Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

isère

  • Patrimoine en Isère à (re-)découvrir : les musées départementaux.

    Voici deux ouvrages publiés à l’occasion de l’ouverture de la Maison Bergès – Musée de la Houille blanche à Villard-Bonnot (38).


    La maison de l’ingénieur Aristide Bergès, patron éclairé et amoureux des arts, rend ainsi hommage à l’aventure de l’hydroélectricité et de l’industrie en Isère et au-delà. Ce site vient enrichir et compléter le réseau des  onze musées départementaux actuellement ouverts au public .

     

    - La Maison Bergès. Entre éclectisme et Art nouveau. Collection Patrimoine en Isère (Conseil général de l'Isère).
    Cet ouvrage qui n’est pas un guide de la maison, apporte un éclairage sur les goûts et le mode de vie d’une famille bourgeoise, amatrice d’art, au tournant des XIXe et XXe siècles.

    Par sa forme et surtout pas son décor, autant que par la riche personnalité de ses propriétaires, la Maison Bergès est un haut lieu patrimonial aux confluences de l’art et de l’innovation.

     

    image002.jpg

    Alpes Électriques. Paysages de la houille blancheÉdition Dire l’Entreprise.

     

    Rassemblés à l’occasion de l’ouverture de la Maison Bergès – Musée de la Houille blanche à Lancey, plusieurs auteurs partagent leurs connaissances et leurs réflexions sur l’une des mutations majeures des territoires alpins. Avec l’essor de la houille blanche, à partir des années 1880, le paysage alpin s’est radicalement transformé. Sous l’action d’ingénieurs audacieux, d’architectes inspirés, d’industriels en quête d’énergie et d’ouvriers à la recherche de travail, de nouveaux ouvrages sont venus bouleverser la vision traditionnelle des montagnes faite de cimes enneigées et d’alpage pittoresques.

     

     Pour plus d'informations, cliquez sur ce lien :  AlpesElectriques.pdf
     
     

    image004.png

     
  • LE MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE GRENOBLE SAINT-LAURENT OUVRE SES PORTES !

    Site patrimonial majeur en Europe, le Musée archéologique Grenoble Saint-Laurent (MAG), au coeur de l’un des plus anciens quartiers de la ville, ouvre à nouveau sesportes au public. Enfin ! diront tous les amateurs d’archéologie et nombre d’Isérois.


    Fermé en août 2003 pour des raisons de sécurité, le site a depuis fait l’objet de fouilles préventives, de travaux de rénovation et de mise en conformité. Des premiers mausolées de la nécropole du IVe siècle à l’église du XIXe siècle, Saint-Laurent dévoile aujourd’hui un fascinant mille-feuille architectural, reflet d’une adaptation constante à l’évolution des mentalités, des pratiques païennes aux croyances chrétiennes.

     

    Une scénographie originale et spectaculaire faisant la part belle aux technologies numériques (simulations 3D, projections grand format, bornes interactives…) renforce le pouvoir d’évocation des vestiges archéologiques : une véritable renaissance pour ce site exceptionnel qui témoigne de près de vingt siècles d’histoire de la ville.

     


    Musée archéologique Grenoble Saint-Laurent

          Place Saint-Laurent
          38 000 Grenoble

          04 76 44 78 68

     

    Pour une première visite virtuelle, suivez ce lien, puis, sur l'affiche, cliquez sur "entrer" et naviguez "sous terre"...

        

     www.musee-archeologique-grenoble.fr                                                 

     

  • L'ethnologue Eugénie Goldstern Au Musée dauphinois à Grenoble: expo du 24 nàv. 2007 au 30 juin 2008

    (Re)découvrez l'œuvre d'Eugénie Golstern, ethnologue viennoise dont on ne sait presque rien, si ce n'est que sa trace disparaît le 14 juin 1942 dans un convoi parti de la gare de Vienne pour Solibor où elle partage le sort des Juifs d'Europe arrêtés et déportés alors.
    Mais ses travaux apparaissent aujourd'hui exemplaires et novateurs, voire annonciateurs des approches les plus abouties des ethnologues actuels.

    b9f9d86492c8793e23d333a986dc5d01.jpg


    Sont exposés deux cents objets de sa collecte dans les Alpes, dont une étonnante présentation d'animaux jouets
    faaaf308ad0e9f14f7be15dab1bb5ac9.jpg
    ainsi que nombre de ses photographies, pour la première fois réunis en France. En effet, après avoir publié une monographie en 1922 sur la communauté de Bessans, en Haute-Maurienne, elle poursuivra ses travaux et collectes à travers l'arc alpin. Elle composera ainsi une œuvre ethnologique d'intérêt majeur dont l'essentiel est aujourd'hui conservé à Vienne (Musée de folklore autrichien).
    Pour en savoir plus, consulter le dossier de presse et les renseignments pratiques en fin de dossier : http://www.musee-dauphinois.fr/Commun/docs/1/Doc586.pdf