, fussent-ils européens. La section ne publie ni les actes de colloques (sauf quand ceux-ci sont organisés par le CTHS), ni les thèses de doctorat non remaniées selon des normes éditoriales raisonnables. Elle refuse en outre d'examiner tout texte déjà accessible sur Internet.

    o Les critères d'évaluation des manuscrits sont, outre l'intérêt scientifique, la conformité à la politique éditoriale de la section et du comité de publication du CTHS, l'estimation des ventes en librairie. L'existence de financements extérieurs est appréciée.

    o Les manuscrits sont fournis en deux exemplaires sur papier et un exemplaire numérique (CD-Rom, DVD, etc.) sous leur forme considérée comme définitive par leurs auteurs. Les manuscrits « provisoires » ou incomplets ne seront pas pris en compte.

    o La section nomme alors parmi ses membres deux rapporteurs qui se prononcent par écrit sur la pertinence d'une publication et indiquent la collection la plus appropriée. La section désigne également parmi ses membres titulaires un responsable du suivi du manuscrit, chargé de transmettre à l'auteur les demandes éventuelles de modifications de son texte qui sera ensuite, avec ceux que proposent les autres sections, soumis à la commission générale de publication du CTHS.

    Manuscrits à adresser au CTHS : 110, rue de Grenelle 75357 Paris cedex 07

  • Un concert à Saint-Savinien (Charente-Maritime) le Samedi 16 octobre 2010 à 21 heures

    Les Pilotes du blog  BELVERT ont le plaisir de relayer cette information musicale qui leur a été adressée par Francis Gardré :

    "L'Orchestre Symphonique des Vals de Saintonge que j'ai le plaisir de diriger donnera son premier concert de la saison samedi prochain, 16 octobre.

            Vous trouverez ci-dessous tous les détails de l'organisation.

    Lieu: église paroissiale de St-Savinien.              Heure: 21 h précises

    Programme:
            Haydn:             Les Sept Dernières Paroles du Christ: introduction
            Schubert:         Symphonie Inachevée (la 7ème ou la 8ème, selon les bibliographes) 2 mouvements. 
            Beethoven:      Symphonie Pastorale (la 6ème) 5 mouvements. 

    En rappel, si vous le voulez bien: 
            Berlioz:            La marche au supplice (de la Symphonie Fantastique) 

    Réservations (fortement recommandées) à 
        l'Office de Tourisme de St-Savinien. Nouveau local: sur l'Ile de la Grenouillette (ancien bâtiments des locations de bateaux-caravanes)           tél: 05 46 90 21 07 
    Plein tarif 10 €.
    Tarif réduit à 8 € pour les adhérents de l'OSVS, les étudiants et les demandeurs d'emploi. 
    Gratuit jusqu'à 16 ans.

    Précisions: 
        Ouverture de la billetterie à 20h15.
        L'église est chauffée, les chaises ont été changées pour un meilleur confort.
        Vous pouvez devenir adhérent de notre association à l'entrée du concert.

    Merci de venir nous soutenir. 
    C'est un magnifique programme pour lequel les musiciens ont énormément travaillé.
    Cordialement,

    Francis Gardré

    Ce concert reçoit le soutien du Pays des Vals de Saintonge et de la Commune de St-Savinien"

  • Il est des contes de Sots qui en disent long sur l'humaine condition...


    Virginie Chardenet
      
    Destins de garçons en marge du symbolique
    Jean le sot et ses avatars.

            
    éditions José Corti, Les Essais / Merveilleux, 2010. Édition José Corti. José Corti 

    Ce livre se propose d'explorer les tours et détours de l'initiation des garçons à leur identité sexuée en cheminant au travers du foisonnement créatif fort méconnu des contes de tradition orale, facétieux en particulier, et des pratiques carnavalesques. Les contes facétieux ont en effet été longtemps négligés par les ethnographes qui les écartaient des collectes ou les publiaient dans des ouvrages confidentiels. Ils constituent pourtant un patrimoine d'une richesse insoupçonnée car ils véhiculent des significations psychiques essentielles relatives à la sexualité infantile et à la vie pulsionnelle inconsciente. Ils ont ainsi pour figure emblématique un personnage masculin résolument antihéroïque, Jean le Sot, qui subvertit dangereusement, avec les meilleures intentions du monde, tous les repères logiques, éthiques ou symboliques qui fondent l'ordre social, et dévoile crûment à quel destin fou sont voués ceux qui ne peuvent se détacher de leur mère. À partir de la confrontation d'une centaine de versions françaises, nous commençons donc par examiner la trajectoire complexe et débridée de ce personnage complètement étranger à lui-même dont les mille et une beotiana nous instruisent sur les ratés les plus tragiques du processus initiatique masculin.
    Nous sommes alors conduits à évoquer le destin d'autres figures folkloriques de la marge qui présentent des affinités parfois surprenantes avec le personnage du niais: ogres et hommes sauvages, enfants monstrueux des fées qui ne grandissent pas et ne prennent langue avec personne; garçons trop forts et terribles qui ont tété trop longtemps leur mère, mais aussi, en amont des collectes orales, dans les grands cycles épiques de la Mésopotamie à l'Irlande, nombre de figures héroïques qui, dans leur déni des limites, sombrent dans la confusion sexuelle et la lassitude mortelle. Tous ces personnages sont à leurs façons des figures tragiques de la démesure qui révèlent la prégnance dans l’imaginaire d’une problématique fondamentale relative aux impasses qui menacent le sexe fort dans l’acquisition de son identité : celle de l'aliénation désexualisante qui attend celui qui ne saurait se dégager des liens incestueux et entamer le meurtre de l'enfant tout-puissant, la destruction de la « représentation narcissique primaire ».
    Enfin, comme si les figures du narcissisme infantile dégagées au fil des pages exigeaient d'être projetées dans le miroir d'une réalité ethnographique particulière, nous interrogeons les manières facétieuses des garçons dans le Carnaval de Pézenas (Languedoc). Au sein de bandes complices et paillardes, les jeunes piscénois se livrent en effet à des jeux régressifs et transgressifs avec le corps, avec les mots et avec la mort, par lesquels ils vivent de joyeuses retrouvailles avec la figure de l'infans investie comme le noyau d'eux-mêmes. Nous nous attachons cependant à montrer combien ces jeux recèlent, en tant que processus rituel, une portée initiatique résolutive visant au rétablissement de l'ordre après le surgissement chaotique de l’imaginaire; si bien que loin d'aboutir au destin funeste que les récits ne cessent de dénoncer, ils constituent de véritables exercices symboliques permettant aux garçons de se déprendre du lien originel et de célébrer l'assomption de leur virilité.

     

  • "Une époustouflante plongée en os troubles" de Richard Beard : une traduction de Marie Rennard...

    La traductrice Marie Rennard, par ailleurs bloggueuse et passante du blog Belvert, nous a communiqué sa dernière traduction de l'anglais : Un ouvrage de Richard Beard Qu'elle en soit remerciée...

