Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

touraine

  • A Rivarennes (37), le Musée de La Poire Tapée a rouvert ses portes !


    Les membres de l'association la Poire Tapée de Rivarennes après une saison de cueillettes de poires, épluchages, ébouillantages, mises au four, platissages et ensachages ont le plaisir de vous convier de nouveau au Musée de la Poire Tapée pour vous faire découvrir une curiosité culinaire toute particulière, le fruit d'un travail bénévole passionné et constant !
     
     
    Depuis dimanche 1er avril 2012 à 14h30, Jacqueline et Caroline, hôtesses d'accueil du site, vous reçoivent au Musée pour vous faire découvrir ou redécouvrir un savoir-faire ancestral à Rivarennes, la production de Poires Tapées. Vous apprendrez à reconnaître les différentes variétés de poires, en particulier les poires d'hivers, issus du plateau de Rivarennes et des vergers conservatoires de l'association. Vous vous laisserez guider au travers l'histoire de la Poire Tapée, de sa production et de sa renaissance à Rivarennes grâce à une équipe de bénévoles de la commune et de Léontine, dernière détentrice de ce savoir-faire. Bien entendu, vous ne manquerez pas de déguster ce produit délicieux qui fait la renommée de Rivarennes, capitale de la Poire Tapée ! En savoir plus...
     

    Deux animations "Sur la piste de la Poire Tapée de Rivarennes" vous seront proposées  les vendredis 20 juillet et le vendredi 24 août de 9h 30 à 14h. Découverte de l'histoire de la Poire Tapée, promenade à travers les chemins de randonnées (6km) de Rivarennes à la recherche des vergers conservatoires de l'association et des Poiriers de vieilles variétés. dégustation de fouées au chèvre et à la marmelade de Poire Tapée à côté du four à bois et en compagnie de quelques bénévoles de l'association. Un moment convivial et gourmand vous est assuré. Réservation obligatoire, nombre de participant limité. 5 € par personne, gratuit - de 2 ans. 
  • La Touraine et le Vendômois désormais "on line"

    Deux dictionnaires historiques concernant la Région Centre sont désormais accessibles sur Internet :
    1°) - celui de Carré de Busserolle consacré à la Touraine,

    ac76e194523e5d889aef836fc3e5ed8f.jpg

    Jacques Xavier Carré de Busserolle (1823-1904) est surtout connu pour ses travaux historiques sur la Touraine, mais aussi sur le Poitou, le Maine et l’Anjou. Membre de la Société archéologique de Touraine depuis 1853, vice-président de cette société de 1878 à 1883, il est d’abord connu comme auteur du Dictionnaire géographique historique et biographique d’Indre-et-Loire et de l’ancienne province de Touraine, publié à Tours en six volumes dans les Mémoires de la Société archéologique de Touraine (t. XXVII à XXXII), de 1878 à 1884. Ce dictionnaire avait été réédité à l’initiative de la Société archéologique de Touraine, chez Joseph Floch, en 1966 et 1977, il est aujourd’hui disponible gratuitement sur Internet.

    2°) - celui de Saint-Venant portant sur le Vendômois.
    Le premier est disponible sur le site de la Bibliothèque nationale : http://gallica.bnf.fr, le second sur le site de la Société archéologique du Vendômois : http://www.vendomois.fr/societeArcheologique .Raoul Barré de Saint-Venant (1845-1927)
    7283d4d6d52fb5640927fd5ddc492dc2.jpg
    est lui connu pour son Dictionnaire topographique, historique, biographique, généalogique et héraldique du Vendômois et de l’arrondissement de Vendôme, publié à Blois et à Vendôme en 4 volumes, de 1912 à 1917. Il fut élu à cinq reprises président de la Société archéologique du Vendômois entre 1894 et 1920, aussi souvent que le permettaient ses statuts, et à la suite de son père déjà élu à la tête de la Société en 1864 http://fr.wikipedia.org/wiki/Adh%C3%A9mar_Jean_Claude_Barr%C3%A9_de_Saint-Venant
    Ces deux dictionnaires ont été, à des degrés divers, inspirés de l’exemple du Dictionnaire topographique du département d'Eure-et-Loir de Lucien Merlet (1861), dont on sait qu’il fut présenté comme un modèle aux représentants des sociétés savantes réunis à la Sorbonne en 1862. Ils constituent deux fleurons de l’érudition de ce long XIXe siècle qui fut l’âge d’or des premières sociétés savantes, et qui prit fin avec la première guerre mondiale.

