Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ardèche

  • Le Syndrôme de l'Ardèche se répandra sans compter le 15 nov. 2008 à Saint-Georges-Lagricol

    Samedi 15 novembre, à la Salle polyvalente de St Georges Lagricol (43) : Concert - Bal traditionnel avec le SYNDRÔME DE L’ARDECHE.

    Une 1ère partie de bal avec les G’nous & les élèves de l’Ecole de Musique de l’Ance à l’Arzon

    syndrome2008_presse_mini_1_s8rgh.jpg©Tous droits réservés

    "Fanfare légère et primesautière empruntant au terroir son instrumentation typique (cornemuses françaises, accordéon diatonique) et au jazz son sens de l'improvisation. Le Syndrôme de l'Ardèche propose une musique originale inspirée des mélodies et traditions du Vivarais et des Cévennes, magistralement réinventées par la grâce d'arrangements mutins alternant effets de masse, contrepoints chantants et embardées collectives. Une vivifiante plongée sensorielle et poétique au coeur d'une France mythique et populaire".

    Org. : CDMDT 43 / Ecole de Musique de l’Ance à l’Arzon.

  • A Bidon, Ardèche, il s'en passe des choses passionnantes

    Chers visiteurs du Jardin de Belvert, je vous engage à vous reporter à ce site, et à le parcourir attentivement... http://www.afrikabidon.com/

    a41e43a8457d1dc427c2f49521376ffa.jpg
    DOCUMENT:
    From: Afrikabidon
    To: gbahoue@wanadoo.fr
    Sent: Thursday, July 12, 2007 3:51 AM
    Subject: Refus de visas : les rencontres d'Afrikabidon en deuil

    Les Sénégalais « quasi indigents » ne pourront plus visiter la France

    Point-Afrique et Afrikabidon organisent cet été la première édition des rencontres en ayant invité deux cents africains à Bidon dans le sud de l’Ardèche.
    Ils sont peintres ou maçons, artisans ou forgerons, sculpteurs ou paysans, chanteurs ou griots. Au-delà d’un caractère festif, nous souhaitions présenter l’Afrique dans sa réalité du quotidien. Ils ne sont pas tous issus de l’élite mais représentent 95% de la population. Ils venaient présenter leur habitat, leurs outils, leur perception du continent africain.
    Le Niger, le Mali, la Mauritanie, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Togo, le Bénin ont accordé leur visa à nos invités.
    La représentation française au Sénégal en a jugé autrement. Motif évoqué par la fonctionnaire du service des visas à Dakar :
    «Ces gens sont à la limite de l’indigence... Quant à vos artistes, leur talent n’égale pas celui d’enfants de quatre ans en France.»
    Nous ne pouvons être accusés de légèreté. A la mi-décembre 2006, Maurice Freund, président de Point-Afrique, a rencontré à Dakar ambassadeur, conseiller culturel, directeur du Centre culturel français et directeur de l’Institut Léopold Senghor... Nous apportions toutes les garanties et ces invités ont tous une activité économique au pays, activité dont Point-Afrique garantit la pérennité par sa propre activité spécifique.
    Il ne pouvait en aucun cas s’agir d’un danger d’immigration clandestine. Leur retour au pays était assuré.
    Cet événement ne mettra pas en difficulté l’opération Afrikabidon mais il est le présage de ce que deviendront nos rapports avec l’Afrique de demain.
    D’autres pays, venus souvent d’autres continents, s’implantent en Afrique, perçoivent la réalité et orientent leur concours dans d’autres directions que vers la minorité dirigeante d’aujourd’hui.
    Cet incident peut paraître anodin, si il n’était pas révélateur du mépris que portent quelques fonctionnaires à la réalité sahélienne d’aujourd’hui.
    Nous mettrons le drapeau sénégalais en berne tout cet été sur le site d’Afrikabidon.
    Voir la page consacrée à cet incident sur le site d’Afrikabidon.
    Salutations respectueuses,
    Maurice FREUND
    Président de Point-Afrique
    Ce communiqué a été envoyé à la presse. Si vous avez des amis journalistes, nous vous invitons à leur relayer l’information - Merci !

    --
    Nicolas Moreau
    Co-Responsable Haïti
    Initiative Développement
    Cel : (00 509) 680 68 14
    www.id-ong.org