    Voyons d'un peu plus près : 

    "James Mason est diacre. Il a perdu son père. Sa mère l’a abandonné. Sa foi vacille. Sa fiancée est enceinte. Son église va fermer, faute de fidèles, rachetée par un antiquaire interlope. L’orteil de saint Thomas à Becket, précieuse relique de l’église de Tous-les-Saints de Genève, s’empare de l’esprit du jeune homme… Sous cette pieuse influence, James entame une carrière de pilleur de tombes pour le compte d’un trafiquant. Décidément, les Voies du Seigneur empruntent des chemins étranges, le long des allées des cimetières suisses, troublant le repos de quelques défunts célèbres – Jung, Calvin, Richard Burton, Chaplin… et même les chiens d’Elizabeth Taylor ! —Jay, mon garçon, comment vas-tu sortir de pareil sac d’os ?"

    Os troubless.jpg

    Aux éditions IN OCTAVO,

    48, avenue des Gressets, 78170 La Celle-Saint-Cloud

    Tél. 07 86 43 23 88 ; Fax :01 39 69 12 49 

    E-mail : contact@inoctavo-editions.com

  • Tous à Vire (14) pour la Fête du sirop !

    La fête du sirop va reprendre ses quartiers d'automne à Vire (14) les 8, 9 et 10 octobre prochains. Autour de la fabrication cette ancienne confiture du pauvre, à base de pommes, se déroule toute une programmation dédiée aux musiques traditionnelles, avec cette année une rencontre au sommet entre musiques de Normandie et du Morvan

    Avec au programme : 
    - joute chantée
    - concerts
    - bals
    - bal pour enfants
    - randonnée chantée
    - cabarets
    - jeux traditionnels
    - expositions (notamment l'exposition "Chanter, jouer, danser - Traditions musicales en Normandie - 18e-20e siècles" co-produite par La Loure et le Musée de Vire, visible jusqu'au 31 octobre 2010). 
    - visite du Musée (compris dans l'entrée à la fête)...

     

    Unknown.jpeg

     

    Tout le programme est là : http://laloure.org/article.php3?id_article=200

    Contact Mr. Yvon Davy

     

    Association La Loure

    Musiques et Traditions Orales de Normandie
    2, rue St-Martin
    14500 Saint-Martin-de-Tallevende
    Tél. : 02 31 68 73 49
    laloure@wanadoo.fr - Site : laloure.org
     

     

  • Laissez-vous conter le patrimoine du pays des étangs du Narbonnais....

    Bernard BAsck, des Amis de Lespignan communique :

     

    Mireille Oliver présente

    Le secret de Firmin

    Conte sur le patrimoine régional 

    Accompagnement musical occitan : Duo Cantaria

    SAMEDI 9 OCTOBRE 2010

     à Peyriac de mer (Aude)

    21 h au Pt foyer (rue de l’étang)

    Tout public

    Entrée 5 euros, gratuit pour les – 12 ans

     

    (Peyriac-de-Mer est village de pêcheurs de l’étang, près de Bages.  Une partie de l’étang est  classée réserve naturelle, on peut y admirer des flamants, des hérons, des cigognes et des oiseaux de mer.)

     

  • Un colloque pour apprendre à "chanter les bœufs", les guider dans la douceur...

     

     

    Le premier colloque consacré au chant de plein air des laboureurs
    ou  à « l’art de manier les bœufs en chantant » aura lieu du 7 au 9 octobre dans le Bocage Vendéen, à Saint Germain l’Aiguiller – Mouilleron-en-Pareds.
    Ce colloque est organisé par la Communauté de Communes du Pays de La Châtaigneraie, avec la collaboration d’EthnoDoc et de l’OPCI.
    Tout à fait inédit, ce rendez vous permettra de faire le point sur les richesses historiques, patrimoniales et scientifiques d’une pratique millénaire que l’on croyait éteinte et que l’on connaît dans diverses régions sous les noms de dariolage, briolage, raudage, etc...  

    Renseignements au 02 51 52 62 37

    ou par mail tourisme@paysdelachataigneraie.org

     

    Colloque-dariolage.jpg

     

     

    « Le chant de plein air des laboureurs »

    Colloque du 7,8 et 9 octobre 2010

    La Communauté de Communes du Pays de La Châtaigneraie, avec la collaboration d’EthnoDoc et de l’OPCI, organise un colloque Le chant de plein air des laboureurs ou « l’art de manier les bœufs en chantant ». Tout à fait inédit, ce rendez vous permettra de faire le point sur les richesses historiques, patrimoniales et scientifiques d’une pratique multiséculaire que l’on croyait éteinte à jamais et que l’on connaît en Vendée sous le nom dariolage.

    A quoi correspond cette pratique si bien évoquée par George Sand au premier chapitre de La Mare au diable (sous le nom de briolage)?

    Pour Joseph Grolleau (85 ans), de Cheffois, lors d'une rencontre à propos d'une enquête sur ce sujet, le définissait ainsi:

    "Le dariolage, c'est une sorte de mélodie que la voix du laboureur porte loin en s'entraînant et en entraînant son attelage. Ce chant singulier, égrené sur des voyelles et chanté par chaque laboureur sur un air personnel , accompagné des cris et chants d'oiseaux, anime tout l'environnement; même les geais imitent parfaitement cette mélodie. C'est toute une atmosphère qui règne dans la campagne, atmosphère de labeur et en même temps d'harmonie et d'équilibre, un certain bonheur de vivre, tout simplement."

    Demandez le programme du colloque qui se déroulera au Domaine Saint Sauveur (Saint Germain l’Aiguiller – Mouilleron-en-Pareds, Vendée) du 7 au 9 octobre 2010. S’en suivront une soirée « Voix du Monde » le samedi 9 octobre, et une démonstration publique de dariolage, le dimanche 10 octobre, dans le cadre de la cuisine du cochon au Moulin Migné, de Cheffois (Vendée).

    Un point restauration sera mis en place avec des buffets entre 8 € et 10 €, et un menu à 14,50 €. Nous vous invitons à réserver le plus tôt possible auprès de l’Office de Tourisme du Pays de La Châtaigneraie qui se tient également à votre disposition pour tous renseignements au 02 51 52 62 37 ; ou par mail tourisme@paysdelachataigneraie.org

    O.de T. 1 Place des Halles, 85120 La Châtaigneraie

     

    attelage.jpg

     

  • Le Blog de Terrain est en ligne

    Chers toutes et tous,
    J'ai le plaisir de vous annoncer un nouveau venu : le blog de Terrain !
    Son but est de mettre les articles publiés dans /Terrain /et les livres
    de la collection "Ethnologie de la France" en lien avec l'actualité...
    A regarder sans délai. C'est bref !
    http://revueterrainblog.com/

    -- 
    Christine Langlois
    Rédactrice-en-chef de la revue Terrain
    Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique
    6 rue des Pyramides
    75001 Paris

    tèl : 01 40 15 85 27
    fax : 01 40 15 87 33
    site : http://terrain.revues.org

  • La Lirette s'expose aux journées du Patrimoine des 18 et 19 sept. 2010

    Laurence Fédy, qui porte haut l'avenir du tissage de la lirette, nous écrit :

     

    JEP2010-1.jpg

     

    "Bonjour à toutes et à tous.

