Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

québec

  • Un beau livre de légendes québécoises...

     

    dupont.jpg

    J’aurais été bien malheureux si le livre de Jean-Claude Dupont ne m’était jamais parvenu ! Non que je ne puisse vivre sans légendes — et encore, allez savoir — ni que j’ai besoin d’un livre richement illustré pour m’accompagner dans la vie quotidienne ! Mais quel bonheur d’avoir  entre les mains ce qu’il faut bien appeler un beau livre. Non un livre imprimé sur des papiers rares avec un style graphique recherché et une reliure signée… non, mais un beau livre broché, de ceux que chacun peut acquérir sans peine, offrir à un proche que l’on affectionne ou à quelque ami fidèle ; bref, un livre « pour tout le monde », au sens propre, tant ces légendes « régionales » aux yeux de la francophonie québécoise paraissent universelles au lecteur averti.

    Imaginez un peu un livre, à la mise en page on ne peut plus soignée, présentant cent légendes empruntées à l’Amérique française, chacune accompagnée (en face, sur la page de gauche) d’une reproduction d’un tableau, inspiré par le même thème et réalisé par l’auteur Jean-Claude Dupont lui-même, ethnologue et professeur (retraité) à l'Université Laval, et dont le talent immense est si bien reconnu.

     

    Jean-Claude Dupont, Légendes du Québec : un héritage culturel, Québec, Les Éditions GID, 2008, 251 p. ; ISBN 978-2-89634-023-1: 45$ ($ canadiens ! )

     

  • Le numéro 6 de RABASKA, revue d'ethnologie de l'Amérique française est paru.

    Parution de Rabaska (vol. 6, 2008, 283 pages), revue d’ethnologie de l’Amérique française (avec comité scientifique international). 

    C’est encore une fois avec un très grand plaisir que j'ai pris connaissance de ce nouveau Rabaska (vol. 6, 2008), au caractère hautement collectif, riche de plus de soixante contributions présentées sous les rubriques principales : Étude, Terrains, Portrait, Place publique, Comptes rendus, Annuel (mémores et thèses).

    Les amateurs d'Art brut, trouveront le compte rendu de l'ouvrage de Valérie Rousseau:Vestiges de l'indiscipline: environnements d'art et anarchitectures, publié par le Musée canadien des civilisations.

    Rappelons que Rabaska est publié sous la direction de Jean-Pierre Pichette :
    Chaire de recherche du Canada en oralité des francophonies minoritaires d’Amérique (COFRAM)
    Centre acadien, Université Sainte-Anne
    Pointe-de-l’Église, Nouvelle-Écosse (Canada) B0W 1M0
    Toile : www.usainteanne.ca/cofram

     

    Rabaska 6.jpg

     

     

    P.S (NDLR): Rabaska a maintenant intégré le portail Érudit, ce qui signifie que tous ses volumes à venir seront disponibles en ligne. Présentement, le volume 5 est accessible aux abonnés depuis la fin d’octobre et ce volume 6 le sera au cours de l’année. La Société québécoise d’ethnologie songe aussi à rendre disponible les volumes antérieurs (1-4) de la même façon.

  • Un ouvrage sur la circulation des patrimoines matériels et immatériels

    Patrimoines des migrations, migrations des patrimoines

    Sous la direction de Marie-Blanche Fourcade et Caroline Legrand

    Objet ou lieu dans lequel s’enracinent des identités, des mémoires et des émotions, le patrimoine s’inscrit, tout autant qu’il se meut, dans l’espace et dans le temps. C’est précisément dans l’intention d’explorer ce paradigme que le collectif Patrimoines des migrations, migrations des patrimoines a été conçu.

    L’ouvrage répond à l’intérêt grandissant des sciences humaines et sociales pour la question des trajectoires migratoires et des cultures diasporiques. S’inscrivant de fait dans le champ des études transnationales, il entend aussi y apporter une dimension nouvelle en introduisant à la réflexion celle concernant la circulation de patrimoines matériels et immatériels.
    Les auteurs, issus de milieux aussi divers que le droit, l’anthropologie, la communication ou la littérature, offrent une vision interdisciplinaire sur la manière dont des populations récemment installées ou issues d’anciennes migrations cherchent à fixer, à rendre visibles, à matérialiser ou à conforter une identité et un sentiment d’appartenance.

    Table des matières :

    Téléchargement (PDF)

    Biographie :

    Caroline Legrand, titulaire d’un doctorat en ethnologie et anthropologie sociale, est chercheure affiliée au Laboratoire d’anthropologie sociale, à Paris.

    Marie-Blanche Fourcade, titulaire d’un doctorat en ethnologie, est coordonnatrice de l’Institut du patrimoine à l’Université du Québec à Montréal.

