Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

languedoc

  • Conférence de Jean-Pierre Piniès, dans la Cité de Carcassonne,, le 28 octobre 2010 à 18h.

     

    Affiche A3 conférence JPCM.jpg

     

    JEAN-PIERRE CROS-MAYREVIEILLE,

     LE PREMIER SAUVEUR

      
        
    A Carcassonne, vers 1835, un seul homme se passionne pour la cité : Jean-Pierre Cros-Mayrevieille (1810 - 1876). Pour lui la cité est, autant qu'un vestige historique, un lieu de la mémoire personnelle. Né à la Trivalle, au pied de la citadelle, il rappellera dans des notes autobiographiques, son émotion " à la vue de l'ancienne Barbacane que l'on démolissait alors pour construire une filature". En 1841, grâce à sa découverte du tombeau de Guillaume Radulphe, il réussit à faire classer la cathédrale Saint-Nazaire. Nommé inspecteur des Monuments Historiques, il mène une campagne acharnée pour que les remparts soient, à leur tour, l'objet de mesures conservatoires. C'est grâce à lui que les travaux de restaurationseront entrepris. Il est le premier sauveur reconnu et incontesté de la cité. (D'après le site du Ministère de la Culture)

  • Laissez-vous conter le patrimoine du pays des étangs du Narbonnais....

    Bernard BAsck, des Amis de Lespignan communique :

     

    Mireille Oliver présente

    Le secret de Firmin

    Conte sur le patrimoine régional 

    Accompagnement musical occitan : Duo Cantaria

    SAMEDI 9 OCTOBRE 2010

     à Peyriac de mer (Aude)

    21 h au Pt foyer (rue de l’étang)

    Tout public

    Entrée 5 euros, gratuit pour les – 12 ans

     

    (Peyriac-de-Mer est village de pêcheurs de l’étang, près de Bages.  Une partie de l’étang est  classée réserve naturelle, on peut y admirer des flamants, des hérons, des cigognes et des oiseaux de mer.)

     

  • Quelques jours avant l'été, Gérard Jourdan arpente Lespignan (Hérault)

    Gérard Jourdan a eu l'amabilité de nous fournir un Album de photos prises par lui-même, au cours d'une promenade-découverte du village d'oc, Lespignan, familier des visiteurs de Belvert...

    Découvrez cet Album dans la colonne de droite... Bonne visite des lieux d'enfance du Pilote.

  • Dans le Golfe du Lion, l'étang de Thau mérite toute notre attention

    Membre du laboratoire VECT (Voyages, échanges, confrontations, transformations) de l'Université de Perpignan, Via Domitia, Pierre Sécolier, docteur en sociologie, a projeté et appliqué son regard sur le territoire méditerranéen de l'étang de Thau, connu pour ses rapports étroits avec la ville portuaire de Sète (Hérault) et pour la qualité de sa production conchylicole (mytilicole, ostréicole). Il y a observé, avec une démarche ethnographique, mais aussi sociologique, la pêche et les nombreuses activités traditionnelles qu'il qualifie de « petits métiers lagunaires ».

    Tout au cours de l'histoire, les hommes de ce territoire lacustre ont dû se mobiliser pour s'adapter avec ténacité à la mouvance du contexte socio-économique, aux diverses techniques de production, à l'environnement et à ses nouvelles représentations inductrices d'inévitables et compréhensibles conflits d'usage. Pourtant, le territoire de Thau et sa richesse naturelle, dont la beauté n'est pas la moindre, sont confrontés à une crise économique et environnementale sans précédent qui force les hommes à reconsidérer tant leurs modes professionnels que ceux de leur gestion.

    La mobilisation de tous les instants des acteurs sociaux engagés dans un projet de développement local ainsi que les stratégies des politiques territoriales ont fait l'objet d'une observation attentive, certes empirique, qui s'est étendue sur plusieurs années : observation des techniques de travail, mais aussi des pratiques festives et des réjouissances populaires si particulières.  Il a notamment pris en compte les différents  jeux nautiques dont les joutes sétoises qui plongent leurs racines au XVIIe siècle, et qui ne sont pas sans rappeler les tournois équestres d'une époque médiévale des XIVe et XVe siècles.