    J'ai le plaisir de vous inviter aux Journées du Patrimoine des 18 et 19 septembre; idéal pour TOUT découvrir sur la lirette: exposition de la collection complète et démonstration sur métier à tisser. Première présentation d'une lirette de plus de 11m tissée le mois dernier; et que vous retrouverez sur les Itinéraires d'Artistes, à Soulignonne (17250), notamment le samedi 25 septembre comme "piste" du défilé à 20h30 (bustiers en lirette pour ma part).

    Merci de faire suivre l'information à votre carnet d'adresses, amis, connaissances, ainsi qu'à tous les propriétaires de châteaux, manoirs, grandes demeures et hébergements touristiques que vous connaissez... je cherche un acquéreur pour ma pièce de lirette de 11m  !!!

    Merci, et au plaisir de vous voir."

     

    lirette2.jpg

     

    Laurence FEDY

    L'Art de la Lirette - 8 rue de Mellier - 17250 PLASSAY

    05 46 74 22 05 - 06 82 21 32 49 - lartdelalirette-saintonge@voila.fr

    IMGP7506.JPG


  • Le Pilote de Belvert qui s'était assoupi : "Ce qui m'a rendue lucide c'est l'ethnographie. Elle m'a rendue dès le départ respectueuse de la culture des autres" (Germaine Tillon)

    Michel Valière est né le 10.09.1941 à Paris, 13e, même si son accent bas-languedocien bien affadi semble indiquer toute autre chose : notamment un séjour de 16 années (avril 1943- septembre 1959) en Bitterrois, à Lespignan (Hérault) aux frontières de l'Aude et de l'Hérault...

    En novembre 1947, juste débarqué au C.P. il ressemblait, avec sa boina noire et déjà usée, aux autres enfants de la classe :

    369d7b30a5986b2f333d0daa1d903783.jpg

    , tandis que vers ses 9 ans, ça donnait à peu près ceci, avec sa frange "coupée à la chien"

    717196b66ccdaddc944587c2399c7529.jpg

     

    Le 9 juillet 1953, jour de la Distribution des prix au Lycée Henri IV de Béziers (Hérault), Jean Villemagne, photographe accrédité pour la circonstance, le voyait à peu près ainsi, avec son Prix de l'Assoc. des Parents d'élèves ("De la Terre à la Lune"), descendant les marches de l'estrade solennelle :

    MV 1953.JPG


    Et en fin d'adolescence alors, ça donnait... disons à peu près ceci :

    4ca881158ec0a0e3f75167f2a8886a28.jpg

    (...ça c'était en 1959, l'année du Bac Math élem., et de son arrivée à Poitiers !).
    Des années d'étudiant, il a glané quelques souvenirs, dont celui-ci, où il figure, faluche sur la tête, assis, jambes pendantes au premier plan sur le dolmen de la Pierre levée, à Poitiers, avec des amis anglais et pictaviens...

    58520558.jpg

    © Poitiers, 30 avril, 1960. Tous droits réservés.:

    Puis, il a été successivement :
    - enseignant dans le secondaire :

    mv 1963-64.JPG

    collèges, lycées, École normale : (Civray, Gençay, Niort, Brive, La Rochelle, Poitiers) ; université (Poitiers).
    - assistant de jeunesse et d’éducation populaire auprès du Ministère de la Jeunesse pour le département de la Vienne (DDJS, 1971-1975)) ;
    - ethnologue à la Région et à la DRAC de Poitou-Charentes (1983-2001) ;
    - chargé de mission au Musée national des arts et traditions populaires à Paris ;
    - chargé de cours à l’université Catholique de l’Ouest, à Angers ;
    - chargé de cours à l’université de Limoges ;
    - chargé de cours à l’École supérieure d’ingénieurs de Poitiers (ESIP) ;
    - Professeur associé (ethnologie) à l’université de Poitiers et membre du laboratoire LARESCO-ICOTEM, MSHS (Poitiers), ainsi que du MIMMOC :

    Il a participé (ou participe encore) à de nombreuses commissions spécialisées en qualité de membre titulaire dont :

    - le Conseil du patrimoine ethnologique (Ministère de la Culture, Paris) ; Office du Livre de Poitou-Charentes;
    - la CO.RE.PHAE puis à la CRPS : Commission Régionale du Patrimoine et des Sites (Direction régionale des affaires culturelles de Poitiers) ;
    - la Commission interrégionale pour l’acquisition des musées du Limousin et du Poitou-Charentes (Ministère de la Culture) ;
    - Comité des Travaux historiques et scientifiques (Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Paris : J.O du 29 mai 2004).

    Il a beaucoup œuvré (et s’investit toujours, à des degrés divers) dans le milieu associatif et les "sociétés savantes" :

    Association française des archives sonores (AFAS) ; AFCS (association française des chasseurs de son) ; AREAS : association de recherche et d’échange en anthropologie et sociologie (président d’honneur ) ; Association régionale pour la promotion de l’ethnologie en Poitou-Charentes (ARPE : membre fondateur) ; Centre culturel de Gençay (membre fondateur) ; Institut d’études occitanes (IEO) ; ORCI (président d'honneur) SAPC : Société des auteurs de Poitou-Charentes (ancien Vice-président ) ; Société des Antiquaires de l'Ouest ; Société d’ethnologie et de folklore du Centre-Ouest (SEFCO) ; Société d’ethnologie française (SEF) ; UPCP (membre fondateur et ancien président).

     

    ... mais il a passé le relais à plus jeunes et plus dynamiques.
    -
    3774a6ceec1745f11b6fe9945b2901e4.jpg

    Médaille de bronze du Ministère de la Jeunesse et des sports;


    -
    cea62f00c5bde1ff252b350c0379dcfb.jpg

    Médaille d’argent du Ministère de la Jeunesse et des sports (arrêté du 14 juillet 1987) ;

    -61a63d4e4a80d343ee7076dd5abfd7b1.jpg

    Chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres du Ministère de la Culture ( arrêté du 16 septembre 1985).





    Ses travaux ethnographiques portent surtout sur les œuvres orales (contes) et les récits de vie (notamment en milieu poitevin et occitan) dont :


    Amours paysannes : récit d’une vie de galerne, Paris, Stock, 1980, (rééd. La Crèche, Geste édition, 1996 ; 2004, coll. poche)

    Approche ethnographique de la ville de Thouars (Deux-Sèvres) : Entre civitatula et cité cheminote : images et représentations, Rapport à Monsieur le Directeur de l’architecture et du patrimoine, (en collab. avec Aurélie Melin) ; Mission à l’ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication, Gençay, ARPE, 2004 (multicopié).