    Les éditions imprimées, et dorénavant numériques de ces deux dictionnaires sont consultables à la bibliothèque de la Société archéologique de Touraine (http://www.societearcheotouraine.eu), bibliothèque municipale de Tours, 2bis, avenue André Malraux à Tours (3e étage, par l’ascenseur), ouverture le mercredi et le samedi de 10 h à 12 h (tél. : 02 47 31 07 10, mercredi et samedi de 10 à 12 h ; mob. : 06 78 33 43 15).

    Daniel Schweitz
    Bibliothécaire de la SAT
    (daniel.schweitz@free.fr)

  • Avec Daniel Schweitz, commencez l'année au cœur de France....

    1c20b3d3df4014f8f8f322ffe693b3bf.jpeg

    Daniel Schweitz, visiteur familier du site de Belvert, est docteur en anthropologie historique, formé à l’archéologie médiévale par Jean-Marie Pesez à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, il a notamment participé aux fouilles des châteaux de Lavardin, Fréteval, Tours et Issoudun. Il a déjà publié des notices présentant au grand public et aux amateurs certains des grands châteaux médiévaux du Val de Loire (éd. Hachette, Région Centre, Société française d’archéologie…). On luit doit, par exemple :

    - "Aux origines de la France des pays : Histoire des identités de pays en Touraine (XVIe-XXe siècle)"
    Préface de Daniel NORDMAN, Directeur de recherche au CNRS
    Paris, L’Harmattan, 2001, 463 p.-XXVII p. de pl., prix : 36,60 €

    et encore :

    - "La coiffe et son imaginaire dans le folklore de la Touraine"
    Saint-Cyr-sur-Loire, Éd. Alan Sutton *, 2002, 96 p., 66 illustrations NB, prix : 16 €

    "Depuis le début du XXe siècle, la Tourangelle en bonnet brodé est donnée à voir comme le symbole de la Touraine traditionnelle, rurale et populaire. À l’imaginaire des villageoises tourangelles, qui portent encore la coiffe traditionnelle vers 1900, répond bientôt un autre imaginaire, celui que les folkloristes, les régionalistes et les acteurs du tourisme local vont progressivement mettre en place au cours du siècle.
    C’est l’émergence de cette perception de la Tradition tourangelle, et son instrumentalisation pour les besoins du tourisme naissant, à travers l’exemple de la coiffe et de son imaginaire, que le lecteur est ici invité à découvrir. Elle participe de ce qu’il faut regarder comme une véritable invention de l’identité traditionnelle de la Touraine, à partir de la fin du XIXe siècle."

    Mais aussi:

    - "Cuisiner et vivre autour de l’âtre en Val de Loire (XIXe-début XXe siècle)"
    Saint-Cyr-sur-Loire, Éd. Alan Sutton, 2003, 128 p., 113 illustrations NB, prix : 20 €.

