Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cths

  • OUF ! Soixante-dix ans après, la première enquête ethnomusicologique programmée par le Musée national des arts et traditions populaires enfin en ouvrage, mais aussi en ligne: consulter ici !!!

     

    basse-bretagne.jpg

    Cl. J. Auboyer ; mairie de Plogastel-Saint-Germain, le 7 août 1939.© MUCEM.

     

    Par la grâce de Marie-Barbara Le Gonidec du MUCEM, de l'association DASTUM en Bretagne et du CTHS (Comité des travaux historiques et scientifiques) à Paris, et avec le concours d' Yves de France, Christophe Fouin, Gilles Goyat, Silvia Pérez-Vitoria, Michel Valière, voici enfin livrés au public les résultats de la première enquête ethnomusicologique programmée par le Musée national des ATP, malheureusement interrompue par l'entrée en guerre de la France en 1939. Longtemps dispersés, les différents éléments ont pu être rassemblés et préparés pour l'édition scientifique.

    Cet ouvrage, préfacé par Charles Quimbert (directeur de Dastum) et Luc-Charles Dominique (professeur d'ethnomusicologie à l'Université de Nice), comporte la présentation méthodologique ainsi que le compte rendu intégral de la mission. Grâce au DVD-rom inclus  on peut apprécier les résultats d'ensemble : 200 chants traduits et transcrits musicalement et phonétiquement ; 18 airs d'accordéon ; 11 airs de biniou-bombarde ; 437 photographies noir et blanc ; 23 minutes de film muet...

    Le confort musical n'est certes pas au rendez-vous, vu qu'il s'agit de brut d'enregistrements sur disques 78 tours déjà anciens. Mais ces documents fragiles figurent parmi les plus anciens en matière de musique et danse en Basse-Bretagne; c'est à ce titre-là qu'ils doivent être reçus, écoutés et considérés.

    Dans toutes les librairies classiques ou directement auprès de DASTUM ou du CTHS.

    Un beau cadeau de Noël très spécialisé, mais unique en son genre !

    ISBN :978-2-7355-0704-7

    SODIS :F30755.4

    Prix : 39   €


    La Mission de folklore musical en Basse-Bretagne de 1939 du MNATP en ligne maintenant !

    Suite à sa publication sous forme d'un livre-DVD (CTHS- Dastum, 2009), voici le site de la mission : 


    http://bassebretagne-mnatp1939.com/ 

    Effectuée du 15 juillet au 27 août 1939 par le Musée National des Arts et Traditions Populaires de Paris, cette mission est conduite par la musicologue Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) et le linguiste l'abbé François Falc'hun (1909-1991), assistés de Jeannine Auboyer (1912-1990). 
    Les enquêteurs ont enregistré 7 heures de musique, pris 437 photographies noir et blanc, tourné 25 minutes de film muet et produit de nombreux documents écrits (correspondance, questionnaires d'enquêtes, carnets de terrain, notations musicales et transcriptions linguistiques, rapports, conférences...). 

    La totalité des archives de la mission, produites entre 1939 et 1972, est désormais accessible sur ce site. 
    Quatre possibilités sont offertes pour y accéder : 

    - Un moteur de recherche permet de faire une recherche libre. 

    - Consulter le fonds : amène à l'inventaire des fonds, classé chronologiquement et thématiquement. 

    - Faire une recherche : trouvez un document précis en remplissant un formulaire de recherche simple ou en combinant plusieurs critères. 

    - Visite guidée : repartiez sur le terrain avec les enquêteurs, et allez à la rencontre des informateurs qui ont chanté, joué et dansé pour eux en cet été 1939. 

    Bonne visite ! 

    Marie-Barbara Le Gonidec 
    Responsable du département de la musique et de la phonothèque 
    Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée 
    (ancien Musée National des Arts et Traditions Populaires) 
    6, avenue du Mahatma Gandhi 
    75116 Paris, France 
    tél. 33 (0)1 44 17 60 92 
    fax 33 (0)1 44 17 60 60 
    marie-barbara.le-gonidec@culture.gouv.fr

    www.mucem.org 
    www.cornemuses.culture.fr 
    http://bassebretagne-mnatp1939.com

  • Les Éditions du CTHS ont le plaisir de vous annoncer la re-impression de l’ouvrage intitulé " Lectures de l'atlas linguistique de la France..."