    Aréna, pâtissiers du Limousin au XXème siècle (en collab. avec Jean-Claude Aréna), Saint-Junien, ARPE, 2000.

    Camino : itinéraire d’un réfugié politique républicain espagnol (en collab. avec Marcelino Ferrer), Limoges, CIPA, 1994.

    Catherine : un prénom à découvrir, Paris, Christine Bonneton éd. 1986.

    Contes des grands-mères des Charentes et du Poitou, La Crèche, Geste éditions, 2006.

    Ethnographie de la France : histoire et enjeux contemporains des approches du patrimoine ethnologique, Paris, Armand Colin, 2002.

     

    703cc1bdcbb86f2d8c3d1288803da0db.jpg

    M.V et le conte : Ecole Alphonse Daudet, Poitiers, 3 juin 1985.© Tous droits réservés.

    Francine Poitevin ou l’ethnographie au musée : de la passion à la science (en collab. avec Marie-Christine Planchard), Musée de la ville de Poitiers, 1986. Épuisé


    Histoire de la vie rurale en Poitou : récits d’un étalonnier (en collab. avec Jean-Louis Fossat), Toulouse, univ. Le Mirail, 1977. Épuisé

    France. Mission à l'ethnologie
    Inventaire des actions patrimoniales à caractère ethnologique du Poitou-Charentes et confins du Limousin [Texte imprimé] : rapport à Madame le Chef de la Mission à l'ethnologie, Ministère de la culture, Direction de l'architecture et du patrimoine, Sous-direction de l'archéologie, ethnologie, inventaire et système d'information / [rédigé par] Aurélie Melin,... ; sous la direction de Michel Valière,... ; [publié par l'] Association régionale pour la promotion de l'ethnologie en Poitou-Charentes. - Gençay (10 rue du 8 mai, 86160 ) : ARPE, 2005. - 1 vol. (209 f.) ; 30 cm.
    Webliogr. f. 205. - ARPE = Association régionale pour la promotion de l'ethnologie en Poitou-Charentes. - DLE-20050512-22561. - 306.094 46 (21) + 353.770 9446 (21) (Br.).
    Patrimoine culturel -- France -- Poitou-Charentes (France) -- Répertoires
    Patrimoine culturel -- France -- Limousin (France) -- Répertoires
    BN 39968083 
    05-44393

    Laurent Gayraud, luthier : enquête ethnographique, (en collab. avec Virginie Kollmann), Musée de la ville de Poitiers, 1987. Épuisé

    Le Conte populaire : approche socio-anthropologique, Paris, Armand Colin, 2006.

    e402e038ce7e5b7f6ad9dffd57524756.jpg

    (M.V. dit un conte dans une "classe patrimoine, à l'Île d'Aix,1989).


    L’Ega blanca (T.1631 A) e autres racontes de maquinhons reculhits a Badalhac, Lespinhan e Beissenac, (en collab. avec Liliane Jagueneau), Poitiers, Institut d’Études occitanes (documents sonores), 1978. Épuisé

    Le Patrimoine industriel (en collab. avec Virginie Kollmann), Poitiers ABCD et ARPE, 1992.

    Les Jours d’Angles (en collab. avec Monique Leyssène), Paris, Christine Bonneton, 1984. Épuisé

    Les Meulières de Claix-Chaumes du Vignac : mémoire d’un site, Rapport à Monsieur le Président du Conservatoire d’espaces naturels et des sites de Poitou-Charentes, (en collab. avec Delphine Clochard), Gençay, ARPE, 2004 (multicopié).

    Les Parlers populaires au Nord-Portugal. Enregistrements réalisés par Michel et Pierre Valière, pour le compte de la Phonothèque nationale, commentaires et analyses de Pierre Valière, Nantes, avr. 1970, 54 p. (multicopié). Épuisé

    Lespignan : « Un biais de viure », (en collab. avec Catherine Robert), Lespignan, Association des Amis de Lespignan, 1978. Épuisé

    L’Occitan parlé à Lespignan (Hérault) : la langue des viticulteurs, (en collab. avec Liliane Jagueneau), Toulouse, univ. Le Mirail, 1976.


    Nous n’avons pas fini de marcher : migrance et partage : récit à deux voix, (en collab. avec Marie-Thérèse et Vincent Peltier), Limoges, CIPA et ARPE, 1998.

    Paroles d’Or et d’Argent : contes populaires recueillis... en Charente (en collab. avec Nicole Pintureau), La Couronne, CDDP, 1994.

    Quelques ethnotextes occitans et francitans recueillis à Lespignan (Hérault), (en collab. avec Catherine Robert), Gençay, Institut d’Études occitanes (documents sonores), 1977. Épuisé

    Récits et contes populaires du Berry, (en collab. avec Geneviève Debiais), Paris, Gallimard, 1980.

    482a558bef09a8fcb0bf212669dd03fd.jpg

    Récits et contes populaires du Poitou, (en collab. avec Catherine Robert), Paris, Gallimard, 1979.

    Religion populaire et expression de la foi à Saint-Junien, (en collab. avec Virginie Kollmann et Alain Mingaud), Ville de Saint-Junien, 1988.

    Un cahier d’oraisons populaires, de recettes médicales et de conjurations recueilli en Poitou, (en collab. avec Jean-Jacques Chevrier), Gençay, U.P.C.P. - Centre culturel-La Marchoise, [1977]. Épuisé

    Une conteuse populaire poitevine, Marie Prieur : étude ethnolinguistique d’un répertoire, univ. de Poitiers, 1974, multicopié, 278 p. Épuisé

    Un jour qui leur appartient : quelques coutumes de mariage en Limousin... (en collab. alii), Saint-Junien, AICARPA et Laurière AFRPA, 1995.

    Participation aux ouvrages et travaux collectifs :

    - Encyclopédies régionales, éditées par Christine Bonneton à Paris : Aunis-Saintonge (1987) ; Charente (1992) ; Charente-Maritime (2001) ; Corrèze (1990)

    COLLECTIF (2003), BRANQ Caroline (dir.) Les costumes régionaux autrefois, Paris, Archives & Culture.

    COLLECTIF (2006), CHAUVAUD Frédéric (dir.), La Société agricole des Deux-Sèvres au XIXe et XXe siècles, La Crèche, Geste.
    COLLECTIF (2001), CHAUVAUD Frédéric (dir.), La Société agricole de la Vienne au XIXe et XXe siècles, La Crèche, Geste.


    COLLECTIF (2003), FERRÉOL Gilles et JUCQUOIS Guy (dir.), Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Paris, A. Colin (traduit en roumain et en portugais brésilien).

    COLLECTIF (2001), GUÉDEZ Annie, DUPUY Francis et VALIÈRE Michel (dir.), Mues traversières : ethnographie en Montmorillonnais, ARPE, 2001, 159 p.

    Articles, communications :

    « Animation rurale à ‘Chez Bernardeau’, commune de Champniers », (en collab. avec Jean-Jacques Chevrier), dans Aguiaine, t.X, sept-oct. 1976, p. 395-408 (1re éd. dans Informations de la Vienne, déc. 1975, n° 23, p.18-26.