    "Les publications concernant l’équipement de la cheminée, les ustensiles et les pratiques traditionnels de la cuisine à l’âtre en Val de Loire (Touraine, Berry, Orléanais, Anjou, fin XVIIIe-début XXe siècle) sont peu nombreuses et elles restent surtout méconnues. La cuisine à l’âtre constituait pourtant, il y encore un peu plus d’un siècle, une réalité essentielle de la vie domestique dans les campagnes ligériennes. Elle avait pour cadre une cheminée regardée comme le cœur de l’espace domestique, plus tard comme un symbole fort de la civilisation rurale préindustrielle.
    Depuis quarante ans, plusieurs recherches ont fait progresser notre connaissance en ce domaine. Elle peut être illustrée par les objets exposés dans certains des musées ligériens, parfois dans le cadre d’une reconstitution d’intérieur traditionnel mis en scène autour de son foyer, comme c’est le cas à Beaugency, Châteauroux, Chinon ou Vendôme.
    C’est cette documentation méconnue qu’il convenait de rassembler et de porter à la connaissance d’un plus large public, intéressé par l’équipement et les savoir-faire de la vie domestique traditionnelle, ou tout simplement séduit par le charme et les saveurs rustiques de la cuisine à l’âtre."

    Plus récemment:

    Châteaux et forteresses du Moyen Âge en Val de Loire-Touraine, Anjou, Berry, Orléanais, Vendômois, marche bretonne, Tours, éd. CLD, 2006,192 p., 30 € chez votre libraire (nombreuses Illustrations NB et couleurs)

    "Après avoir visité plusieurs des châteaux bâtis autour du Val de Loire au Moyen Âge on pourrait « tout savoir » des évènements historiques dont ils ont été le théâtre, tout en méconnaissant les défenses qui en faisaient des résidences fortifiées et parfois même de véritables forteresses. En ce domaine, devant des ruines souvent difficiles à comprendre ou des monuments partiellement reconstruits, le visiteur est trop souvent livré à ses seules connaissances historiques et archéologiques.
    Ce livre se propose de remédier à cette lacune, permettant ainsi à l’amateur averti de « vieilles pierres », comme au simple curieux, de profiter plus pleinement de ses visites. Ils y trouveront un aperçu du contexte historique et des quelques principes qui guidaient les bâtisseurs, des clés pour chercher à mieux saisir les plans, les élévations et les systèmes défensifs des châteaux et places fortes du Moyen Âge, dans une région particulièrement riche en ce domaine."
    Et pour faciliter l'accès à cet ouvrage, communiquez à votre libraire les informations suivantes : 2-85443-490-0 / Ean 13 : 9782854434903 , diffuseur SODIS, commandes au 01 60 07 82 99.

    Pour avoir quelque éclairage supplémentaire sur la bio-bibliographie de Daniel Schweitz, suivez ce lien: http://209.85.129.104/search?q=cache:OfUSQIPNQJMJ:www.harmattan.fr/index.asp%3Fnavig%3Dauteurs%26obj%3Dartiste%26no%3D6129+%22daniel+schweitz%22&hl=fr&ct=clnk&cd=4&gl=fr , et si ça ne suffit pas, il est encore possible d'allumer cet oribus (= chandelle de résine que l'on plaçait autrefois sous le manteau de la cheminée) du XIXe siècle pincé et supporté dans sa lioube (lioube = « petit instrument en fer qui se pique dans le mur de la cheminée pour tenir la chandelle », v. FEW t. 16, p. 334b) de la collection de Daniel Schweitz
    b319ca64584e98e48c1949e8a6305e2f.jpg
    © Tous droits réservés : Daniel Schweitz.

  • Histoire des identités de pays... un ouvrage de Daniel SCHWEITZ

    Daniel SCHWEITZ, Aux origines de la France des pays :Histoire des identités de pays en Touraine (XVIe-XXe siècle)
    Préface de Daniel NORDMAN, directeur de recherche au CNRS
    Paris, L’Harmattan, 2001, 463-p.-XXVII p. de pl., 36,60 €

    Une Touraine à l’image de la France

    Les fondements de l’identité traditionnelle de la Touraine sont principalement d’ordre historique et culturel. Sa personnalité proprement géographique a été longtemps négligée. A bien y regarder pourtant, l’espace rural tourangeau est remarquable par la diversité de ses petites régions naturelles, comme par la forte identité des pays que la tradition y a reconnue. Cette diversité, tout à la fois géographique et culturelle, s'imposait naguère encore à l'observateur, en des contrastes souvent bien marqués dans les paysages et les genres de vie.