     

    Lectures de l'atlas linguistique de la France de Gilliéron et Edmont
    Du temps dans l'espace  
     
    par Guylaine Brun-Trigaud, Yves Le Berre et Jean Le Dû 
    L’Atlas linguistique de la France, paru entre 1902 et 1910, comporte 1 421 cartes complètes (et 499 cartes partielles) de grand format établies par le linguiste Jules Gilliéron à partir des enquêtes dialectologiques réalisées par Edmond Edmont dans 639 communes de la France romane « et de ses colonies linguistiques limitrophes » (en Belgique, Suisse, Italie) au cours des dernières années du XIXe siècle. Une carte d’atlas, sur laquelle les mots sont notés en alphabet phonétique, peut rebuter le non-spécialiste. Il s’agit pourtant d’un monument irremplaçable, rare témoignage d’une civilisation rurale millénaire, de type oral, qui achève de s’éteindre aujourd’hui. Cet ouvrage se propose d’aider le lecteur à y trouver son chemin, en présentant 500 cartes en couleurs qui révèlent, sous l’apparent foisonnement des formes, des zones cohérentes aux plans tant lexical, morphologique et phonétique.
    363 p., 15 x 22 cm, il couleur
    ISBN 978-2-7355-0592-0 / SODIS F30617.9  Chez votre libraire classique.
    2010 - prix 40€
    http://cths.fr/ed/edition.php?id=3882

     

  • Ethnologues, anthropologues, ethnolinguistes, ethnohistoriens, adressez vos manuscrits au CTHS

    Appel à manuscrits - CTHS

     

    Ethnologues, anthropologues, ethnolinguistes, ethnohistoriens, adressez vos manuscrits directement au CTHS

     

    Les publications de la section « Anthropologie sociale, ethnologie et langues régionales » du CTHS s'inscrivent dans plusieurs collections, en particulier :

    - « Le regard de l'ethnologue », qui accueille les manuscrits originaux, mais aussi les thèses remaniées ;

    - « Orientations et méthodes », collection destinée aux étudiants de 2e et 3e cycles, qui regroupe manuels, ouvrages de méthodologie ou ouvrages pour les classes préparatoires aux concours des grandes écoles ;

    - « Format », collection de poche qui publie à des prix abordables les classiques, ouvrages étrangers, mais aussi des textes inédits.

    - Le catalogue de nos collections est consultable sur le site du CTHS : www.cths.fr

    o La section propose prioritairement pour publication les manuscrits concernant le domaine français, y compris les Départements et Territoires d'Outre-Mer, l'ensemble du domaine européen ou les comparaisons entre la France et d'autres pays européens. Sont donc exclus les manuscrits traitant exclusivement d'un ou de pays étrangers, fussent-ils européens. La section ne publie ni les actes de colloques (sauf quand ceux-ci sont organisés par le CTHS), ni les thèses de doctorat non remaniées selon des normes éditoriales raisonnables. Elle refuse en outre d'examiner tout texte déjà accessible sur Internet.

    o Les critères d'évaluation des manuscrits sont, outre l'intérêt scientifique, la conformité à la politique éditoriale de la section et du comité de publication du CTHS, l'estimation des ventes en librairie. L'existence de financements extérieurs est appréciée.

    o Les manuscrits sont fournis en deux exemplaires sur papier et un exemplaire numérique (CD-Rom, DVD, etc.) sous leur forme considérée comme définitive par leurs auteurs. Les manuscrits « provisoires » ou incomplets ne seront pas pris en compte.

    o La section nomme alors parmi ses membres deux rapporteurs qui se prononcent par écrit sur la pertinence d'une publication et indiquent la collection la plus appropriée. La section désigne également parmi ses membres titulaires un responsable du suivi du manuscrit, chargé de transmettre à l'auteur les demandes éventuelles de modifications de son texte qui sera ensuite, avec ceux que proposent les autres sections, soumis à la commission générale de publication du CTHS.