    « Approche ethnographique d’une ville provinciale », in Poitiers : une histoire culturelle 1800-1950, Poitiers, Atlantique, 2004, pp. 17-57.

    « À propos des chansons populaires du Fonds Valière à l’université de Poitiers », ( en collab. avec Michèle Gardré-Valière), communication au colloque Bujeaud au Poiré-sur-Vie, 20-22 novembre 2003 (à paraître 2005).

    « ‘Au jardin des souvenirs’ de Michel Millet », in SEFCO, n° 241, mars-avr. 2004, pp. 25-37.

    « Chansons de colportage et chansons de circonstances recueillies en Poitou », in Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4e série, t. XV, 2e trim.1977, pp. 103-142.


    Michèle Gardré-Valière et Michel Valière, « Chansons en regard », dans Brigitte Horiot (éd.) et Chiara Bignamini- Verhoeven (collab.), Canadiana Romanica : français du Canada-français de France. Actes du septième Colloque international de Lyon, 16-18 juin 2003. Tübingen, Niemeyer, 2008, p. 259-272.


    « Contes à choix multiples : problèmes d’édition », in : De l’écriture d’une tradition orale à la pratique orale d’une écriture, actes du colloque de Clamecy (58), les 26 et 27 octobre 2000, Parthenay, FAMDT, 2001, pp.197-214.

    « Contes et conteurs », in : Bulletin de la SEFCO, T.IX, 4 °liv. juil.-août, 1975, pp. 315-316.

    « Contes et littérature orale », in VARLET Jean (dir.), Corrèze, Paris, Bonneton, 1990, pp. 198-211.

    « Conteurs d’aujourd’hui... », (en collab. avec Patricia Heiniger), in : Le Conte, tradition orale et identité culturelle, actes des rencontres de Lyon (27-29 nov. 1986), Lyon, Agence régionale d’ethnologie, 1988, pp. 249-265.

    « Du folklore à l’œuvre orale », in : Aguiaine, n° 226 sept.- oct. 2001, pp. 3-14.

    « Édition de textes oraux occitans », (en collab. avec Liliane Jagueneau), in : Actes du colloque de linguistique occitane, organisé à Clermont-Ferrand les 5 et 6 mai 1978, Beaumont, IEO du Puy-de-Dôme, 1979, pp. 5-13.

    « Entre orthodoxie et hétérodoxie, la prière qui guérit (Poitou, Charentes et Limousin) », (en collab. avec Catherine Robert), in : Aguiaine, n° 212, mai-juin, 1999, pp. 26-47.

    « Elle lui donna un mouchoir... » in : Actes du colloque « Le Mouchoir dans tous ses états », Cholet, Assoc. des amis du Musée du textile choletais, 12-14 nov. 1997, pp. 233-239.

    « Ethnologie », PITIÉ Jean (dir.), Poitou : (Haut-Poitou), Paris, Bonneton, 1983 (rééd.1988), pp. 70-181.

    « Faire son voyage en Charente limousine. À propos de rituels de guérison dans L’Évolution psychiatrique, t. 61 - 3, juil.-sept. 1996, p.p. 613-620.

    « Initiation et société », dans Les Conférences-débats des Compagnons du Devoir : programme 2001, Paris, Association ouvrière des Compagnons du Devoir du Tour de France, 2001, pp. 90-91 (résumé de l’intervention).

    « Introduction », dans Les Associations & le patrimoine en Charente : 2001, Angoulême, D.D.J.S et Pays d’Art et d’Histoire de l’Angoumois, 2001, p. 3.

    « Invariants culturels et sexuels des couples », dans Sexologos, n° 24, mars 2006, p. 16-18.

    La Conservation du patrimoine ethnographique : rapport au Directeur du Patrimoine, Mission du patrimoine ethnologique, (en collab. avec Anne-Chantal Bouly), Poitiers, ARPE, 1993, 101p.

    « La forêt contée : entre oral et écrit », dans NEVEU Jean-Louis (coord.), Forêts charentaises, Paris, Le Croît Vif, 2001, pp. 297 - 338.

    « La Forêt de Moulière, Maurice Fombeure et les arbres », à paraître, dans Aguiaine, 2005.

    « La fressine, le préservatif et l’ethnologue », in Aguiaine, n° 236, mai-juin 2003, pp. 15 – 22.

    « L’Aiguillée d’aphorismes des ajoureuses anglaises », Cahiers de littérature orale, N° 15, 1984, pp.49-54.

    « L’invention féminine à Angles-sur-l’Anglin (Vienne) : les « jours et leurs dénominations » dans Ethnologie française, n°1 janv.-mars 1989, pp. 26-37.

    « La maison dans la forêt des contes », dans ANTOINE Annie (textes réunis par), La Maison rurale en pays d’habitat dispersé de l’Antiquité au XXe siècle, actes du colloque « Maison rurale », organisé par le CRHISCO, univ. de Rennes, 29 - 30 –31 mai 2002, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, pp.43-50.

    « La mise en eau d’un étang dans le Sud-Vienne », in : Actes du colloque de langues et de littérature dialectale d’oïl de l’Ouest de la France, sur le thème de l’eau, Nantes 16-17-18 février 1984, Textes et langages XIII, Université de Nantes, 1986, pp.107-120.

    « La tradition orale du conte de mensonge », (en collab. avec Catherine Robert), Le Monde alpin et rhodanien, Grenoble, CARE, N°1 - 4, 1982, pp. 337-347.

    « Le conte du curé de Marie Prieur : commentaires typologiques », (en collab. avec Catherine Robert), Langue et littérature orales dans l’ouest de la France, Angers, Presses de l’Université, 1983, pp. 353-367.

    « Le courtisan du pays », in : À la croisée des chemins, musiques savantes, musiques populaires : hommage à George Sand, actes du colloque de La Châtre (36), les 23-25 octobre1997, Parthenay, FAMDT, 1999, pp.76-84.


    « Le fait votif », in : Catalogue de l’exposition : Navires et tableaux votifs de Charente-Maritime, avr. - sept. 1994, Brouage, Syndicat mixte pour l’animation et la restauration du site de Brouage, 1994, pp.17-19.

    « Le patrimoine ethnologique de la Vienne », dans FLOHIC Jean-Luc (dir.) (2002), Le Patrimoine des communes de la Vienne, Paris, Flohic, t.1, pp. 27-29.

    « Les fabuleuses ajoureuses d’Angles-sur-l’Anglin », dans SIMMAT Gérard (dir.), (2003), La Vienne autrefois, La Crèche, Geste, pp. 89-110.

    « Les Jours d’Angles », Métiers d’art, N° 45-46, avril 1992, [ Broderies et dentelles ], pp.28-29.