    La Touraine se prête donc tout particulièrement à une étude de cas contribuant à la connaissance de l'émergence historique et du contenu de la notion de pays. Tout autant que dans d'autres domaines, elle paraît ici à l'image de la France.

    medium_Histoire_identites_pays.jpg

    Du plat pays aux nouveaux pays

    En Touraine, comme ailleurs, la reconnaissance de la diversité de l'espace rural, dont l'apparition des noms de pays est la marque la plus évidente, a été à l'origine de l'émergence des identités de pays. Elle s’inscrit dans un processus qui va de la découverte du plat pays (XVIe siècle) à l’invention des pays véritables (XVIIe au XVIIIe siècle), puis à leur instrumentalisation par les géographes et les agronomes, comme aujourd’hui par les acteurs de la politique des pays (XIXe au XXe siècle).

    C'est l'histoire de cette laborieuse reconnaissance de la diversité, et plus encore de l’identité géographique et culturelle de ce que les observateurs du XVIIe siècle se bornaient encore à qualifier de plat pays, que le lecteur est invité à découvrir à travers cet ouvrage.

    Dabord un outil pour le géographe

    Dans une étude qui s’attachera plus à la durée qu’à l’espace, on s’efforcera notamment de souligner l’apport particulier des auteurs et des publications, mais aussi des mouvements d’idées, qui ont le plus contribué à la définition des identités de pays depuis le XVIe siècle. On portera attention au fait que ces identités traditionnelles illustrent d’abord la diversité des terroirs et des paysages, qu’elles sont parfois marquées par des productions dominantes ou par un genre de vie particulier, voire par des traditions reconnaissant la spécificité anthropologique d’une population (Véron).

    Le lecteur percevra qu’elles résultent moins de la perception intime des terroirs par les populations autochtones, que de la nécessité pour les observateurs savants de disposer des outils géographiques nécessaires à une prise en compte de l’espace rural dans toute son extension et sa diversité.

    Entre Touraine, Berry et Vendômois

  • Deux ouvrages de Daniel SCHWEITZ sur l'imaginaire en Touraine

    Daniel SCHWEITZ
    Cuisiner et vivre autour de l’âtre en Val de Loire (XIXe-début XXe siècle)
    Saint-Cyr-sur-Loire, Éd. Alan Sutton, 2003, 128 p., 113 illustrations NB, prix : 20 €.
    Information libraires : ISBN 2 84253 913 3

    L’imaginaire du foyer, l’équipement de la cheminée, les ustensiles et les pratiques culinaires, la cuisine rustique… Touraine, Berry, Orléanais, Sologne, Anjou (XIXe-début XXe siècle)

    Les publications concernant l’équipement de la cheminée, les ustensiles et les pratiques traditionnels de la cuisine à l’âtre en Val de Loire (fin XVIIIe-début XXe siècle) sont peu nombreuses et elles restent surtout méconnues. La cuisine à l’âtre constituait pourtant, il y encore un peu plus d’un siècle, une réalité essentielle de la vie domestique dans les campagnes ligériennes. Elle avait pour cadre une cheminée regardée comme le cœur de l’espace domestique, plus tard comme un symbole fort de la civilisation rurale préindustrielle.

    medium_Cuisiner_atre.jpg

    Depuis quarante ans, plusieurs recherches ont fait progresser notre connaissance en ce domaine. Elle peut être illustrée par les objets exposés dans certains des musées ligériens, parfois dans le cadre d’une reconstitution d’intérieur traditionnel mis en scène autour de son foyer, comme c’est le cas à Beaugency, Châteauroux, Chinon ou Vendôme.