    Dans un premier temps, Pierre Sécolier situe le territoire de la lagune de l'étang de Thau parmi celles « qui s'étirent sur toute la façade du Golfe du Lion, du nord de la côte catalane à la Camargue », où la présence de l'homme est signalée depuis la fin du Néolithique (- 7000 ans av. J.-C.). Mas conchylicoles et cabanes précaires y sont le cadre de l'activité des gens de mer, celui où le chercheur a réalisé ce que François Laplantine qualifiait d'« observation directe des comportements sociaux à partir d'une relation humaine », le travail de terrain auprès d'un microcosme des professionnels de la  lagune. Ainsi les « petits métiers de l'étang » y sont largement évoqués, autant la pêche que la conchyliculture. Puis l'auteur s'attache aux rôles respectifs des acteurs, ceux des hommes comme ceux des femmes, lesquelles, on le sait, autant sur la lagune sétoise que dans les bassins des Îles du Ponant et de la presqu'île d'Arvert, « ont souffert au plus intime de leur être de l'injustice et de l'incompréhension de leurs partenaires et des législateurs », comme le relatait en 1962 l'anthropologue Paul-Henry Chombart de Lauwe.

    Dans une seconde partie, le chercheur relate la jubilation collective à l'occasion des  manifestations festives, qu'elles soient religieuses, sportives, ou consacrées aux produits de l'étang et à la gastronomie locale. Ainsi se définit l'étang de Thau, site lagunaire, littéralement devenu objet de consommation. En revanche, il en découle des conflits d'intérêt comme des conflits d'usage qui vulnérabilisent l'environnement. Les tensions, les dissensions, les débats et discussions  seront analysés dans une troisième partie qui laisse entrevoir, de par la mobilisation des populations et compte tenu d'initiatives innovantes, une reconstruction identitaire qui fait dire au chercheur qu'il n'y a « qu'à espérer que ces mobilisations perdureront et apporteront à la lagune un second souffle qui lui permettrait de mieux respirer ».

    Si cet auteur a bien ressenti et exposé la problématique du Bassin de Thau, et en particulier sa fragilité comme celle des hommes qui en vivent, dans une quotidienneté incertaine, il apparaît toutefois que, comme la majorité des touristes estivaux qui le fréquentent, il a été sensible aux émotions festives partagées, faites de musiques et des sons aigrelets des hautbois (grailes), des percussions des tambours et tambourins, des rythmes, des odeurs, des saveurs insoupçonnées fleurant l'iode, de la griserie des embruns. Ainsi  Pierre Sécolier, patient ethnographe, sociologue des milieux professionnels peu connus de cette lagune méditerranéenne, nous fournit-il des clefs pour une interprétation d'un environnement naturel et humain, aux prises avec une surconsommation de  l'espace et une avidité héliotropique et sportive de masse. Il se dégage de cette étude un goût amer dans la mesure où il a bien compris que l'avenir de la lagune se trouve entre les seules mains de ceux qui en tirent leurs moyens d'existence, et là on imagine sans peine les difficultés à venir.

    Ajoutons que eux préfaces, la première de Gilles Ferréol, professeur des universités, la seconde de François Commeinhes, maire de Sète et président du Syndicat mixte du Bassin de Thau, viennent heureusement sommer ce passionnant ouvrage d'une ethnographie d'inspiration toute goffmanienne.

    SECOLIER Pierre, Pratiques professionnelles, enjeux territoriaux et changement social : l'évolution et la mutation des petits métiers de l'étang de Thau, Bruxelles-Fernelmont, E.M.E. et Intercommunications, 2009, 199 p.

    Vous pouvez retrouver cet auteur, sa passion sur son blog "Les Temps de Thau" en suivant ce lien : http://www.lestempsdethau.com

    M.V.

  • @ Tous les navigateurs-visiteurs de Belvert, cette carte de vacances depuis Les Cabanes-de-Fleury (Aude)... les orteils en éventail !