    Manuscrits à adresser au CTHS : 110, rue de Grenelle 75357 Paris cedex 07

  • Les Vitraux de la cathédrale d'Angers , aux éditions du CTHS: à découvrir !

     

    Les Vitraux de la cathédrale d'Angers   
    Karine Boulanger

    La première cathédrale d’Angers était dédiée à la Vierge jusqu’à ce que saint Martin à la fin du IVe siècle offre au clergé une fiole contenant le sang de saint Maurice qui devient alors le titulaire de l’église. Les reliques des saints, dont le trésor s’est considérablement accru au cours du Moyen Âge, tiennent d’ailleurs une grande place dans l’iconographie du décor vitré de la cathédrale, depuis les fenêtres les plus anciennes jusqu’au XVe siècle. Entrer dans la cathédrale Saint-Maurice d’Angers, c’est pénétrer un édifice qui a connu de nombreuses vicissitudes, depuis les incendies qui ont jalonné son histoire ancienne jusqu’aux dégâts causés par la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, c’est l’ampleur et l’unité architecturales qui caractérisent cet exemple majeur de ce que l’on appelle le gothique angevin. Les vitraux ont également subi bien des bouleversements, mais ils n’ont pas eu à souffrir de destructions massives à l’inverse de bien d’autres verrières de nos cathédrales. Le visiteur ressent à Angers la volonté des constructeurs et des maîtres verriers de maintenir une unité à la fois formelle et programmatique.
    C’est un parcours à travers le dédale de cette histoire que l’auteur propose ici en plongeant son lecteur dans les archives et en donnant vie à des artistes et artisans talentueux. Le lecteur rencontre ainsi les maîtres anonymes des XIIe et XIIIe siècles, André Robin au XVe siècle, à qui l’on doit les fabuleuses roses du transept, mais aussi les restaurateurs de toutes époques dont le soin a permis de préserver les œuvres. Cette vitrerie, méconnue jusqu’à aujourd’hui, se révèle à nous comme l’un des ensembles majeurs de la peinture sur verre en France.

    Hors  Collection
    544p., ill. couleur, relié
    ISBN  978-2-7355-0722-1 - SODIS F30772.7
    2010 - prix 96 € dans toutes les bonnes librairies classiques.
     
    Vous pouvez aussi commander directement cet important ouvrage, en suivant ce lien :
    http://cths.fr/ed/edition.php?id=5144

     

  • Langues, communautés et territoires en France aujourd'hui - Recherches et enquêtes en ethnologie et en linguistique - Paris (INHA 2, rue Vivienne - Galerie Colbert 75002), 13 & 14 octobre 2009

    Journée d'étude : Langues, communautés et territoires en France aujourd'hui - Recherches et enquêtes en ethnologie et en linguistique - Paris (INHA 2, rue Vivienne - Galerie Colbert 75002), 12 & 13 octobre 2009

    Ce colloque traduit le souci de la section "Anthropologie sociale, ethnologie et langues régionales" du CTHS (Comité des Travaux Historiques et Scientifique) de maintenir l'articulation fondatrice du CTHS entre les chercheurs universitaires et ceux des sociétés savantes. Une série d'interventions montrera que l'histoire de ces dernières est un objet d'étude pour les ethnologues et les linguistes, mais qu'elles ont aussi produit et produisent encore des connaissances directement utilisables par les spécialistes de ces disciplines. D'autres communications tenteront de faire le point sur plusieurs questions que les membres des sociétés savantes, et avec eux un public plus large, posent aujourd'hui à l'ethnologie et à la linguistique. L'association des deux disciplines au CTHS, à l'origine fruit d'une décision ministérielle, a-t-elle ou non une justification scientifique, et comment ? Y-a-t-il aujourd'hui encore une place pour l'ethnologie en milieu rural en France, domaine exploré en premier lieu par l'ethnologie universitaire dans les années 1960-1970 ? L'exploitation ou la relecture de certaines sources vues par le linguiste et l'ethnologue permet-t-elle un renouvellement des connaissances dans ce domaine ? Comment les écomusées et musées de société, issus en partie aussi du développement de l'ethnologie institutionnelle en France dans les années 1960-1970, ont-ils évolué, confrontés en particulier à la contrainte de l'exposition, à l'évolution de leurs missions, à celle de leur objet d'étude ? Enfin, quels sont aujourd'hui les principaux aspects de l'ethnologie en milieu urbain, dont le développement s'est surtout affirmé en France dans les années 1980 ?