    C’est cette documentation méconnue qu’il convenait de rassembler et de porter à la connaissance d’un plus large public, intéressé par l’équipement et les savoir-faire de la vie domestique traditionnelle, ou tout simplement séduit par le charme et les saveurs rustiques de la cuisine à l’âtre.


    ******************************************


    Daniel SCHWEITZ
    La coiffe et son imaginaire dans le folklore de la Touraine
    Saint-Cyr-sur-Loire, Éd. Alan Sutton *, 2002, 96 p., 66 illustrations NB, prix : 16 €
    Information libraires : ISBN 2 84253 821 8
    Depuis le début du XXe siècle, la Tourangelle en bonnet brodé est donnée à voir comme le symbole de la Touraine traditionnelle, rurale et populaire. À l’imaginaire des villageoises tourangelles, qui portent encore la coiffe traditionnelle vers 1900, répond bientôt un autre imaginaire, celui que les folkloristes, les régionalistes et les acteurs du tourisme local vont progressivement mettre en place au cours du siècle.
    medium_Coiffe.jpg

    C’est l’émergence de cette perception de la Tradition tourangelle, et son instrumentalisation pour les besoins du tourisme naissant, à travers l’exemple de la coiffe et de son imaginaire, que le lecteur est ici invité à découvrir. Elle participe de ce qu’il faut regarder comme une véritable invention de l’identité traditionnelle de la Touraine, à partir de la fin du XIXe siècle.


    L’auteur est docteur de troisième cycle en anthropologie historique (École des hautes études en sciences sociales). Il a notamment publié des études concernant l’équipement domestique préindustriel, les traditions populaires et la construction de l’identité traditionnelle de la Touraine, et dernièrement : La coiffe et son imaginaire dans le folklore de la Touraine (Alan Sutton, 2002) ; Histoire des identités de pays en Touraine, XVIe-XXe siècle (L’Harmattan, 2001).

  • Un observateur attentif de la Touraine: Daniel SCHWEITZ

    Voici les titres d'articles et d'ouvrages de Daniel SCHWEITZ, concernant la recherche sur les identités traditionnelles de la Touraine et de ses confins: "Invention des identités traditionnelles".
    Touraine :

    - Aux origines de la France des pays : Histoire des identités de pays en Touraine (XVIe-XXe siècle), Paris, L’Harmattan, 2001, 463-p.-XXVII p. de pl.

    Vendômois :

    - L’Identité traditionnelle du Vendômois : des travaux d’érudition à la reconnaissance d’un « pays historique » (XIXe -XXe siècles), Vendôme, Éditions du Cherche-Lune, à paraître en 2007:

    Jacques-Marie Rougé et le Lochois :

    -« L'œuvre ethnographique de Jacques-Marie Rougé (1873-1956) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, XLII, 1990, p. 277-296.
    - « Le Lochois : un pays traditionnel ? », Le Val de l'Indre, 3, 1991, p. 71-76.
    - « La création du musée de Loches (1913-1925) », Le Val de l'Indre, 4, 1992, p. 69-72.
    - « Une source de l'identité tourangelle : le musée du Terroir de Loches », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, XLIII, 1992, p. 679-702.
    – « Jacques-Marie Rougé (1873-1956). Une lettre, une œuvre, une personnalité », Bulletin des Amis du pays lochois , 20, 2005, p. 161-171.
    - Bibliographie de Jacques Marie Rougé : traditionnisme, ethnographie, régionalisme (fin XIXe-début XXe siècle), Bulletin des Amis du pays lochois, 21, 2006, p. 217-231.

    Gâtine tourangelle :

    - « Une forêt gâtée pour pays : l'identité traditionnelle de la Gâtine tourangelle (XIe-XIXe siècle) » Bulletin de la Société archéologique de Touraine, XLIII, 1993, p. 931-949.
    - « Du pays traditionnel au pays d'accueil : l'identité de la Gâtine tourangelle depuis 1850 », Norois, revue géographique de l'Ouest et des pays de l'Atlantique Nord, 1994, 163, p. 399-418.

