Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Christine Bonneton éditeur

  • Vous n'avez pas en vain exercé vos méninges... amis visiteurs de notre muséum virtuel

    Voici donc la vue partielle d'un objet artisanal...

    1ae50fe7f258af98cb74f1dd1186971d.jpg
    © Michel Valière, le 23 oct. 1982... (en Poitou, mais aussi ailleurs !) qui n'est pas, loin s''en faut, dans son état de neuf... Vos suggestions seront les bienvenues. Dans quelques jours, nous remettrons à la Une cette photo, accompagnée de deux autres plus explicatives...
    Il sert à fabriquer des objets familiers, quotidiens, mais quasi inusables (un ou deux par vie familiale). Nous en avons assez dit.
    Le Pilote, avec ses encouragements...

    ...et maintenant ses remerciements aux visiteurs qui ont tenté de trouver à quoi pouvait bien être rattaché cet élément de bois si perforé de traces de clous de tapissier.

    Réponse : ce morceau de bois appartient au cadre que voici :
    db14a4ff4d360a67709ed7f4bba93c75.jpg
    © Michel Valière, le 23 oct. 1982...

    Mais à quoi sert ce cadre ? Eh bien on fixe dessus une toile avec des clous de tapissier donc
    8a270e095547174734b2f0a3cc0a70b0.jpg
    © Michel Valière, le 23 oct. 1982...

    puis on ajoute des toisons de laine, et là commence un savant travail de montage d'une pleine journée pour fabriquer... un couvre-pied, avec son décor géométrique... comme chez vos grands-mères, ou même peut-être sur votre propre lit.

    Pour ceux qui peuvent consulter l'ouvrage Encyclopédie régionale: Haut-Poitou, Christine Bonneton édit., 1983, eh bien, à la page 85, vous pourriez voir la pose de la laine.
    Et si vous avez de la patience, en comptant le nombre de clous sur une largeur d'environ un centimètre, vous pourrez savoir combien l'artisane couturière a fabriqué de couvre-pieds...
    Vous ne vous souvenez pas de celui qui demandait à son captif de compter les poils de sa mule au risque d'un châtiment ?... la suite il faudrait la conter de vive voix, mais c'est une autre histoire...