    Pour commander :

    http://www.pulaval.com/catalogue/patrimoines-des-migrations-migrations-des-patrimoines-9199.html

    __________________________________________
     
  • Conférence à Poitiers : Territoire et espace en Acadie

    CONFERENCE : Territoire et espace en Acadie dans le contexte de la mondialisation.

    par Monsieur Joseph-Yvon THÉRIAULT, Directeur du Centre de Recherche Interdisciplinaire sur la Citoyenneté et les Minorités, titulaire de la chaire de recherche sur la francophonie canadienne, université d’Ottawa

    Le mercredi 19 mars 15H-17H
    Maison des Sciences de l'Homme et de la Société,
    99 av. du Recteur Pineau, Poitiers (Campus, route de Chauvigny).
    Salle Mélusine
    Elle est organisée par L’Institut d’Etudes Acadiennes et Québécoises, les laboratoires MIMMOC et GERHICO

    Contact pour plus de renseignements : andre.magord@univ-poitiers.fr

  • Rabaska l'organe de la Société québécoise d'ethnologie

    Publiée par la Société québécoise d'ethnologie (SQE) http://www.sqe.qc.ca/adhesion/index.htm la revue Rabaska s'intéresse au domaine des traditions françaises en Amérique du Nord et est ouverte à l'examen de ses divers régionalismes et aux chercheurs des multiples spécialités qui les étudient.e14fc7ec94a23398cd230dabc56754db.gif
    Le « Rabaska » est le grand canot d'écorce algonquien, ou canot de maître, qui permit la pénétration de l'Amérique par les explorateurs français et canadiens aux XVIIe et XVIIIe siècles puis par les voyageurs jusqu'à la fin du XIXe siècle. Il évoque l'implantation de la civilisation française partout en Amérique du Nord, son adaptation au continent nouveau et son développement au contact des cultures autochtones et des immigrants qui s'agrégèrent à elle dans les siècles suivants.

    Rabaska vient occuper un créneau curieusement resté libre dans l’ensemble des préoccupations universitaires : le simple fait de sa parution le désigne ainsi comme seule revue ethnologique entièrement et exclusivement dévolue à l’étude du patrimoine des Français d’Amérique. Rabaska publie dans chacun de ses numéros six rubriques :Articles ;Terrains ; Portrait ; Place publique (Points de vue, Table ronde) ; Comptes rendus et Annuel (Mémoires et thèses, Musées et expositions, Rapports des institutions, Prix, honneurs et distinctions).

    Pour soumettre une proposition de collaboration ou un texte, on peut écrire à jeansimard@globetrotter.net

  • Urgent – avant le 15 décembre 2007 : Appel à communications

    Appel à communications : Urgent – avant le 15 décembre 2007 pour le Colloque "Approche comparée des situations multiculturelles (Québec et France)", lors du Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (133e congrès à Québec, du 2 au 8 juin 2008.
    La section «ethnologie, anthropologie et langues régionales» du Comité français des travaux historiques et scientifiques propose de mener une réflexion comparée, tant du point de vue de l’anthropologie que des autres sciences sociales, sur les situations multiculturelles qui caractérisent de plus en plus le Québec et la France. Les deux pays, conséquence de la distance culturelle d’une grande partie des nouveaux migrants par rapport à la société d’accueil et d’une plus grande « visibilité » des minorités, ont été confrontés à la question du racisme et de différentes formes de discrimination, la question sociale des inégalités semblant passer au second plan derrière la montée de clivages liés à l’origine ou à la religion. Mais il se trouve que ces situations, à certains égards comparables, donnent lieu à des modes de gestion politique fondamentalement différents, ce qui installe, l’une par rapport à l’autre, un effet miroir hautement heuristique.
    D’un côté le Québec est inséré dans le système canadien, qui, depuis les années 1970, a été largement influencé par une philosophie «multiculturaliste» soucieuse d’accorder toute leur place aux «minorités», reconnaissant des droits spécifiques à ces corps intermédiaires entre l’individu et l’État. De l’autre côté la France, fidèle en cela à des principes républicains qui émanent d’une tout autre philosophie politique, avant tout soucieuse du droit des individus, apparaît réticente devant la reconnaissance des groupes intermédiaires et supporte mal la montée des «communautarismes». Ce thème pourrait être décliné en toute une série de sous thèmes, dont est dressée ci-dessous une liste purement indicative: outils théoriques; racisme, discriminations et ségrégations spatiales; relations interculturelles et « mélanges » culturels; pluralisme (médical, musical, «ethniques»…); politiques de la langue; irruption de la religion sur la scène publique, formes de sécularisme et laïcité; quêtes mémorielles et rapport au passé; «minorités visibles»; peuples autochtones…
    Les propositions de communication doivent être transmises avant le 15 décembre 2007 à Isabelle Tarier (Isabelle.Tarier@recherche.gouv.fr) avec copie à Jean-Luc Bonniol (jeanluc.bonniol@free.fr) et Laurier Turgeon (laurier.turgeon@hst.ulaval.ca). Il vous fait accomplir simultanément les modalités d’inscription à la manifestation sur le site du CTHS http://www.cths.fr

  • Une invitation québécoise bien "civilisée"...