    « L’esprit des choses », dans Patrimoine de pays non protégé, premières assises régionales, 9 nov.2001, Jaunay-Clan, Union Poitou - Charentes Patrimoine, 2001, pp. 98-100 (résumé de l’intervention), cahier multicopié.

    « Les traditions en mouvement », dans Le Mariage dans la Vienne, Centre Presse, supplément au n° du 24 janv. 1995, p. 2.

    « L’être sous influence au quotidien », in Le Discours psychanalytique, n° 20, oct. 1998 ( Possession d’hier, possession d’aujourd’hui), pp. 189-206.

    « Le vocabulaire de la chèvre dans le parler de Saint-Romain-en-Charroux (Vienne) », (en collab. avec Catherine Robert), in Dialectologie et littérature du domaine d’oïl occidental » actes du colloque à l’univ. De Caen, fév. 1881, Caen, univ. 1983, pp. 245-256.

    « Livre de brouillard d’un serrurier », (en collab. avec Michèle Gardré-Valière, dans Aguiaine, n° 230, mai-juin 2002, pp. 53 – 61.

    « “Lo martelet“ , un charivari occitan à Lespignan (Hérault) », (en collab. avec Catherine Robert), in Le Charivari, actes de la table ronde à Paris (25-27 avr. 1977) Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt (dir.), Paris, EHESS et Mouton, 1981, pp. 55-63.

    "Marie Magnant en Haut-Poitou: approche d'un répertoire chanté", (en collab. avec Michèle Gardré-Valière),
    Québec, à paraître 2008.

    « Monsieur Jean, conteur du Bitterrois », dans Horizons Maghrebins : le droit à la mémoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, n° 49, 2003, pp. 135-145.

    Note pour la réhabilitation de l’entreprise « Auguste Experton et fils » (Retournac-43 ): à Monsieur le Chef de la Mission du Patrimoine ethnologique, Poitiers, 1993, multicopié, 4p.

    « Occitanalyse : itinéraire d’un occitaniste », in Estudis occitans, N°18, 1995, pp. 81 – 85.

    « On ne parle pas à sa voisine comme à son ethnologue : dialectique français /dialecte (?) dans le répertoire d’une conteuse charentaise», communication au 8e colloque de dialectologie et littérature du domaine d’oïl occidental, univ. d’Avignon 12 – 13 juin 2002, in BRASSEUR Patrice ( textes réunis par), Dialectologie et toponymie Avignon, CECAV, 2004, pp. 73 – 82.

    « Où est passée la chèvre à Basile ? D’une chanson populaire à une batterie de questions bien actuelles » (en collab. avec Aurélie Melin et Catherine Robert), Aguiaine, n° 227, nov.-déc. 2006, pp. 3-25.


    « Pantines, gâtinelles et caillons. Les coiffes et leurs noms : travail de dénomination », in Daniel Bourdu, Michel Valière et al. : Poupées d’en France : Coefis dau Poetou, Moncoutant, Kancel, 1999, pp. 57-63.

    « Pas de 27 sans foire ! » dans CHAUVET Pierre et al., Laissez-vous conter Rouillac (Charente), (collab. Fanny Guilloteau), Angoulême, Via Patrimoine, 2006, p. 7-16.

    « Préface », dans ROUYER Isabelle (1993), Dictionnaire de la cuisine de Poitou-Charentes et de Vendée, Paris, Bonneton, pp. 3 – 5.

    « Préface », dans SEREN François-Xavier (1999), Chalais, le village aux sept hameaux, s.l.,
    [ Chalais], Caisse régionale du Crédit agricole de la Touraine et du Poitou, pp. 4 – 5.

    « Préface », dans SEREN François-Xavier (2000), Angériens, Saint-Jean-d’Angély, Bernard Burgot, pp. 1 – 3.

    « Prier, c’est guérir », (en collab. avec Catherine Robert), in WALLON Philippe (dir.), Guérir l’âme et le corps. Au-delà des médecines habituelles, Paris, Albin Michel, 2000, pp. 113 – 125.

    Propositions pour un centre de culture scientifique technique et industriel à Saint-Junien : Espace patrimoine vivant, Saint-Junien, Ville de Saint-Junien, 1990, 14 p. (multicopié).

    Quelques remarques linguistiques sur l’opposition a/a : dans le français parlé à Magné (Vienne), (en collab. avec Catherine Robert), Office audio-visuel de l’univ. de Poitiers, (Séminaire de linguistique, Claude Hagège), 1976, multicopié, 10p.

    « Rends-me ma jharre! (Conte populaire poitevin) », (en collab. avec Catherine Robert) ,dans Bulletin de la Société d’études folkloriques du Centre-Ouest, nov.-déc. 1978, pp. 408-419.

    « Renouveau d’une fête : La Saint-Jean-Baptiste des tanneurs et des mégissiers », (en collab. avec Virginie Kollmann), in Délivrance, l’Abeille de Saint-Junien, n° 1, 16 juil. 1988, pp. 1-2.

    « Se je parle ung peu poictevin ... ou le parlange os écoles », in Cahiers de littérature orale, n° 21, 1987, pp. 131-150.

    "Une institutrice folkloriste Francine Poitevine", in Ethnologie française, n° 3 juil.-sept. 1988, 267-275.

    Un paysan face à sa langue : commentaire d'un phonogramme réalisé en

    Poitou méridional à Savigné (86) / Catherine Robert et Michel Valière. -

    Amiens : Université de Picardie, 1978. - P.97-103 ; 30 cm. - (Publications

    du Centre d'études picardes ; VI).Texte de la communication présentée au colloque "Archives sonores et

    dialectologie" organisé par le Centre d'études picardes les 18 et 19 mars 1977.


    WEBLIOGRAPHIE :

    - Rédaction d’articles pour le site Internet « Amérique Française » (Mireille Kermoyan et Marie Nadeau, co-productrices), 2004, en collaboration avec Aurélie Melin, sur six villes du Poitou-Charentes : Brouage, Cognac, Île de Ré, La Rochelle, Rochefort, Royan. http://www.telequebec.tv/ameriquefrancaise/ (Il faut aller sur le site "www.telequebec.tv/ameriquefrancaise/", puis cliquer sur le "site haute vitesse", puis cliquer sur "route des régions" et là choisir l'icône "France".
    Etc... Mais aussi des avant-propos et préfaces, une trentaine de disques, cassettes, CD, des collab. à des films, des vidéos...

     

     

    5a44857a2648e2d19f24f7274b7a6729.jpg

    ©M. V., à Combrenne, ßéthines (Vienne), chez l'ami René, 2007. Cl. E.B. Tous droits réservés.

     

     

    dscn0987.jpg

     

    © Les Galipeaux, Cne de Saint-Savinien (Charente-Maritime), août 2008. Cl. Jean-Claude Gardré.Tous droits réservés.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Les Vitraux de la cathédrale d'Angers , aux éditions du CTHS: à découvrir !