    Identité culturelle des pays ligériens

    - avec Bernard Toulier, « Ethnographie », in Touraine, Paris, Éditions Christine Bonneton, 1989, p. 75-207.
    - « Vivre à Tours naguère », in Tours, Paris, Éditions Christine Bonneton, 1992. p. 155-237
    - « Images du Centre-Val de Loire », in Schweitz (Daniel), Vallée-Toulier (Christine, dir.), Les Guides Bleus. Centre-Val de Loire, Paris, Hachette, 1996, p. 56-71.

    Perceptions du patrimoine historique

    - La coiffe et son imaginaire dans le folklore de la Touraine, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, 2002, 96 p.
    – « Un écrivain républicain à Genillé : Victor Le Febvre (1824-1892) », Bulletin des Amis du pays lochois, 20, 2005, p. 173-177.
    – « Sur l’âtre rustique de l’ancien musée du Terroir de Loches », Le Val de l’Indre, 17, 2005, p. 45-51.
    - « Sur l’émergence d’une identité patrimoniale en Vendômois : l’exemple des études sur le château de Lavardin (XIXe-XXe siècles) », Bulletin de la Société archéologique du Vendômois, 2006, p. 72-93.
    - « Sur la perception d’une identité patrimoniale en Touraine : Amboise vue par les premiers guides Hachette (1854-1938) », Ambacia, 2006, p. 31-48.
    - « De l’usage quotidien aux collections du musée : les coiffes à Loches au début du XXe siècle », Le Val de l’Indre, 18, 2006, p.75-80.
    66 - « Sur la perception de l’identité patrimoniale du Vendômois : l’exemple des ruines de Lavardin aux XIXe et XXe siècles », Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 61, 2006, p. 120-159.
    - « De la « ruine naturelle » à la « Petite Suisse tourangelle » : l’invention du site des « Rochers de Courçay » (XIXe-XXe siècles) », BSAT, 2007, à paraître

    Photographie et identités traditionnelles

    - « Un intérieur domestique traditionnel à Loches vers 1900 : pour une relecture ethno-historique des premières cartes postales tourangelles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2006, 1, p. 141-157.
    - « Devant la cave-demeurante du troglodytique tourangeau : essai de relecture de quelques cartes postales des années 1900-1920 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 2006, à paraître:
    4e_couverture_Identite_VDM.doc

    - « Excursions de la Société photographique de Touraine en Vendômois (1899-1903) :
    Sur les pratiques du tourisme au temps des chemins de fer locaux », étude en cours.

    Traditions populaires et identités locales

    - « Figures pittoresques de l'archéologie tourangelle vers 1900 : César et Léon Girardin, explorateurs des souterrains du château de Loches », Le Val de l'Indre, 4, 1992, p. 79-84.
    - « Une ceinture de la Vierge pour accoucher selon la tradition », Le Val de l'Indre, 5, 1993, p. 27-46.
    - « Saint Ours et les traditions populaires lochoises », Le Val de l'Indre, 6, 1994, p. 49-61.
    - « Le voyage à saint Silvain de Noyers, vu par le Tourangeau Victor Le Febvre (1877). Pélerinages et médecine populaire entre Touraine, Sologne et Berry Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 60, 2005, p. 187-218.

    Pratiques et imaginaires de la vie domestique

    - Cuisiner et vivre autour de l'âtre rustique en Val de Loire, Touraine, Berry, Orléanais, Anjou (XIXe-début XXe siècle), Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, 2003, 128 p.
    Nota : pour les articles parus dans Ambacia, le Bulletin des Amis du pays lochois et Le Val de l'Indre s’adresser éventuellement à l’auteur. Contact :Daniel SCHWEITZ, 59, rue Jules Grévy, 37000-TOURS Daniel.schweitz@free