    Les Cabanes de Fleury.jpg
    La plage n'est qu'à deux cents mètres de notre mini-pavillon... Sur la rivière, en arrière-plan, Jean-Pierre, "le pêcheur", relève son globe, son filet tendu en travers de la rivière. Il espère en retirer loups, maquereaux, sardines, et surtout muges /mulets... Si vous saviez un seul instant comme on s'y sent bien, les doigts de pied en éventail !
    orteils.jpg
    Un vrai coin de paradis perdu... le vent (tramontane, lavech, marinade) en sus, cela va sans dire; au loin, les senteurs de La Clape, et la saveur de ses vins trop méconnus (sauf des gourmets).
    timbre poste .jpg
    ça c'est le timbre-poste pour l'affranchir !
    Vue des Cabanes-de-Fleury (embouchure de l'Aude), 2007.© Tous droits réservés.
    Les Cabanes.jpg
    Voilà, vu de haut, le petit village des Cabanes si décrié par Machine d'Alep dans un commentaire ci-après. Ah si elle avait écrit que c'est le vrai paradis des moustiques, alors, là oui !
    Vous pouvez juger par vous-même du "bétonnage" de la côte. En fait, un village de quelques dizaines d'âmes l'hiver, et l'été d'environ 2000 personnes grâce à deux grands campings et deux cent cinquante mini pavillons kitchs à deux cents mètres des plages, sur la droite de l'embouchure de l'Aude.
    Au contraire, si vous aimez la nature un peu sauvage, allez randonner par là-bas avec votre filet à papillons...

  • Un récit de voyage en Occitanie... et en langue allemande

     

    Kay Wagner.jpg


    Imaginez qu'un jeune journaliste allemand, ayant séjourné en France un peu longuement, décide de se lancer sur la piste improbable de l'Occitanie en quête des traces vivantes quoique menacées de l'occitan. Imaginez encore qu'il passe deux jours à Ventadour, s'arrête du côté de Tulle auprès d'une trobairitz moderneDominica Decomps, puis finisse par boucler son périple via l'Aquitaine, le Languedoc, la Provence et l'Italie, puis retrace enfin son voyage entièrement, dans le dessein de le publier accompagne d'une préface du  Pr. Georg Kremnitz, prestigieux linguiste romaniste de Vienne (Autriche).

    Kay WAGNER, Okzitanien - Auf den Spuren einer bedrohten Sprache, récit de voyage. 
    ISBN 978-3-8370-9242-4 ((L'auteur, Kay Wagner, a communiqué son courriel : kaywagner@gmx.de)

    Bien sûr, en attendant avec impatience l'édition française - pourquoi pas ? - il faut être occitano-germaniste pour le suivre pas à pas. Mais nous tenons à signaler aux amis de"l'ethnoblogue, cultures et territoires, Belvert", ce petit volume que ses premiers lecteurs qualifient de passionné et délicat, renouant ainsi avec la tradition des voyages d'études dont les jeunes gens du XIXe s. s'acquittaient avant d'aller "embrasser une carrière". Ils traversaient Grèce et Italie dans le sillon des hautes civilisations inspiratrices ?

    Eh bien, voilà une représentation, pour un Européen contemporain, de la tradition occitane du trobar et de la fin'amor 

     

     

  • Vestiges d'une ancienne noria, du côté de Marmorières...

    Le dimanche un peu gris se prête bien à fouiller les couches photographiques sédimentaires accumulées depuis plus d'un demi-siècle... Regard arrêté sur ce bras de noria entre Fleury d'Aude et Vinassan (Aude), du côté de Marmorières, dans le massif de La Clape aux vins prestigieux. Il y manque un âne ou un mulet, les yeux bandés à tourner pour faire monter l'eau le long de la chaîne à godets... pour remplir les bassins d'eau et irriguer les parcelles de jardin.. et surtout les gémissements et grincements de la chaîne sur la poulie, inoubliables, surtout si on y rajoute les odeurs d'herbe fraîche et de menthe, la nostalgie en sus.

    3dacb4dda2e687d8b6b0118a561092fa.jpg
    © Michel Valière, ca 1973.

  • Une chantefable 2007... qui restera d'actualité en 2008

    Séverin de la "Radio de mon Pote" nous adresse (special dedikass... à nos visiteurs), cette fable chantée d'une actualité grinçante sinon brûlante.
    Cliquez sur le petit carré vert !

  • Réveillonnez en écoutant les chansons de La RADIO DE MON POTE...