     

    Les Vitraux de la cathédrale d'Angers   
    Karine Boulanger

    La première cathédrale d’Angers était dédiée à la Vierge jusqu’à ce que saint Martin à la fin du IVe siècle offre au clergé une fiole contenant le sang de saint Maurice qui devient alors le titulaire de l’église. Les reliques des saints, dont le trésor s’est considérablement accru au cours du Moyen Âge, tiennent d’ailleurs une grande place dans l’iconographie du décor vitré de la cathédrale, depuis les fenêtres les plus anciennes jusqu’au XVe siècle. Entrer dans la cathédrale Saint-Maurice d’Angers, c’est pénétrer un édifice qui a connu de nombreuses vicissitudes, depuis les incendies qui ont jalonné son histoire ancienne jusqu’aux dégâts causés par la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, c’est l’ampleur et l’unité architecturales qui caractérisent cet exemple majeur de ce que l’on appelle le gothique angevin. Les vitraux ont également subi bien des bouleversements, mais ils n’ont pas eu à souffrir de destructions massives à l’inverse de bien d’autres verrières de nos cathédrales. Le visiteur ressent à Angers la volonté des constructeurs et des maîtres verriers de maintenir une unité à la fois formelle et programmatique.
    C’est un parcours à travers le dédale de cette histoire que l’auteur propose ici en plongeant son lecteur dans les archives et en donnant vie à des artistes et artisans talentueux. Le lecteur rencontre ainsi les maîtres anonymes des XIIe et XIIIe siècles, André Robin au XVe siècle, à qui l’on doit les fabuleuses roses du transept, mais aussi les restaurateurs de toutes époques dont le soin a permis de préserver les œuvres. Cette vitrerie, méconnue jusqu’à aujourd’hui, se révèle à nous comme l’un des ensembles majeurs de la peinture sur verre en France.

    Hors  Collection
    544p., ill. couleur, relié
    ISBN  978-2-7355-0722-1 - SODIS F30772.7
    2010 - prix 96 € dans toutes les bonnes librairies classiques.
     
    Vous pouvez aussi commander directement cet important ouvrage, en suivant ce lien :
    http://cths.fr/ed/edition.php?id=5144

     

  • le numéro 202 du prestigieux PICTON, consacre un article à l'artiste singulier Pascal AUDIN dont l'atelier est à Gençay (Vienne) : à découvrir !

    Le n° 202 (juillet-août 2010) du Picton (Michel Granger, rédacteur en chef) a consacré (pp. 45-49) à Pascal Audin un passionnant article de Jacques Chaumeron qui met en lumière et l'atelier du peintre (15 place du marché à Gençay, 86160), et l'artiste et l'œuvre de celui  qui veut "mettre des couleurs au monde !).

    N° à ne pas manquer ! Et je ne vous parle pas de la qualité de l'illustration et du reste du numéro... Magnifique.

    picton.jpg
    Une association, présidée par madame Madeleine Bernardeau, concourt à une meilleure connaissance de cette œuvre:

    L'adresse courriel : assoc.les amisdemonsieuraudin@yahoo.fr

    le Blog: http://lesamisdemonsieuraudin.centerblog.net/

    Pour le Picton: prix du numéro : 7€,70; on peut commander à :

    Médiagraphie-Le Picton

    3, rue Eugène Chevreul - Pôle République

    BP 81165 - 86062 Poitiers Cedex 9

     

    Sur cet artiste, voir aussi toutes nos notes précédentes, dont voici le rappel :

    Des œuvres de Pascal Audin s'exposent à...

    2008-06-15 11:33:00 © Château de Lapalisse. Tous droits réservés : O.T de Lapalisse (Allier) © "Totem", 2002. Tous droits réservé : "L'Art en Marche" et Pascal Audin.

    Lire la suite

    dimanche, 15 juin 2008 11:33 | Lien permanentCommentaires (3)

    Là-bas si j'y suis... de Daniel Mermet

    2008-06-29 00:45:53 ... a consacré deux émissions à PascalAudin en cette fin juin. Ca ne m'étonne pas qu'il se soit intéressé à la vie plutôt extraordinaire de cet homme à la production intarissable.

    Lire la suite

    dimanche, 29 juin 2008 00:45 | Lien permanentCommentaires (0)

    2009 : C'est l'année des ”p'tits vélos” ! O-O

    intitulée "Un p'tit vélo dans la tête", à laquelle participait un artiste connu de nous et de nos visiteurs, Pascal Audin, peintre à Gençay. [...] On aura compris que l'essence devenant plus chère, on vante les mérites du vélo, [...]

    Lire la suite

    mercredi, 24 juin 2009 17:50 | Lien permanentCommentaires (0)

  • Pour mieux appréhender le Poitou-Charentes rural, avec Maisons paysannes de France, un nouveau document de référence :

    Avec cette première publication : Habitats et paysages, l’association régionale Maisons paysannes de Poitou-Charentes inaugure une série de carnets thématiques sur un héritage commun : le « patrimoine de pays ». Aussi était-il nécessaire de présenter succinctement, mais avec méthode, le « pays vert et bleu », Poitou-Charentes, grand ensemble de terres agricoles et urbaines.

    À l’exception de la montagne, absente de la région, tous les grands types de paysages que l’on retrouve en France y sont bien représentés (bocage, terres boisées, terres viticoles, littoral), sans oublier le Val de Sèvre s’ouvrant sur d’imposants espaces de marais, maîtrisés depuis déjà plusieurs siècles, encore moins la vallée méandreuse du fleuve navigable Charente, trait d’union entre les terres intérieures et la mer, puisque dotée d’une large façade maritime, ponctuée d’îles, s’ouvrant sur l’Atlantique et le Nouveau monde. On sait que cet état de fait conditionnera sa longue et prestigieuse histoire (parfois dramatique), comme la vie quotidienne de ses habitants.

    Cette nécessaire présentation à l’allure d’inventaire concourt heureusement à une meilleure interprétation des « pays », d’échelle variable. Langues d’oïl et d’oc en contact, religions, coutumes funéraires, traces d’immigration en déterminent les grands traits culturels et identitaires, tout comme le caractère du patrimoine bâti dans son environnement « naturel ». La nature des sols, argileux, calcaires, granitiques, etc., conditionne le choix des matériaux utilisés pour l’habitat, dans le cas général comme dans l’anecdotique. Il en est ainsi, par exemple, aux confins du département de la Charente et du Limousin, de la petite région de l’astroblème de Rochechouart-Chassenon, où les murs, comme certaines falaises du cratère d’ailleurs, rappellent chaque jour à leurs habitants la lointaine chute d’une importante météorite qui reste aussi fascinante que mystérieuse pour nos contemporains avides de curiosités scientifiques.

    Mais pédologie et géologie ne sont pas les seuls facteurs qui justifient et légitiment la nature du patrimoine bâti ; il faut compter aussi avec les activités humaines (minières, agricoles, pastorales ou viticoles, commerciales, maritimes, halieutiques, balnéaires, touristiques) qui poussent, chacune avec sa spécificité, à organiser l’implantation de l’habitat, sa structure, avec une certaine rationalité dans l’espoir d’une meilleure efficacité. Les influences sociales, mais aussi économiques sont également des facteurs de différenciation, de distinction.