    Lundi 12 octobre

    • 9h30 : Introduction aux journées d'étude : Jean-René Trochet et Martine François, Des sources en question et en mouvement
    • 10h : Guylaine BRUN-TRIGAUD, Ingénieure de recherche au CNRS, Valorisations et exploitations des enquêtes dialectales : présentation du thésaurus occitan, une base de données multimédiale
    • 10h30 : Marie-Barbara LE GONIDEC, Responsable du département de la musique au MUCEM, La mission du Musée national des Arts et Traditions populaires en Basse-Bretagne en 1939 : comment publier une enquête de folklore musical soixante-dix ans après
    • 11h : Didier BOUILLON, Professeur à l'Ecole nationale supérieure du paysage de Versailles, Une source méconnue d'histoire du paysage en France : les recueils d'usages locaux (titre provisoire).
    • 11h30-12h15 : Questions, Les sociétés savantes, objets et productrices de connaissances en ethnologie et en linguistique
    • 14h30 : Marie-Rose SIMONI-AUREMBOU, Directrice de recherches honoraire au CNRS, Les sociétés savantes et les langues régionales : la production de glossaires, du XVIIIe au XXe siècle
    • 15h : Michel VALIERE, Antiquaires et folkloristes : essais ethnographiques en Centre-Ouest de 1834 aux premières années du XXIe siècle
    • 15h30 : Jean-Loup DELMAS, Conservateur général honoraire du patrimoine, conservateur honoraire du Musée du Rouergue Ethnologie de la famille et de la société : bilan d'une expérience avec le Cercle généalogique du Rouerge
    • pause, 16h30 : Questions

    mardi 13 octobre

    Territoires et terrains en évolution : l'ethnologie au musée

    • 9h30 : Danielle MUSSET, Conservatrice de l'écomusée de Salagon, Le musée de Salagon et la recherche : de l'association à l'institution
    • 10h : Robert BOUILLER, Conservateur honoraire du musée Alice Taverne, Les recherches ethnologiques conduites à partir du musée Alice Taverne (Ambierle, Loire)
    • 10h30 : Alexandre DELARGE, Conservateur de l'écomusée du Val de Bièvre : L'ethnologie du contemporain au musée. Passé et futur de l'écomusée du Val de Bièvre
    • pause, 11h30 Questions

    Langues, territoires et communautés en milieu rural : nouveaux regards, nouvelles perspectives.

    • 12h : Anne SOURDRIL, Ethnologue, INRA Toulouse : Quand les prés deviennent des champs : perpétuer l'organisation de son territoire en situation de changement : le cas d'une société à maison du Sud-Ouest de la France
    • 14h : Jérémie DELORME, Docteur en linguistique, Université Paris-Sorbonne : La toponymie et le statut de l'enquêteur de terrain, entre linguiste et ethnologue
    • 14h30 : Danièle DOSSETTO, LASMIC, Nice, Présidente du CEVETH : Mireille était dans ses dix fois quinze ans. Langue vernaculaire, vêtement de type arlésien, enjeux culturels et territoriaux
    • pause , 15h15 : questions

    Voir et revoir la ville

    • 15h45 : Catherine CHORON-BAIX, Chargée de recherche au CNRS, et Liliane KUCZYNSKI, Chargée de recherche au CNRS, L'ethnologie urbaine en France aujourd'hui
    • 16h15 : Michelle DUCERISIER, ethnologue municipal honoraire de la ville de Nice, LASMIC, Nice : "Vivre dans le patrimoine" : processus d'appropriation du patrimoine architectural dans le secteur sauvegardé de Nice ; imaginaire des lieux dans l'hôpital historique de la ville
    • 16h45 : Julie GUYIOT-CORTEVILLE, Conservatrice du Musée de la Ville (Saint-Quentin-en-Yvelines), Montrer la ville à Saint-Quentin : de l'écomusée à la Ville d'Art et d'Histoire
    • 17h15 : Table ronde conclusive animée par Claudine VASSAS, Directeur de recherche au CNRS, chercheur au Centre d'anthropologie de Toulouse
    Renseignements : Martine François - Tél. 01 55 95 89 10 - Email : martine.francois@recherche.gouv.fr - Site du CTHS : www.cths.fr
  • Nouveaux contextes, nouveaux objets, nouvelles approches en ethnologie...