    Changez d'air, ne vous laissez pas asphyxier par ce que vous connaissez déjà ! Cliquez sur La Radio de mon pote :

    9994329d2de254f9453d994886355919.jpg


    ©Adrien Lévyne et Séverin Valière, 2007.
    99da81dcf61ca303180216ed6167701d.jpg
    ©La Radio de mon pote;
    Ils sont aussi mobiles et savent s'adapter aux places et aux rues, aux granges, aux salles polyvalentes, aux salles de fêtes, aux salles de concerts, aux auditoriums, aux studios d'enregistrement... retrouvez-les sur leur site ; et si vous n'aimez pas, vous pouvez toujours changer de note (s): il ya en a plus de 500 sur Belvert (commentaires inclus...)
    2e1df2a15de6010c9f5a96192578b9bd.jpg
    ©Michel Valière, 2 septembre, Festival annuel d'Esse (Charente)
    1a80dadf9cf44cb742a9bc33b3ac6e16.jpg
    © La Radio de mon pote.

  • Une marionnette qui dit l'occitanité : parla ta lenga !

    Toussaint 1978, Francis présente sa marionnette bavarde. Sur son cœur : Lespignan, où il s'est installé vingt-ans après et, depuis, avec ses amis dela Cosconilha il contribue à l'essor de la vie artistique et culturelle des milieux d'Oc.

    424db007c8f4a0f2695dfb399649d3d9.jpg
    Cl. Michel Valière

  • Une nouvelle catégorie : LESPIGNAN (Hérault)

    De plus en plus de visiteurs (une centaine par jour), s'intéressent à Lespignan: Où le situer sur une carte, comment y aller ? faut-il un visa ? un Passeport ? être Occitan ? Français ? Pourtant, le lien de notre camarade d'enfance, Jacques dont le lien est disponible en haut à gauche est une véritable encyclopédie sur ce village où s'achèvera, en principe, l'aventure humaine du pilote. Nous allons donc insister en publiant "de vez en cuando" comme on dit dans un célèbre patois européen et ibérique, des tranches de vie, des chansons ou même des contes recueillis auprès de quelques anciens lespignannais, qui disent souvent d'eux-mêmes qu'ils ont des "festejaires" (à Bayonne, à l'autre bout des Pyrénées on dit des "Festayres" et même certains d'entre eux poussent cette tendance au-delà des limites comme la chronique l'a encore rapporté ce matin.
    Que vous dire pour l'instant, si ce n'est que ce "village" relève de ce petit coin de Septimanie:

    aa6ef71d23ddefd32672e5f59c0ac3c9.jpg

    et également de ce coin de terre et de mer où certains des habitants venaient autrefois tirer les filets: "la traina" tels des galériens, pour une part de poissons qu'ils allaient ensuite revendre dans les villages de l'intérieur.
    bb0e0adf27dfbc35201b289e62c5aeca.jpg

    Ajoutons encore que pour ceux qui ont la passion/patience des archives, le blog Belvert contient déjà quelques photos et informations sur ce bout du département de l'Hérault, à la fois en Bitterrois et dans les basses plaines de l'Aude, à deux pas de la mer avec ici (photo) : Les Cabanes de Fleury, en face, Vendres-Plage, plus loin Valras-Plage, en deça des Cabanes Saint-pierre-la mer, et Narbonne-Plage, puis Gruissan-Plage.

  • Événements viticoles en Languedoc et Roussillon de 1907 en photos et dessins

    "Les événements viticoles de 1907 sont un épisode majeur dans la conscience identitaire languedocienne. Lors de meetings suivis par d'immenses foules, les viticulteurs, de Nîmes à Carcassonne et Perpignan soutenus par toute la population surent mener de manière pacifique des luttes exemplaires qui serviront longtemps de modèles et surtout de référence...

    medium_app_01.jpg

    Outre les récits chantant les exploits des grands leaders aux prises avec le cynisme d'un Clemenceau, ces journées de lutte ont donné naissance à une iconographie abondante sans équivalent..."
    Le GARAE Hésiode publie un ouvrage de l'anthropologue Jean-Pierre PINIÈS: "1907 L'Album de la mémoire", 168 pages (21x21cm), 250 dessins et photographies (présentation le mardi 27 mars 2007 à 18 heures, à la Maison des Mémoires- 2ème étage de l'Ethnopôle Garae, à Carcassonne, Aude, 53, Avenue de Verdun,).
    Prix: 20€+ 3€ pour port et emballage.
    Commande sur le site: www.garae.fr , ou par mel: editions.hesiode@wanadoo.fr (tél. 04 68 71 29 69 -FAX : 04 68 71 20 75).