Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Deuxième Guerre mondiale

  • Au sommaire d'"Aguiaine" de la Sté d'ethnologie et de folklore du Centre-Ouest

    Le n° 261 de juillet-août 2007 vient de paraître: au sommaire:

    - Catherine Robert et Michel Valière proposent un article-dossier:"Un marchand de peaux de taupes en Civraisien, d'après son brouillard ( carnet brouillon). Cliquer sur le lien pour lire:
    art taupiers.PDF
    - dans la rubrique "archives sonores", Michèle Gardré-Valière s'intéresse à une chanson de la Vallée de la Dive : "Le Roi avait un fils, la reine avait une fille". Cliquer sur le lien pour lire :
    Le roi avait un fils.PDF
    Et si l'air de la chanson vous intéresse aussi, alors cliquez sur le lien:
    Le roi avait un ils:musique.jpg (Nous avons affaire ici à un mouvement de danse (ronde) de rythme ternaire léger (peu accentué sur le premier temps) et régulier (vers de six syllabes). Cependant, ceux-ci sont ramenés une fois à cinq, deux fois à quatre, et un, au contraire, porté à sept.
    Ces variations sont fréquentes dans les chansons de tradition orale. Les chanteurs savent bien adapter leur chant aux contraintes du texte. Ainsi, par exemple, le vers « Le fils étant mort », un pentasyllabe, est interprété avec une séquence binaire, pour compenser la syllabe manquante tout en conservant le rythme de la ronde. )
    -Dans la rubrique "témoignages", Louis Guitton, grâce à l'entremise de Jacques Brunet, membre de la Sefco, et ancien "copain de régiment" de l'auteur, publie le "Journal de route" de son père Albert Guitton, prisonnier de guerre, qui a consciencieusement noté sur un tout petit carnet, et pas à pas, à partir de la capture de son régiment par les Allemands, sa marche vers son camp de prisonniers de la Deuxième Guerre mondiale;
    - Incendies dans les rouches ( laiches ou carex) du marais de Port-Jouet en 1900, présenté par Madeleine Augier;
    Ce numéro contient aussi des notes et remarques, des à propos, notamment sur les "funérailles", comme suite à l'article d'Aurélie Melin, dans le n° 260.
    Des notes bibliographiques, des échos de la vie de la Sefco complètent ne numéro.
    Pour mieux connaître la SEFCO, voyez dans la colonne de gauche, le lien avec le site de cette Sté.
    Et pour les ressortissants du Centre-Ouest, ou les bibliothèques et Musées, le mieux est de s'abonner et de rejoindre les centaines et centaines de passionnés pour la Culture du territoire d'entre Loire et Gironde...et pour ceux qui souhaitent mieux connaître les parlers de l'Ouest dans leur diversité, Un complément encarté, "Le SUBIET" (traduisez: le Sifflet) vient offrir des textes à lire, traduire, ou réciter... et mieux encore, vous pouvez proposer des textes littéraires dans l'un des parlers locaux de ce territoire. Les "expatriés" ont là un moyen de s'immerger dans cette culture dialectale d'oïl, qui entretient parenté et cousinage avec l'occitan et la langue nationale.