     

    Scan 1ethno....jpg

    Fruit du colloque organisé par la section d'Anthropologie sociale, ethnologie et langues régionales, du CTHS (Comité des travaux historiques et scientifiques) à Grenoble, au printemps 2006, cet ouvrage " à plusieurs voix"présente onze communications qui témoignent de nouveaux champs d'étude comme de nouvelles problématiques, bref, de "nouvelles voies"...

    Parmi les auteurs : Agnès Jeanjean, Claudine Vassas, Catherine Neveu, Francis Conte, Georges Ravis-Giordani, Francis Conte, Sergio Dalla Bernardina, Tiphaine Barthlémy, Marie Barbara Le Gonidec, Aïda Kanafani-Zahar.

     

    ISBN : 978-2-7355-0686-6

    Prix : 28 €

    Dans votre librairie classique, ou directement au CTHS (voir ce site : http://cths.fr/) ; ou directement au service "éditions" :  http://cths.fr/ed/selec.php?sc=ed

  • Explorations et voyages scientifiques de l’Antiquité à nos jours, un nouvel ouvrage du CTHS


    Explorations et voyages scientifiques de l’Antiquité à nos jours,
     sous la direction de Christiane Demeulenaere (130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005).

    Le mot « explorateur » a fait son entrée dans le Dictionnaire de l'Académie française en 1718. Cependant, les premiers voyages d'exploration remontent au moins à l'Antiquité. La curiosité a de tout temps poussé les hommes à se mettre en quête d'une réalité qui leur était encore inconnue, mais qu'ils pressentaient. 
    La tradition classique abonde de récits plus ou moins mythiques attestant que l'ambition d'élargir les limites du monde connu a conduit les Anciens à entreprendre des navigations parfois périlleuses. L'esprit de découverte s'est perpétué et développé à travers les siècles, notamment dans le cadre des grands voyages d'exploration de l'Âge classique et du Siècle des lumières.  C'est un véritable âge d'or pour les voyageurs savants, philosophes et des voyageurs-naturalistes, désireux de collecter des savoirs nouveaux. 
    Le XIXe siècle a vu les explorateurs s'élancer à la conquête des larges taches blanches que comportaient encore les cartes ; en Afrique, en Asie et en Amérique, s'ouvrent de vastes champs à leurs curiosités. En même temps, l'intérêt des voyageurs-explorateurs s'élargit plus systématiquement de la connaissance des faits de nature à celle des hommes et de leurs mœurs.

    Collection : CTHS Histoire 
    15 x 22 cm, 622 p., ill. noir et blanc
    ISBN : 978-2-7355-0681-1
    2008 - prix  35€
    http://cths.fr/ed/edition.php?id=4272

  • Homme des bois ? Socio-anthropologie d'un groupe professionnel

    Homme des bois ? Socio-anthropologie d'un groupe professionnel, Par Florent SCHEPENS,Paris, Ed. du CTHS
    Collection : LE REGARD DE L'ETHNOLOGUE.

