Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eugène Olivier

  • Vos vacances commenceront par le Marais poitevin...

    Souvenirs d’un Huttier du Marais poitevin

    Voilà quelques années déjà, en l’an 2000, Daniel Bourdu me présenta un ensemble de plusieurs centaines de feuilles de grand format, quadrillées, de celles que les écoliers utilisent dans leurs classeurs. Il me plaçait ainsi devant les souvenirs de Monsieur Eugène Olivier, ancien ouvrier agricole devenu maçon, puis entrepreneur, aujourd’hui retraité. Un premier survol, suivi d’une lecture plus critique, me persuada rapidement de tout l’intérêt de cette écriture autobiographique. J’encourageai donc mon collègue et ami à éditer ce texte in extenso et à lui fournir un « écrin » qui devait faire de cet ouvrage un livre important.
    L’idée a fait son chemin, pas nécessairement celui que j’avais imaginé, et voilà donc sur ma table, ces « fruits d’une longue cueillette sous l’arbre de la mémoire maraîchine » comme me l’a écrit, en guise de dédicace, le chercheur, un brin poète, Daniel Bourdu, professeur d’histoire, mis à disposition de la Maison des Marais mouillés à Coulon.
    Cet ouvrage est celui de la passion pour le marais de l’un de ses habitants, monsieur Olivier, né le 18 juin 1921, « en bordure du communal », et dont l’histoire familiale remonte au moins à 1656. Il a cherché à fournir les clés de son « pays » et à découvrir son « paysage intime et familier ». C’est donc le sentiment éprouvé d’une certaine différence à vivre dans un tel écosystème, et peut-être davantage celui d’une solidarité entre gens du Marais (gestion partagée et soucieuse des communaux, entraide dans le travail, échanges de services et de biens..) qui semblent être les moteurs de ce désir d’écriture.
    Quatre parties scandent ce récit de vie qui relate une construction identitaire : celle, originale, des Marouins, huttiers ou anciens colliberts, en regard des « Autres » :
    - Vivre dans le marais ;
    - Trouver son chemin ;
    - Être un « vrai huttier » ;
    - Les Marouins et les autres.
    Ainsi, au fil des pages, pourra-t-on se représenter, paragraphe après paragraphe, la quotidienneté et le langage dans les huttes au cours de la vie, l’entretien des fossés et des voies d’eau, les activités de cueillette et de chasse, les rapports au milieu, les relations interethniques. On ressent aussi tout au long de ce texte ethnographique un certain humanisme, inspiré par une maxime que l’ancien instituteur d’Eugène Olivier, Edmond Fonteneau, avait inscrite au tableau noir :
    « Respecte la vie et la façon de penser des autres si tu veux que l’on respecte la tienne. »
    C’est cette vie, cette façon de penser et d’être marouin qui sont offerts à la curiosité du lecteur par cet ancien huttier au talent de conteur.

    Michel Valière

    Eugène Olivier, Souvenirs d’un Huttier du Marais poitevin : La hutte aux pommiers rouges, présentation du manuscrit et postface de Daniel Bourdu, La Crèche, Geste éditions, 2007, 397 p. ; ISBN : 978-2-84561-323-2.

    39000389f3f79524ccb009429493f771.jpg
    d34aef4625e8f06735fe8e6b150e6278.jpg