    On aura compris, à parcourir ce document, qu’observer pour s’en délecter un patrimoine de pays, dit aussi, parfois, patrimoine de proximité, ne suffit pas ; encore faut-il savoir le reconnaître, le comprendre si on veut pouvoir le protéger, le sauvegarder, le pérenniser et le restaurer tout en l’adaptant, éventuellement par un choix de matériaux bioclimatiques nouveaux et ingénieux, aux besoins et aux exigences d’une vie contemporaine harmonieuse et apaisée… Tel est le message humaniste porté et diffusé par ce premier carnet, que l’on reçoit comme un cadeau annonciateur d’un meilleur cadre de vie, demain, ici, « au pays ».

    © Michel VALIÈRE, ethnologue.

    mpf.jpg

    Ce petit ouvrage, rédigé par Aurélie Cravallée et réalisé par Thomas Liège,  peut être commandé à Maisons Paysannes de France, délégation de Poitou-Charentes, Ferme des Bouchauds, 16170 Sant-Cybardeaux : (17 €  port),

    Sites : http://www.maisons-paysannes.org

    http://www.paysage-poitou-charentes.org

  • Quelques jours avant l'été, Gérard Jourdan arpente Lespignan (Hérault)

    Gérard Jourdan a eu l'amabilité de nous fournir un Album de photos prises par lui-même, au cours d'une promenade-découverte du village d'oc, Lespignan, familier des visiteurs de Belvert...

    Découvrez cet Album dans la colonne de droite... Bonne visite des lieux d'enfance du Pilote.

  • Des chants paléolithiques à Solignac en Limousin (Fondation-La-Borie).

    la Fondation-La-Borie en Limousin présente

     

    Unknown.jpeg

    Samedi 10 juillet 2010, 20h30

    Dimanche 11 juillet 2010, 17h30, 

    A Solignac (Haute-Vienne)

    Château de La Borie


    Avec l'Ensemble vielles cornemuses et la classe de tubas du Conservatoire à rayonnement régional de Limoges.
    Un spectacle fou, mêlant théâtre, art pictural et musique, où sera créée une symphonie rupestre unissant voix, cornemuses, vielles, tubas et instruments imaginés par Philippe Destrem. Un moment rare comme seuls ont pu en connaître nos lointains ancêtres...


    tarifs : PT : 15 euros - TR : 12 euros - TJ : 5 euros
    Renseignements, réservations : 05 55 31 84 81


    Fondation La Borie-en-Limousin. La Borie. 87110 Solignac

  • Femmes et agriculture

     

    Femmes et agriculture

     

    Women and Agriculture

     

    Résumé

     

    À l’occasion de la Journée mondiale de la femme rurale, ce colloque a pour ambition de rendre visibles la place et le rôle des femmes en milieu rural et plus particulièrement dans le milieu agricole (viticulture, élevage, conchyliculture, arboriculture, etc.).

     

    Annonce

     

    À l’occasion de la Journée mondiale de la femme rurale, ce colloque a pour ambition de rendre visibles la place et le rôle des femmes en milieu rural et plus particulièrement dans le milieu agricole (viticulture, élevage, conchyliculture, arboriculture, etc.).

    Historiquement, nous savons que le rapport entre les femmes et l’agriculture prend sa source au cœur du foyer familial où, pendant des siècles, elles ont accumulé des compétences d’organisation, d’accueil, de gestion et de services. Aujourd’hui, ces dernières sortent progressivement de leur « clandestinité », grâce à une lente évolution dans la reconnaissance sociale de leurs compétences.

    Véritables actrices de l’évolution du secteur agraire, elles ont acquis une légitimité qui a su affirmer leur participation  historique. En effet, un peu partout en France, les femmes jouent un rôle majeur dans le développement des territoires ruraux. Sur le terrain, certaines d’entre elles démontrent la force du mouvement qui est en marche. Ainsi, nous pouvons observer, sur le terrain, une forte féminisation des activités, une participation plus grande dans la vie politique agricole, une évolution dans la diversification, etc.…

    Désormais, il semble bien que les femmes soient plus aptes à être reconnues et elles revendiquent de plus en plus une place qu’elles sont en train de construire.

    Malgré tout, les inégalités sont là : différence de salaire, contrats et retraites précaires, etc. qui restent le produit des évaluations subjectives de sexe.

    Ce colloque invite ainsi les intervenant(e)s à s’appuyer sur des concepts théoriques et/ou à s’inspirer de cas concrets pour aborder les problématiques liées au sujet. Nous voulons effectivement permettre autant aux universitaires qu’aux femmes appartenant au milieu agricole de s'exprimer, de poser des questions et d'avoir des réponses. Certaines femmes agricultrices ou exploitantes vont ainsi pouvoir raconter leur quotidien, leur expérience.

    En se situant dans une perspective pluri- et transdisciplinaire, les communications
    peuvent utiliser les approches des différentes sciences sociales comme l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie, l’économie ou encore l’histoire.

    À envoyer avant le 25 juin 2010

    Les propositions de communications devront inclure le titre de l’intervention, un résumé de 500 mots maximum ainsi que les coordonnées et l’affiliation institutionnelle de l’auteur.

    Evènement organisé par : La municipalité de Sète.

    Contacts :

    Pierre Sécolier
    Docteur en sociologie, chargé de mission par la mairie de Sète.
    E-mail:  secolier@ville-sete.fr
    Téléphone : 04.99.04.74.57
    ou
    Pierrette Roucoulet
    Elue déléguée à la condition féminine, à la jeunesse, aux activités périscolaires, aux relations avec les armées.
    E-mail: roucoulet@ville-sete.fr 
    Téléphone (Secrétariat des élus) : 04.99.04.70.20

    Comité scientifique :

    • Gilles FÉRREOL, Professeur à l’Université de Besançon.
    • Laurent-Sébastien FOURNIER, Maître de conférences à l’Université de Nantes.
    • Bernard JOLIBERT, Professeur à l’Université de la Réunion.
    • Guy JUCQUOIS, Professeur émérite à l’Université de Louvain (Belgique).
    • Antigone MOUCHTOURIS, Professeur à l’Université de Nançy.
    • Jean-Claude RAMANDIMBIARISON, Professeur à l’Université d’Antanarivo (Madagascar).
    • Pierre SÉCOLIER, Docteur à l’Université de Perpignan.
    • Michel VALIÈRE, Professeur à l’Université de Poitiers.
    • Françoise BIRKUI, Idem, Question de Genre.
    Colloque « Femmes et agriculture »
    Sète – 15 et 16 octobre 2010

     

     


     

    Fichiers attachés

     

     

    Lieu

     

    • Sète (34200)

     

    Date limite

     

    • vendredi 25 juin 2010

     

    Contact

     

    • Pierre Sécolier
      courriel : secolier (at) ville-sete [point] fr