    Les préjugés liés aux forestiers sont tenaces.
    Ainsi, puisque selon la culture occidentale on ne peut longtemps séjourner en forêt sans y perdre son humanité, les forestiers sont toujours soupçonnés de sauvagerie. Le bûcheron, figure emblématique de ce milieu, reste l'idiot moyen qu'a pas fini ses études, le gros ours du fond des bois " selon les termes de l'un d'entre eux. En plus de cette image sociale peu valorisante, l'activité des entrepreneurs de travaux forestiers (ETF) - des bûcherons, débardeurs et sylviculteurs indépendants - est aussi exceptionnellement dangereuse : un ETF sur cinq est victime d'un accident chaque année.
    Dès lors, choisir une telle profession n'est pas anodin. Comment devient-on entrepreneur de travaux forestiers ? Qu'est-ce qui motive ceux qui le deviennent et leur fait accepter ces difficiles conditions d'activité ? Comment trouvent-ils et surtout conservent-ils un successeur, eux qui interdisent à leurs enfants de s'inscrire à leur suite ? Ces questions trouvent ici une réponse à travers une approche socio-anthropologique de ce groupe professionnel.
    Au-delà du cas particulier des activités forestières, les analyses développées dans cet ouvrage apportent, entre autre, un éclairage sur l'apprentissage, la gestion des risques professionnels, la transmission d'entreprise et l'organisation du marché du travail.
    Chez votre libraire habituel...

  • Un ouvrage sur deux mythes wayana (Guyane)

    Les éditions du CTHS proposent un nouvel ouvrage (rare !) sur les Wayana de Guyane.

    94f503103a7c77a1d593c568c1f98af3.jpeg

    Commandes: directement chez votre libraire classique, ou par correspondance au CTHS, dont l'adresse est désormais : CTHS: 110, rue de Grenelle, 75007 PARIS.
    25 € +3 * de port par ouvrage.

  • Urgent – avant le 15 décembre 2007 : Appel à communications

    Appel à communications : Urgent – avant le 15 décembre 2007 pour le Colloque "Approche comparée des situations multiculturelles (Québec et France)", lors du Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (133e congrès à Québec, du 2 au 8 juin 2008.
    La section «ethnologie, anthropologie et langues régionales» du Comité français des travaux historiques et scientifiques propose de mener une réflexion comparée, tant du point de vue de l’anthropologie que des autres sciences sociales, sur les situations multiculturelles qui caractérisent de plus en plus le Québec et la France. Les deux pays, conséquence de la distance culturelle d’une grande partie des nouveaux migrants par rapport à la société d’accueil et d’une plus grande « visibilité » des minorités, ont été confrontés à la question du racisme et de différentes formes de discrimination, la question sociale des inégalités semblant passer au second plan derrière la montée de clivages liés à l’origine ou à la religion. Mais il se trouve que ces situations, à certains égards comparables, donnent lieu à des modes de gestion politique fondamentalement différents, ce qui installe, l’une par rapport à l’autre, un effet miroir hautement heuristique.
    D’un côté le Québec est inséré dans le système canadien, qui, depuis les années 1970, a été largement influencé par une philosophie «multiculturaliste» soucieuse d’accorder toute leur place aux «minorités», reconnaissant des droits spécifiques à ces corps intermédiaires entre l’individu et l’État. De l’autre côté la France, fidèle en cela à des principes républicains qui émanent d’une tout autre philosophie politique, avant tout soucieuse du droit des individus, apparaît réticente devant la reconnaissance des groupes intermédiaires et supporte mal la montée des «communautarismes». Ce thème pourrait être décliné en toute une série de sous thèmes, dont est dressée ci-dessous une liste purement indicative: outils théoriques; racisme, discriminations et ségrégations spatiales; relations interculturelles et « mélanges » culturels; pluralisme (médical, musical, «ethniques»…); politiques de la langue; irruption de la religion sur la scène publique, formes de sécularisme et laïcité; quêtes mémorielles et rapport au passé; «minorités visibles»; peuples autochtones…
    Les propositions de communication doivent être transmises avant le 15 décembre 2007 à Isabelle Tarier (Isabelle.Tarier@recherche.gouv.fr) avec copie à Jean-Luc Bonniol (jeanluc.bonniol@free.fr) et Laurier Turgeon (laurier.turgeon@hst.ulaval.ca). Il vous fait accomplir simultanément les modalités d’inscription à la manifestation sur le site du CTHS http://www.cths.fr

  • Aux amateurs de l'Histoire de la Première Guerre mondiale

    Le pilote vous propose, tout à fait exceptionnellement, d'aller lire l'article de Monsieur Hubert François présenté en 2007 à Arles (Congrès du CTHS)...
    Dans la colonne de droite : sites recommandés, cliquez sur Hubert François, ça marche !