    La Société des arts indisciplinés (SAI) a le plaisir de vous convier au lancement de la publication
    Vestiges_invitation.pdf

    VESTIGES DE L’INDISCIPLINE : Environnements d’art et anarchitectures, par Valérie Rousseau, Collection Mercure, Éditions du Musée canadien des civilisations, 2007. 208 p., 106 ill.
    (Un dessin original de Charles Lacombe accompagne les vingt premières publications acquises le soir du lancement.) Vin et bouchées seront servis.
    Le vendredi, 21 septembre 2007, à 17h15
    Cinémathèque québécoise
    335, boul. de Maisonneuve est, Montréal (Québec) Canada. Métro Berri-UQÀM.
    Dans le cadre du colloque L’objet à l’œuvre. Repenser l’objet dans l’histoire et les théories de l’art.
    Pour information ou confirmer votre présence: Julie Gagnon, 514-713-4381, gagnon_j@yahoo.ca
    La Société des arts indisciplinés (www.sai.qc.ca) remercie le Service du développement culturel, de la qualité du milieu de vie
    et de la diversité ethnoculturelle de la Ville de Montréal, le Musée canadien des civilisations et le Conseil des arts du Canada.
    Vestiges de l’indiscipline est le résultat d’une recherche réalisée entre 1996 et 2004 sur les environnements d’art québécois, généralement associés à l’art brut, à l’art populaire et à l’art «outsider». Sept productions d’envergure ayant imprégné le paysage visuel et culturel québécois ont retenu l’attention: celle d’Arthur Villeneuve, qui avait recouvert de scènes figuratives les surfaces intérieures et les murs extérieurs de sa maison aujourd’hui conservée à la Pulperie de Chicoutimi, et les sites englobants de Léonce Durette, Richard Greaves, Charles Lacombe, Roger Ouellette, Palmerino Sorgente, Émilie Samson et Adrienne Samson-Fortier.
    Divisée en trois parties, la publication propose une incursion originale dans ces véritables laboratoires de création: la première section, qui s’appuie sur des entrevues réalisées avec les artistes, explore les particularités et les fondements de chaque site - témoignage vibrant d’une façon de concevoir le monde et de marquer son espace. S’ensuit un dossier photographique substantiel, riche de 106 illustrations. Dans une perspective plus globale qui vise à cerner cette pratique artistique autodidacte, la troisième partie se penche sur les caractéristiques et les enjeux que partagent ces architectures fantastiques, installations visionnaires et jardins foisonnants. Atypiques, ces œuvres complexes s’inscrivent dans le sillage du Palais idéal de Ferdinand Cheval et des Watts Towers de Simon Rodia.
    Publication disponible dans toutes les librairies et chez l’éditeur au Musée canadien des civilisations (1-800-555-5621 ou publications@civilisations.ca ou cyberboutique.civilisations.ca au montant de 34,95$.

    43c9881a758c3a0c864d27efe78b5fce.jpg

    Pour plus de renseignements, vous pouvez vous rendre, avec avantage sur la note du 16 septembre 2007 du "Poignard subtil" (suivre le lien recommandé, sur notre colonne de droite). Bon voyage...

  • "Conserveries de la Mémoire", une revue québécoise sur l'histoire de la mémoire

    Mise sur pied par les étudiants de la Chaire de recherche en histoire comparée de la mémoire, la revue "Conserveries mémorielles" publie des articles scientifiques portant sur l'histoire de la mémoire. Elle ouvre ses pages à des étudiants et des jeunes chercheurs en histoire, en ethnologie, en sociologie, en anthropologie et dans des disciplines connexes de sciences humaines.
    Elle est dirigée par un Comité de rédaction composé de jeunes chercheurs, rattachés à la Chaire de recherche du Canada en histoire comparée de la mémoire de l'Université Laval. La revue ne publie que des textes originaux qui ont préalablement été l'objet d'une évaluation par un comité de lecture.
    Pour joindre l'équipe de la revue, suivre le lien : http://www.celat.ulaval.ca/histoire.memoire/revue.htm
    Les coordonnées :
    Conserveries Mémorielles,
    Université Laval,
    Chaire de Recherche du Canada en Histoire Comparée de la Mémoire,
    Québec, Canada, G1K 7P4.
    Courrier électronique: c.memorielles@celat.ulaval.ca