    Et si vous êtes aussi paresseux que moi, vous cliquez directement ci-dessous ; ça ira aussi vite, et ça marche aussi !

    http://www.galerie-photo.com/photographie-propagande.html

    Bonne découverte... et si vous souhaitez entrer en contact avec ce chercheur, allez visiter Hyères (c'est pas plus mal que les Brandes du Poitou, et là approchez les amis de Hyères.

  • Des hommes du bois et de la forêt... mais surtout pas des hommes sauvages !

    ... Il ne faut pas trop croire les contes et balivernes sur ces hommes qui vivent en travaillant - durement - dans les bois. Découvrez-les à partir de l'ouvrage de Florent SCHEPENS paru au CTHS (25€ + port) ou chez votre libraire préféré.

    89c98ff28a53fc017d2a274edaceec71.jpg

  • Un ouvrage du CTHS sur le Temps... à Besançon!

    ...vient de paraître, en prenant tout son temps:

    abbcf744b1ad861051f8409451527f3b.jpg

    Chez votre libraire habituel, ou directement à Paris, au CTHS, 1 rue DESCARTES, 75231 Paris cedex 05.

  • Un ouvrage du CTHS: Travail et Paysages, édité par Denis Woronoff

    b57d60d7f58bb78164a1e6fadd4892d9.jpg


    On peut le commander directement au CTHS ( 1, rue Descartes, 75231 Paris, cedex 05): 25€+ 3€ de port (par ouvrage), ou mieux encore, chez votre libraire habituel, près de chez vous.

  • Le CTHS propose un ouvrage sur le Canada qui s'avère passionnant: regards croisés sur le Canada et la France, XVI°-XX°siècles

    1a40b51ae98632fbae6787cc2a956fdd.jpg

  • C'était à prévoir...

    Le jardin de Belvert où a surgi avec une efficacité redoutable un printemps exceptionnel, va entrer en léthargie pour quelques jours. En effet, du côté d'Arles, comme l'a si bien exprimé Animula Vagula (allez vite sur ce site http://animulavagula.hautetfort.com/ ) dans l'un de ses commentaires dont elle a seule le secret, il se passe quelque chose du côté d'Arles. Le pilote a donc décidé la co-pilote d'aller renifler un peu l'air de la Camargue, saluer Frédéric Mistral, et rencontrer un peu tous les potes du CTHS.
    Pélerinage en Arles, d'autant plus motivant qu'il comporte une station aller et une station retour à Lespignan, qui n'est tout de même pas le nombril du monde (ça c'est à Pougne-Hérisson (79), merci Yannick Jaulin !), ni le centre du monde (ça c'est la gare de Perpignan, adios el amigo Salvador !)
    Non mais Lespignan, c'est un peu un vert paradis d'enfance que décrit si bien Jacques, sur son Blog (à ne pas manquer !) http://www.jcassan.fr/lespignan.html

  • Archives sonores en difficulté

    Didier Bouillon,
    Président de la Section
    « Anthropologie sociale, ethnologie et langues régionales » du
    Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CTHS)

    communique:

    Nous ne pouvons que nous indigner devant l’incurie dont font preuve les responsables de la conservation du Fonds Valière.

    Il n’est pas utile de rappeler ici tout l’intérêt de ce fonds, qui a servi et sert encore aujourd’hui de référence, tant dans le domaine des ethnotextes que dans celui des langues régionales, pour ne citer qu’eux. Mais, nous le savons tous, le support magnétique est extrêmement fragile et se dégrade avec le temps ; d’autre part, les matériels qui en permettent une lecture performante se raréfient de jour en jour. À titre d’exemple, les archives sonores de FR3 Guyane ne sont plus consultables aujourd’hui, faute de magnétophones encore capables de les lire.
    La numérisation des bandes ne constitue pas une opération à réaliser lorsqu’un supplément de subvention le permettra, ou à l’occasion d’on ne sait quelle opération médiatique, mais une nécessité dont l’urgence requiert qu’elle fasse l’objet d’une priorité programmée. La décentralisation a donné aux régions de nouvelles compétences, les centres universitaires s’organisent en pôles régionaux : sauront-ils être à la hauteur des nouvelles missions qui leur sont confiées ?